Paris : Trois galeries qui respirent le vintage

Si le modernisme est si toujours à l’honneur en 2019, c’est qu’il est intemporel et s'épanouit aussi bien à Paris qu’à Palm Springs. Mais l’intemporalité des maîtres du design s’éprouve tout autant au contact de pièces plus contemporaines…

1/ Dialogue entre générations

Galerie JAG.
Galerie JAG.

Jessica Barouch fait partie de cette nouvelle génération de créateurs qui savent marier pièces vintage et pièces contemporaines pour, en fin de compte, livrer une esthétique accueillante bien que dépouillée. Architecte d’intérieur, elle vient d’ouvrir sa galerie, qu’elle a aménagée comme un appartement sur deux étages. Les époques et les codes se mélangent, le minimalisme primitif de Rick Owens voisine avec la chaleur des fauteuils de Pierre Jeanneret et de George Nakashima. Bois, bronze, pierres naturelles et marmorino (un enduit naturel à la chaux) sont ses matières de prédilection. Elle présente aussi le travail du céramiste Floris Wubben, auquel elle consacrera une exposition en juin. Ce Néerlandais produit des œuvres dans l’air du temps, c’est-à-dire colorées, quasi dissonantes mais empreintes d’une grande poésie…

> JAG. 14, avenue de la Bourdonnais, 75007 Paris.


2/ Palm Springs-sur-Seine

Fauteuil « Pernilla » de Bruno Mathsson (1943), dans la Kaufmann House de Richard Neutra, bâtie en 1946 à Palm Springs.
Fauteuil « Pernilla » de Bruno Mathsson (1943), dans la Kaufmann House de Richard Neutra, bâtie en 1946 à Palm Springs.

Encyclopédie vivante du design vintage, Alexandre Guillemain organise régulièrement des expos thématiques dans sa galerie parisienne. C’est ainsi qu’il nous convie à Palm Springs, la célèbre capitale du courant « Desert Modernism », pour présenter une sélection d’une cinquantaine de meubles intimement liés à ce lieu de villégiature, qu’ils aient été conçus pour des intérieurs de Palm Springs ou qu’ils soient un reflet de cette destination. Des créations de George Nelson pensées comme des micro-architectures, des canapés d’angle de Paul McCobb dessinés pour ces « pièces à vivre » inédites, la table Cyclone d’Isamu Noguchi, qui semble s’inspirer des tornades de sable du désert, la table Boomerang de John Keal, qui rappelle les formes libres des piscines, les fauteuils des Eames fabriqués à Gardena, près de Palm Springs… C’est toute l’histoire de la ville que le galeriste nous invite à redécouvrir par le prisme du design.

> « Palm Springs », du 29 mars au 4 mai. Galerie Alexandre Guillemain. 35, rue Guénégaud, 75006 Paris.


3/ Lacoste accoste rive droite

Galerie Jacques Lacoste.
Galerie Jacques Lacoste.

Le PAD (Paris Art + Design), Design Miami… Le galeriste Jacques Lacoste émerveille les visiteurs des foires avec ses stands à thèmes dessinés par la décoratrice-scénographe Émilie Bonaventure. Celle-ci a composé un espace lumineux et sobre pour la seconde adresse du galeriste, qui vient d’ouvrir avenue Matignon. Il y propose sur trois étages des « period rooms » et des expositions thématiques. Parmi les artistes phares, le décorateur Jean Royère, dont la galerie est spécialiste et dont elle détient une partie des archives, le maître verrier Max Ingrand, le sculpteur Alexandre Noll ou le designer Serge Mouille. Mais Jacques Lacoste fait aussi dialoguer les oeuvres des créateurs de l’Union des artistes modernes (UAM) comme Robert Mallet-Stevens, Pierre Chareau ou Jean Prouvé avec celles des grands ensembliers des années 30 que sont Jean-Michel Frank ou Jacques-Émile Ruhlmann. Une (re)découverte stimulante de l’histoire du design du XXe siècle.

> Galerie Jacques Lacoste. 19, avenue Matignon, 75008 Paris.

The good concept store La sélection IDEAT