Exposition : le design peut-il sauver la Terre ?

Avec « Broken Nature, