Bordeaux : L’empire des sens au drive-in

Dans l'exposition « Drive in », Alexandra Midal convie le visiteur aux racines du design et de la pop culture.

Pour son exposition « Drive-in » présentée au CAPC, Alexandra Midal a voulu titiller les sens des visiteurs. C’est d’abord l’odeur du pop-corn qui envahit les narines, puis les BO de films diffusées dans la nef du musée d’art contemporain de Bordeaux qui coulent dans les tympans. « J’ai fait installer une machine à pop-corn dans l’exposition pour que tous les visiteurs puissent déguster cette sucrerie indissociable de la séance de cinéma », raconte la théoricienne du design, qui livre ici sa vision fantasmée du drive-in.

« Possessed », un des trois films d’Alexandra Vidal projetés lors de l’exposition.
« Possessed », un des trois films d’Alexandra Vidal projetés lors de l’exposition. Felipe Ribon

Pour le toucher, ce sont ces formes archétypales d’automobiles que le designer Adrien Rovero a matérialisées en silhouettes géométriques blanches sur lesquelles on peut s’asseoir, s’allonger pour regarder les films, comme autrefois durant les séances de cinéma en plein air. Sur un écran géant tendu au cœur de la nef, trois films sont diffusés en boucle qui reflètent l’univers d’Alexandra Midal : « Mind Player », un montage d’images issues des archives des designers Ray et Charles Eames, « Possessed », une balade dans une ville fantôme de l’ouest américain et Home Sweet Ho(l)me(s), un enchaînement de mots liés à HH Holmes, un serial killer de la fin du XIXe siècle sur lequel Alexandra Midal vient d’écrire un livre où elle raconte comment cet homme a détourné les technologies de son époque pour commettre des meurtres en série (La Manufacture du crime, La Découverte).

L’exposition s’installe sous les voûtes de l’Entrepôt Lainé, un ancien dépôt de denrées coloniales qui accueille aujourd’hui le CAPC.
L’exposition s’installe sous les voûtes de l’Entrepôt Lainé, un ancien dépôt de denrées coloniales qui accueille aujourd’hui le CAPC. Felipe Ribon

Ces ingrédients réunis offrent une subtile variété de niveaux de lecture. De l’enfant qui grimpera innocemment sur la Delorean en grignotant du pop-corn au curieux qui devinera les formes des crop circles (des motifs géométriques réalisés dans des champs de céréales pour faire croire qu’ils étaient réalisés par des extra-terrestres) sur le sol de la nef depuis la mezzanine. « J’ai imaginé une installation mais sans cérémonial, comme une invitation à s’étendre, dans l’idée de revisiter l’idée du drive-in. Mais aussi de montrer comment l’histoire du design et du cinéma se rapprochent dans leur rapport aux images et à la standardisation », analyse Alexandra, allongée sur une des voitures qui encerclent l’écran.

Les « voitures » d’Adrien Rovero.
Les « voitures » d’Adrien Rovero. Felipe Ribon

Oscillant entre théorie et convivialité, l’exposition « Drive-in » décline un rapport instinctif et intellectuel au design et au cinéma. Loin, très loin de l’alignement d’objets et de meubles des expositions de design traditionnelles, elle a conçu avec son complice Adrien Rovero un accrochage unique.

> « Drive-in » au CAPC. 7, rue Ferrère, 33000 Bordeaux. www.capc-bordeaux.fr. Jusqu’au 6 janvier.

The good concept store La sélection IDEAT