Un Noël en Toscane par Cristina Celestino

Cette année, le concept-store florentin LuisaViaRoma célèbre les fêtes de fin d'année avec une scénographie pensée par Cristina Celestino. L'occasion pour la designer italienne qui monte de mettre en scène quelques-unes de ses pièces autour de sa récente collaboration avec Gebrüder Thonet Vienna.

Fondé à Florence au début des années 1930 par une Française passionnée de chapeaux, le concept-store LuisaViaRoma s’est vite démarqué grâce à son approche haut de gamme et avant-gardiste. Première boutique européenne à commercialiser les collections Kenzo à la fin des années 1960, l’enseigne s’est depuis imposée comme une référence bien au-delà de ses frontières italiennes. Notamment avec un e-shop où s’entremêlent les univers de la mode, de la beauté et de la décoration. Une vitrine internationale qui accueille désormais plusieurs pièces de l’éditeur Gebrüder Thonet Vienna, dont la table Caryllon de Cristina Celestino, aujourd’hui présentée en vedette au sein d’« Home for the Holidays », une scénographie de la designer imaginée pour les fêtes en plein centre de la capitale toscane.

Tables « Caryllon » de Cristina Celestino et tabourets « Postsparkasse » d’Otto Wagner (Gebrüder Thonet Vienna).
Tables « Caryllon » de Cristina Celestino et tabourets « Postsparkasse » d’Otto Wagner (Gebrüder Thonet Vienna). Francesco Bolis

Dévoilées à Milan au mois d’avril, les tables de Cristina Celestino déroulent leur camaïeu carmin au cœur du magasin, devant un incontournable épicéa qui assoit définitivement l’esprit de Noël. Sous leurs plateaux en bois incrusté, inspirés par les marqueteries de l’Art Déco, les tabourets Postsparkasse instillent quant à eux le fonctionnalisme d’Otto Wagner dans un univers à l’éclectisme assumé. Autour des deux faire-valoir de Gebrüder Thonet Vienna, la designer a pioché dans la sélection du distributeur italien et dans ses propres réalisations pour instaurer une ambiance domestique, à la fois « accueillante et intime », où se succède ensuite sa vision de la chambre à coucher, du boudoir et du cabinet de curiosités.

Lit « Amante » de Cristina Celestino (Pianca). Pouf « Ottoman » en céramique (Ceramiche Pugi).
Lit « Amante » de Cristina Celestino (Pianca). Pouf « Ottoman » en céramique (Ceramiche Pugi). Francesco Bolis

 

« J’ai été beaucoup influencée par les intérieurs réalisés par Carlo Mollino, où matières, textures et couleurs se mélangent de façon surréaliste avec du mobilier et des typologies bourgeoises. Le travail de la décoratrice américaine, Dorothy Draper, a également été d’une grande inspiration pour ce projet. » Cristina Celestino

 

Une collection de « Chats persans » (Ceramiche Pugi) reflète le goût de Cristina Celestino pour la céramique.
Une collection de « Chats persans » (Ceramiche Pugi) reflète le goût de Cristina Celestino pour la céramique. Francesco Bolis

Entre sa coiffeuse Opalina, le lit Amante, les porcelaines de Lladro et les luminaires d’Artemide, des boîtes Rubelli et Antique Mirror se joignent à ses propres photophores et vases qu’elle édite via Attico, sa  marque fondée en 2012. Polyvalente, la créatrice s’est forgé en quelques années une solide réputation en design comme en architecture intérieure. Après avoir aménagé les boutiques Sergio Rossi à Paris, Milan et New York, Cristina Celestino semble ici avoir trouvé un nouveau collaborateur de confiance, puisqu’elle sera de retour à Big Apple dès le 16 novembre, avec le prochain pop-up store de LuisaViaRoma.

Tables basses « Boletus » et fauteuil « Opanca », dessinés par Cristina Celestino pour les boutiques Sergio Rossi.
Tables basses « Boletus » et fauteuil « Opanca », dessinés par Cristina Celestino pour les boutiques Sergio Rossi. Francesco Bolis
Coiffeuse « Opalina » de Cristina Celestino (Tonelli).
Coiffeuse « Opalina » de Cristina Celestino (Tonelli). Francesco Bolis

> www.luisaviaroma.com

The good concept store La sélection IDEAT