Portrait : Adrien Rovero, le designer qui aimait les panoramas

Designer et scénographe, Adrien Rovero développe une prédilection pour le rapport de l’objet à son environnement.

Designer suisse discret (un pléonasme ?), Adrien Rovero s’est formé à l’architecture d’intérieur en apprentissage, puis au design produit à l’École cantonale d’art de Lausanne (ECAL). À peine diplômé, il reçoit en 2006 le prix du jury de la première édition de Design Parade, à Hyères, ce qui, reconnaît-il, « [lui] a ouvert beaucoup de portes ». Notamment celles d’Hermès, avec des créations de vitrines, des collaborations avec Petit h ou la Cristallerie Saint-Louis.

Chaises Lausanne (Atelier Pfister).
Chaises Lausanne (Atelier Pfister). DR

En parallèle, son travail scénographique séduit nombre d’institutions muséographiques en Suisse, au Luxembourg, en Belgique et jusqu’au Mucem, à Marseille. Sans compter le CAPC, musée d’Art contemporain de Bordeaux, qui programme en ce moment « Drive In », nouvelle exposition de la chercheuse et curatrice en design Alexandra Midal, avec qui le créateur s’entend à merveille pour explorer leur discipline et ses (en)jeux.

« J’aime les panoramas », l’exposition à laquelle il participe entremêle paysage et objet.
« J’aime les panoramas », l’exposition à laquelle il participe entremêle paysage et objet. DR

Loin de se reposer sur ses lauriers, Adrien Rovero aimerait proposer du mobilier aux musées, « car très peu de choses ont été faites. Repenser les potelets qui bordent les files d’attente, redessiner des spots magnétiques sur rails ou des porte-iPad à poser contre les murs qui soient à la fois beaux et discrets… » « J’aime les panoramas », le titre de l’exposition associant le musée Rath-MAH de Genève au Mucem à laquelle il a collaboré, résume parfaitement l’attention qu’il porte au dialogue entre paysage et objet.

Opercule, une des pièces d’Adrien Rovero.
Opercule, une des pièces d’Adrien Rovero. DR

À Tenerife (Canaries), il a pu mettre en œuvre cette approche en intervenant, à la demande de l’architecte Christophe Fouad, sur la « frontière » entre Carré blanc et Carré noir, deux maisons modernistes d’un lotissement des sixties rachetées par la Suissesse Ruth Ruttimann (agence DreamLiving). « Il y a dans ces maisons une force qui pousse à vivre à la fois dedans et dehors. Mais tout y était très droit et je souhaitais apporter une forme un peu plus libre, une courbe. » Objectif atteint avec sa vague. Pas de doute : en bon surfeur, amateur mais passionné, et en designer sensible, Adrien Rovero sait parfaitement dialoguer avec le contexte.

Thématiques associées

The Good Spots Destination Suisse

The good concept store La sélection IDEAT