Raphael Navot impose un changement de cap chez Roche Bobois

Avec « Nativ », le designer et décorateur d’intérieur Raphael Navot met sa maîtrise des savoir-faire et son goût des matériaux au service de l’éditeur Roche Bobois.

Comment est née la collection ?
Raphael Navot : Nicolas Roche, le directeur des collections Roche Bobois a découvert mon travail lors d’une exposition et m’a offert de proposer ma vision du bois pour le futur. Après quelques pièces, il m’a demandé d’aller plus loin. Ainsi est née la collection « Nativ », qui compte quatorze familles et une trentaine de pièces, et devrait encore s’étendre. C’est la première fois que je conçois du mobilier en série et le challenge était de respecter la noblesse des matériaux. C’est pourquoi beaucoup de pièces sont réalisées à la main, comme la marqueterie du plateau de la table Patchwork.

Plateau en marqueterie de la table « Patchwork ».
Plateau en marqueterie de la table « Patchwork ».

Quelles sont les valeurs de « Nativ » ?
La reconnaissance corporelle. On ressent, on comprend immédiatement les pièces, grâce à leurs formes organiques, aux matières brutes qu’on a envie de toucher. « Nativ » n’est marquée ni par un style ni par une époque. Elle permet les mélanges, à l’image d’Identities, une chaise déclinée avec cinq dossiers différents, composant ainsi une famille.

Aux cotés du buffet « Axle » et des lampes « Tree », déclinées en lampadaire ou en version à poser, les chaises « Identities » alternent entre quatre formes de dossier autour de la table « Patchwork ».
Aux cotés du buffet « Axle » et des lampes « Tree », déclinées en lampadaire ou en version à poser, les chaises « Identities » alternent entre quatre formes de dossier autour de la table « Patchwork ». ©Michel Gibert

Vous êtes-vous impliqué dans la fabrication des pièces, comme pour chacun de vos projets ?
Oui, avec Nicolas, nous avons visité toutes les usines qui travaillent pour la marque en Europe, afin de voir les processus, de les tester… J’étais un peu réticent au départ, car je suis habitué à l’artisanat d’exception, aux pièces de galerie. Mais Roche Bobois ne s’impose pas d’identité, le savoir-faire est très extensible. Il a parfois fallu repousser les limites pour trouver une solution industrielle. C’est le cas par exemple de la double lèvre qui signe le canapé Underline et qui, si elle n’est pas « nécessaire », traduit mon intention.

Le canapé « Underline » côtoie ici la table « Patchwork », en version table basse, et trois lampes « Stalagmite ».
Le canapé « Underline » côtoie ici la table « Patchwork », en version table basse, et trois lampes « Stalagmite ». ©Michel Gibert

Comment avez-vous abordé la rénovation du showroom Roche Bobois, boulevard Saint-Germain ?
Le lieu est dans la continuité de la collection, mais par définition, son contenu change. Pour composer l’ambiance, j’ai réduit au minimum la quantité de matières, utilisé une dizaine de nuances de peintures pour créer des effets de lumière. Les rideaux et la grande bibliothèque évoquent la maison. J’ai également traité l’escalier de l’entrée comme une sculpture, une invitation à la visite, avec son mélange d’ocre au mur, de métal et de granite fossile pour la structure.

Toujours dans la collection « Nativ », la bibliothèque « Primordial » et le fauteuil « Dot », exposés au showroom Roche Bobois du boulevard Saint-Germain.
Toujours dans la collection « Nativ », la bibliothèque « Primordial » et le fauteuil « Dot », exposés au showroom Roche Bobois du boulevard Saint-Germain.

> Roche Bobois. 207-213, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris. Tél. : 01 49 54 01 70.

The good concept store La sélection IDEAT