Rencontre : David Adjaye, starchitecte planétaire

En matière d’architecture, l’Afrique est très mal représentée sur la scène internationale. Parmi les rares personnalités qui ont su se faire une place figure David Adjaye, 52 ans. Né en Tanzanie de parents ghanéens, il obtient son diplôme au Royal College of Art, à Londres. Aujourd’hui, s’il y vit et y travaille, il possède également des bureaux à Accra et à New York. À cheval sur trois continents, il prône une vision ouverte de l’architecture contemporaine, en prise avec le monde et la société. En 2016, il livre un bâtiment phare à Washington, inauguré par Barack Obama en personne : le National Museum of African American History & Culture. Un bâtiment hautement symbolique, en écho à sa volonté de défendre sa culture et de paver le chemin pour les architectes du continent africain. Depuis Londres, où se tient jusqu’au 5 mai l’exposition « Making Memory » que lui consacre le Design Museum à travers sept projets emblématiques, il a répondu à nos questions.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir architecte ?
David Adjaye : Mon éducation a certainement façonné ma façon d’appréhender l’espace. Je suis d’origine ouest-africaine (Ghana) bien que je sois né en Afrique de l’Est (Tanzanie). Je me suis construit avec cette double influence culturelle. Très tôt, j’ai été en contact avec différentes façons de vivre et confronté à des appréciations de l’espace éclectiques. Enfant, on traverse tout cela en douceur, sans réellement s’en rendre compte. Ce n’est qu’à mon arrivée à Londres que j’ai apprécié la chance que j’avais eue d’avoir pu éprouver et expérimenter autant de conditions spatiales différentes au cours de mon enfance. Le fait que mon frère soit en chaise roulante a cimenté ma décision de devenir architecte. Quand nous étions plus jeunes, il n’y avait pas de loi pour favoriser l’accessibilité des personnes handicapées. Toute excursion signifiait être transporté tant bien que mal dans les escaliers. Pour mon frère, l’espace était donc toujours restreint, ce qui portait atteinte à sa dignité.

À Manhattan, David Adjaye va construire le 130 William, un gratte-ciel résidentiel de 66 niveaux.
À Manhattan, David Adjaye va construire le 130 William, un gratte-ciel résidentiel de 66 niveaux. Adjaye Associates

Vous avez beaucoup voyagé durant votre enfance. Pour quelle raison ?
Mon père a choisi en conscience de devenir diplomate pour que sa famille puisse voyager et voir le monde, le « monde moderne ». La relation entre le moderne et l’ancien est donc très présente dans mon travail, de même que la négociation entre différents contextes sociaux et culturels. Cela fait partie intégrante de mon approche. L’essentiel de mes bâtiments se trouve dans des villes cosmopolites, métropolitaines, ou dans des endroits où les différences culturelles se négocient tout le temps.

La Fondation Aishti créée en 2015 à Beyrouth mêle art, commerce, mode et culture dans un bâtiment de quatre étages.
La Fondation Aishti créée en 2015 à Beyrouth mêle art, commerce, mode et culture dans un bâtiment de quatre étages. Aishti by the sea

De quelle façon votre culture protéiforme influence-t-elle votre architecture ?
Ce n’est pas seulement ma propre culture qui influence mon architecture, mais toutes les cultures. Quand je commence à concevoir un bâtiment, je passe des mois à faire des recherches sur la région, la culture locale et la communauté concernée. Ensuite, je m’assois et je prends tout cela en compte afin que mon imagination crée un projet qui reflète le contexte et apporte de nouvelles couches dans le récit d’un lieu. Un bâtiment devrait toujours apprendre de sa communauté et converser avec son environnement plutôt que de s’imposer comme un objet architectural dénué de références aux personnes et au lieu qui constituent le « déjà là ».

