Reportage Déco : Design culte et épuré dans un duplex florentin

Aménagé par Pierattelli Architecture dans la capitale toscane, ce studio de 50 m2 compense sa surface restreinte par la fluidité des espaces et les pièces de grands designers. Visite.

Depuis les années 1980, le studio Pierattelli Architecture taille sa réputation dans le tertiaire comme dans le privé, en concevant des hôtels, des bureaux et des résidences haut de gamme. Pour autant, l’agence florentine ne s’interdit pas de signer des projets à l’envergure plus intime. A l’image de ce petit duplex qui vient d’être entièrement reconfiguré dans le centre de la capitale toscane, à deux pas de l’église Santo Spirito.

Dans le séjour, table basse « Tulip » d’Eero Saarinen (Knoll), lampe « Taccia » d’Achille et Pier Giacomo Castiglioni (Flos), photographie de la série « Sea » par Wolfgang Uhlig.
Dans le séjour, table basse « Tulip » d’Eero Saarinen (Knoll), lampe « Taccia » d’Achille et Pier Giacomo Castiglioni (Flos), photographie de la série « Sea » par Wolfgang Uhlig. Iuri Nicolai

Sans jamais renier le confort, le nouvel aménagement ne s’encombre que de l’essentiel pour optimiser et mettre en lumière le moindre centimètre carré : « Nous nous sommes dit que l’appartement paraîtrait plus volumineux sans meubles éparpillés un peu partout. Ils auraient réduit la liberté de mouvement et contribué à réduire la perception de l’espace », relatent à ce propos Andrea et Claudio Pierattelli, qui secondent aujourd’hui leur père, Massimo Pierattelli, au sein de l’agence d’architecture et de design.

A l’image de l’appartement, la cuisine est aussi minimaliste que fonctionnelle, notamment grâce au cellier qui la jouxte.
A l’image de l’appartement, la cuisine est aussi minimaliste que fonctionnelle, notamment grâce au cellier qui la jouxte. Iuri Nicolai

Dès l’entrée, située sur un palier entre la chambre et les pièces de vies, la parcimonie de l’agencement privilégie donc la lecture de la volumétrie. A l’horizontale, avec une arche qui cadre la cuisine en arrière plan du séjour. Et à la verticale, avec un aplat indigo et une succession d’étagères qui tissent un lien entre les niveaux de la mezzanine et du salon. En laissant filer le regard, un escalier en porte à faux et un garde-corps vitré amplifient à leur tour la sensation d’espace. Juste en dessous, une structure en bois laqué exploite quant à elle toute la largeur du salon pour accueillir une banquette, des plantes et une platine vinyle.

L’œuvre du photographe Wolfgang Uhlig et les finitions en denim du canapé et de la tête de lit apportent des notes de bleu qui tranchent avec le blanc et la teinte naturelle du parquet, tissant ainsi un fil rouge entre les différents espaces.
L’œuvre du photographe Wolfgang Uhlig et les finitions en denim du canapé et de la tête de lit apportent des notes de bleu qui tranchent avec le blanc et la teinte naturelle du parquet, tissant ainsi un fil rouge entre les différents espaces. Iuri Nicolai

Résolument ouverts, à l’exception de la salle de bains et des deux dressings dissimulés dans des pièces aveugles, les différents espaces jouent également la carte de la continuité avec l’omniprésence du blanc, d’un parquet à chevrons et des pièces dessinées par les plus grands designers : lampe Taccia d’Achille et Pier Giacomo Castiglioni dans le salon, lampe Take de Ferruccio Laviani sur une table de chevet signée Eero Saarinen dans la chambre, spots Fort Knox de Philippe Starck et Plastic Chairs des Eames dans la cuisine… Des pièces plus ou moins récentes mais qui conjuguent toutes la simplicité à la fonctionnalité, en s’accordant parfaitement à l’esprit de l’appartement.

Les assises des Eames et le piétement en aluminium de la lampe « Taccia » ponctuent l’espace de noir tout en rappelant la structure métallique de la mezzanine et de l’escalier.
Les assises des Eames et le piétement en aluminium de la lampe « Taccia » ponctuent l’espace de noir tout en rappelant la structure métallique de la mezzanine et de l’escalier. Iuri Nicolai
Une arche, un garde-corps vitré ou escalier sans contremarche… Tous les moyens sont bons pour laisser filer le regard et augmenter la sensation d’espace.
Une arche, un garde-corps vitré ou escalier sans contremarche… Tous les moyens sont bons pour laisser filer le regard et augmenter la sensation d’espace. Iuri Nicolai

The good concept store La sélection IDEAT