Tréca, un « savoir-dormir » à la française

Réputée pour son excellence artisanale depuis 80 ans, la Maison Tréca a sollicité Christian Lacroix pour habiller son « savoir-dormir » d’une nouvelle luxueuse créativité à la française. De la tête de lit Double Jeu au matelas Bastide, cette collection à l’esprit ethnique inspire un onirisme chatoyant. Une collaboration résolument haute(s) couture(s).

« J’ai d’abord travaillé la forme et dessiné l’architecture des têtes de lit », confie Christian Lacroix.

Soit un jeu à deux, comme se décline la courbe extravagante qui dessine un duo pour esquisser un hommage au couple. Puis la décoration s’est tramée de souvenirs koweitiens, dont les motifs étoffent ce qu’il y a de plus beau… « Les temps folkloriques des pays du monde ». De ces tissus fanés, voire usés, le bureau de style de la Maison Tréca a su ranimer l’âme, sur une matière moderne et durable. Aussi bien en rouge qu’en gris : l’ensemble est proposé en deux versions.  Il inclue même des coussins pour rehausser l’harmonie. Quant au tissu qui complète la collection, son appellation Bastide lui vient de son évocation du boutis provençal.

Des motifs ethniques inspirés du Koweit évoquent le lointain et le voyage.
Des motifs ethniques inspirés du Koweit évoquent le lointain et le voyage.

« Le binôme artisan / artiste est plus qu’important », ponctue le couturier de la couleur. Il s’est dit impressionné par le challenge des graphistes et, plus globalement, le savoir-faire de Tréca. « J’apprécie que mon travail participe à la vie de tous les jours », conclut le designer arlésien. Christian Lacroix s’est en effet illustré auprès d’hôtels, de cinémas ou encore de scénographies. Pour cette collaboration dans l’art de la chambre, est-ce un hasard s’il a puisé son inspiration dans le lointain, tant géographique qu’historique ?

Marque d’héritage, la Maison Tréca déroule elle-même une véritable saga, amorcée dès le XVIe siècle, au milieu de champs de garance dans l’est de la France.

Propriétaire de teintureries, la famille Moritz commence par mettre à profit cette racine. Le rouge est en effet à la mode dans l’armée française. Quand les uniformes changent de couleurs, ces entrepreneurs rebondissent, transformant leur outil en cuves à bière. Survient ensuite un autre coup de Trafalgar avec la grande guerre. Après 1914-1918, l’essor de l’industrie automobile et la sophistication de leurs roues ouvrent la voie d’un marché pour les fils d’acier à haute résistance. Le premier client sera Michelin. C’est à Reichshoffen, toujours, que prend naissance l’histoire de Tréca, en 1935. Parmi les ingénieurs chimistes les plus ingénieux de l’époque, René Moritz révolutionne la literie en ayant une vision. Il dote les matelas de ressorts haute résistance, avant de les napper de laine véritable.

« Le matelas laine et ressorts Pullman », clame une publicité, dès 1947, à l’appui d’une licence qui permet d’exploiter cette suspension légendaire. Pendant que les passagers des célèbres wagons ont la promesse de filer doux, la literie Tréca garantit à ses utilisateurs un sommeil sans heurts. D’une structuration industrielle à une démultiplication jusqu’à Lyon, la Maison Tréca soigne ses innovations pour développer son savoir-faire. C’est en 1982, notamment, qu’elle créera la suspension brevetée Air Spring ®. Celle-ci permet un soutien morphologique idéal grâce à un accueil progressif, point par point. Elle est ensachée dans des matières non moins qualitatives. Elles entremêlent laine mérinos d’Arles, alpaga royal, baby camel, baby lama… À ces matières nobles venues d’ici et d’ailleurs s’ajoutent des alternatives synthétiques nouvelle génération. Ces dernières apportent leur lot de performances thermiques, de qualités hydrophiles ou encore de résilience, au profit d’un confort durable.

L’iconique collection Impérial, qui a fait la renommée de la marque.
L’iconique collection Impérial, qui a fait la renommée de la marque.

Vous en avez rêvé, Tréca l’a fait ?

Tel est le songe qu’inspire ce fleuron aussi technique que design, désormais sous l’enseigne Adova. « Chez Tréca, le sommeil est un art de vivre. Plus qu’un matelas ou qu’un lit, nous cherchons avant tout à proposer un style de vie, un art de dormir », précise Amélie Thiriet, directrice marketing du groupe. Base historique de la marque, la ligne Impérial est particulièrement emblématique de ce « savoir-dormir »  sur mesure. Elle présente ainsi des modèles iconiques en série. « Au cours de notre vie, nous dormons en moyenne 25 ans : chaque sommeil est unique et mérite le meilleur. De l’utilisation de nos tissus précieux jusqu’aux moindres petites finitions cousues main, nous ne laissons rien au hasard. »

Une conclusion … au petit point, marque de fabrique oblige.

> Pour découvrir l’ensemble de la gamme Tréca, rendez-vous sur leur site internet.

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT