Au Beef Bar, Humbert & Poyet dépoussièrent le style Art nouveau

Déjà présent à Monaco, Hongkong ou Mexico, le concept Beefbar débarque à Paris ! Dans ce nouveau temple carnivore, les architectes Humbert & Poyet ont imprimé leur style chic et racé.

C’est poussé par l’envie de partager ses trouvailles avec d’autres que l’importateur monégasque Riccardo Giraudi ouvre le premier Beefbar, dans la principauté, en 2005. Aux antipodes du décor d’une steak house traditionnelle, le glamour élégant des architectes d’intérieur Emil Humbert et Christophe Poyet fait mouche. Un sacré pari pour accompagner ces viandes expertement choisies et souvent tarifées dans la stratosphère. La sauce a si bien pris qu’en douze ans, Mexico, Dubai, Hongkong (étoilé au Michelin en 2017), Cannes, Mýkonos, Berlin et Budapest ont réclamé leur Beefbar. Bientôt Tulum (au Mexique), Rome, Athènes et Riyad, auront le leur.

Emil Humbert (à gauche) et Christophe Poyet ont forgé un style qui oscille avec classe entre vintage et contemporain.
Emil Humbert (à gauche) et Christophe Poyet ont forgé un style qui oscille avec classe entre vintage et contemporain. FRANCIS AMIAND

Grill classique ou recettes de street food revisitées (kebab, tacos, gyozas…), ce succès carné tient à un approvisionnement auprès des meilleurs élevages de la planète avec, comme Graal, le bœuf japonais de Kobe, Giraudi en détenant l’importation exclusive pour l’Europe. Chaque Beefbar a ses spécialités (provenance, affinage ou cuisson) – celui de la capitale référence pour la première fois une limousine d’Auvergne, maturée soixante jours.

Au bar aussi, le raffinement et le sur-mesure sont à l’honneur, notamment avec des services Baccarat et une carte de cocktails exclusifs.
Au bar aussi, le raffinement et le sur-mesure sont à l’honneur, notamment avec des services Baccarat et une carte de cocktails exclusifs. FRANCIS AMIAND
Les arches s’habillent de céramique du Beaujolais.
Les arches s’habillent de céramique du Beaujolais. FRANCIS AMIAND

Le projet décoratif du duo Humbert & Poyet, qui fait lui aussi partie du package, est chaque fois différent, tout en assurant des codes communs : un bar à cocktails, des vitrines d’affinage qui évoquent plus la joaillerie que la boucherie et diverses influences locales. À Paris, ils ont confié à l’atelier Tollis, fameuse Entreprise du patrimoine vivant, la mission de raviver l’aura de l’ancienne salle à manger de l’hôtel Langham, devenue la Fermette Marbeuf, bijou Art nouveau classé en 1983 après des lustres de disgrâce.

Entre Art déco et Art nouveau, la Fermette Marbeuf est inscrite à l’inventaire des Monuments historiques.
Entre Art déco et Art nouveau, la Fermette Marbeuf est inscrite à l’inventaire des Monuments historiques. FRANCIS AMIAND

Verrière, vitraux, fresques et mosaïques dans leur luxuriance 1900 tranchent avec les autres salles tout en les prolongeant : marbre vert des Alpes, luminaires en lin et laiton, arches en céramique du Beaujolais, moquettes stylisées, sofas de velours bicolore ou chaises Verner Panton. La cave, visible, est un morceau d’anthologie. Tout comme le pain perdu, recommandable pour deux.

Revisités en noir et blanc, les motifs Art Nouveau renforcent la continuité entre les espaces historiques et contemporains.
Revisités en noir et blanc, les motifs Art Nouveau renforcent la continuité entre les espaces historiques et contemporains. FRANCIS AMIAND

> Beefbar Paris. 5, rue Marbeuf, 75008 Paris. Tél. : 01 44 31 40 00. Paris.beefbar.com
> Menu déjeuner 35 €. Pièce de viande à la carte, de 31 à 190 € par personne.

The good concept store La sélection IDEAT