« Pas de fonction, pas de projet ! », rencontre avec le studio danois OeO

Thomas Lykke et Anne-Marie Buemann, le duo danois de OeO Studio, enchaînent depuis dix-sept ans les projets de design et d’architecture intérieure, de Copenhague à Tokyo. Cette année, ils planchent sur cinq appartements à Modène pour l’éditeur de céramique italien Mutina, sur une maison au Vietnam et sur un restaurant-bar à saké, à Londres.

Comment en êtes-vous venus au design et à l’archi d’intérieur ?
Thomas Lykke : Très tôt, je dessinais des maisons et voulais devenir architecte. Puis on grandit et de nouvelles idées nous mènent vers un autre parcours. Mais j’ai toujours gardé l’architecture quelque part dans ma tête.

Comment définiriez-vous l’architecture d’intérieur ?
T.L. : Par le type d’expérience que l’on souhaite faire vivre aux gens et par le genre de matériaux utilisés. Nous sommes très portés sur les matériaux, surtout ceux qui durent et se patinent.

Pour le spécialistes du bambou Kohchosai Kosuga, OeO Studio crée, en 2018, la collection « Plateau », des accessoires pour la maison, notamment pour la salle de bains, inspirés des paysages japonais en terrasses.
Pour le spécialistes du bambou Kohchosai Kosuga, OeO Studio crée, en 2018, la collection « Plateau », des accessoires pour la maison, notamment pour la salle de bains, inspirés des paysages japonais en terrasses. DR

Au studio OeO, avez-vous commencé par de l’architecture d’intérieur ?
Anne-Marie Buemann : Nous venions du monde de la stratégie d’entreprise. À l’origine, j’ai davantage un profil de commerciale et de marketeuse. C’est donc avec des compétences respectives différentes et, bien sûr, avec les architectes diplômés de notre studio, que nous faisons de l’architecture d’intérieur et du design.
T.L. : Je suis styliste de mode de formation. Ne pas être passé par une école d’architecture fait que nous n’avons pas de limites dans notre façon de penser. Nous essayons de réfléchir hors des sentiers battus. Je sais, cela fait un peu cliché. (Rires.)

Comment travaillez-vous ?
T.L. : En échangeant sans cesse. Tout le studio fonctionne comme ça. Parfois, tout le monde est sur le même projet. D’autres fois, nous en menons plusieurs de front. C’est très fluide. Ce qui nous importe, c’est de trouver les choses naturellement, sans rien forcer.
A.-M.B. : Nous cultivons aussi cet esprit de dialogue avec nos clients. C’est la meilleure façon de créer ensemble. Nous le faisons pour des commanditaires et des projets très différents. Ce qui fait le lien entre chacun d’eux, c’est notre approche stratégique et conceptuelle. Il n’y a jamais de design « surdessiné ». Ce qui nous importe, c’est de savoir d’abord quel défi relever et de développer ensuite le concept adapté. Nous fonctionnons vraiment comme ça.

The good concept store La sélection IDEAT