Bibliothèque Francis A. Gregory à Washington (2012).
Bibliothèque Francis A. Gregory à Washington (2012). Jeffery Sauers

Quelle autre profession auriez-vous pu exercer ?
Je ne suis pas sûr que j’aurais pu faire un autre métier… J’ai toujours été incroyablement intéressé par le dessin et la création d’espaces. Après avoir rejoint le Royal College of Art à Londres, j’ai réalisé que j’avais la chance d’avoir trouvé ma voie. Une sorte d’« appel », faute de trouver un meilleur mot ! L’architecture n’est pas faite pour les personnes au cœur fragile et, bien que j’adore ce que je fais, cette carrière a été et continue d’être difficile : un défi véritable.

Centre d’art Rivington Place à Londres (2007).
Centre d’art Rivington Place à Londres (2007). Lyndon Douglas

Vous avez différents bureaux dans le monde. Quelles sont les villes les plus inspirantes pour vous ?
J’ai effectivement des bureaux à New York, à Accra (la capitale du Ghana, NDLR) et à Londres. Je trouve qu’il y a une merveilleuse synergie, car ces trois plaques continentales (nord-américaine, eurasienne et africaine) sont les trois zones de dispersion de la diaspora africaine. Penser à l’histoire critique des Noirs et à l’émergence de pratiques artistiques dans ces diasporas, pouvoir travailler et avoir des bureaux dans ces lieux différents est pour moi très précis et très stimulant.

Bibliothèque William O.Lockridge à Washington (2012).
Bibliothèque William O.Lockridge à Washington (2012). Jeffery Sauers

Depuis quelques années, Londres, comme d’autres villes, est animée d’une frénésie constructrice. Quel est votre sentiment quant aux métropoles contemporaines ?
Les villes croissent plus vite que jamais. Aujourd’hui, nous pouvons faire face à l’explosion de l’urbanisme et au déplacement inexorable des habitants vers la ville, ce qui aurait été impossible avec les techniques du passé. Des capitales comme Londres et Paris vont continuer de prendre de l’ampleur et les tours à haute densité feront inévitablement partie du développement urbain. Ce qui m’inquiète vraiment, c’est la valeur réelle que ces projets d’aménagement de grande envergure apportent à la vie urbaine et aux collectivités. Pour moi, l’architecture publique est un acte social. Elle offre l’opportunité de créer bien plus qu’un bâtiment qui répond à un programme. Il s’agit de défendre les citoyens et de les inciter à croire en la vie civique, en les invitant à participer. En ce sens, chaque nouveau chantier dans nos villes offre une occasion précieuse d’introduire une réflexion sur l’espace et les valeurs communes. Cela représente un potentiel et une responsabilité énormes que nous, architectes et urbanistes, ne devons pas sous-estimer ni négliger.

Le centre éducatif Stephen Lawrence à Londres (2007).
Le centre éducatif Stephen Lawrence à Londres (2007). Lyndon Douglas

Comment résumeriez-vous votre vision de l’architecture ?
Je vois vraiment l’architecture comme un outil narratif. C’est un moyen de perpétuer l’histoire d’un lieu et de faire émerger de nouveaux chapitres. Pour moi, le plus intéressant est de contribuer à rendre visibles les vestiges d’endroits presque oubliés qui sont souvent négligés. Le défi d’une pratique globale est de créer des projets qui comprennent et résonnent avec leur contexte d’une manière profondément significative et sophistiquée. C’est une tâche difficile lorsque vous travaillez dans des lieux qui ne vous sont pas familiers. Il ne s’agit pas d’altérer ou d’« exotiser » un lieu, mais de trouver une véritable empathie.

À 52 ans, David Adjaye n’a jamais fait autant parler de lui. Installé à Londres, il enjambe les fuseaux horaires au gré des bâtiments qu’il construit aux quatre coins du monde. Ardent défenseur de la culture africaine, cet architecte né de parents ghanéens a tous les atouts pour figurer parmi les prochains lauréats du prestigieux Pritzker Prize.
À 52 ans, David Adjaye n’a jamais fait autant parler de lui. Installé à Londres, il enjambe les fuseaux horaires au gré des bâtiments qu’il construit aux quatre coins du monde. Ardent défenseur de la culture africaine, cet architecte né de parents ghanéens a tous les atouts pour figurer parmi les prochains lauréats du prestigieux Pritzker Prize. ©EdReeve

The good concept store La sélection IDEAT