House of Today célèbre l’esprit du design libanais

Du 12 au 28 décembre 2018, la biennale de design House of Today a offert une quatrième édition au public de Beyrouth. Six ans après sa création, la manifestation réaffirme son rôle de tremplin pour le jeune design libanais.

House of Today avait choisi le cadre prestigieux de l’immeuble 3Beirut, dessiné par l’agence Foster + Partners, pour installer son exposition dans une scénographie tout en économie de moyens – un agencement de stores de bureaux et de tapis-brosses – conçue par le duo d’architectes Ghaith & Jad.

La scénographie du duo d’architectes Ghaith & Jad, résolument sobre.
La scénographie du duo d’architectes Ghaith & Jad, résolument sobre. Carl Halal

Le thème : « S’élever, la quête des sens renforcés » (« Elevate, the Quest for Heightened Senses ») a ainsi conduit la jeune garde du design libanais à concevoir des objets s’appuyant sur une approche innovante d’une pratique artisanale. Un mot d’ordre cher à Cherine Magrabi Tayeb, fondatrice de House of Today, vis-à-vis de l’héritage de son pays en matière d’arts décoratifs, qui avait d’ailleurs inscrit au programme une cession de conférences sur les rapports entre artisanat et design. Loin du gigantisme de certaines biennales, House of Today joue avec son échelle à taille humaine. Génératrice d’une dynamique plus intime, elle invite le public à circuler à travers la ville dans des galeries et showrooms de design « amis », telles que The Malt Gallery, Over the Counter, Joy Mardini Design Gallery, chez des éditeurs comme Nada Debs ou Bokja, voire directement chez des producteurs comme Blatt Chaya, une fabrique de carreaux de ciment qui profitait de l’événement pour lancer sa collection conçue par des designers locaux.

IDEAT vous dévoile ses cinq coups de cœur repérés lors de cette biennale.


1/ Les designers jouent carte sur table

Bureau « Script » de Stephanie Moussallem.
Bureau « Script » de Stephanie Moussallem. Marco Pinarelli

Une vingtaine de designers, en solo ou en collectifs, étaient présents. Parmi eux, une dizaine a été accompagnée dans la réalisation d’une table en faisant appel à des savoir-faire et des matériaux très spécifiques : le bois cintré et le cuir gainé pour le bureau de Stéphanie Moussallem, le marbre façonné pour la table de chevet Faros de Charles Kalpakian, le silicone pour les tables basses Bodily de Tamara Barrage. Pour trois autres entités (Sayar & Garibeh, Carlo et Mary-Lynn Massoud et Flavie Audi), le challenge a consisté à concevoir une pièce de mobilier en collaboration avec des designers américains regroupés sous la bannière R & Company. Enfin, neuf designers ou duos étaient présents au sein du WallpaperSTORE (Tar & Tessa Sakhi, Studio Caramel…) à travers de petits objets qui viennent enchanter le quotidien domestique.

Tables « Bodily » de Tamara Barrage.
Tables « Bodily » de Tamara Barrage. Marco Pinarelli
Table « Shifting Times » de Sibylle Tarazi.
Table « Shifting Times » de Sibylle Tarazi.
Tables « Faros »  de Charles Kalpakian.
Tables « Faros »  de Charles Kalpakian. Marco Pinarelli

The Good Spots Destination Beyrouth

The good concept store La sélection IDEAT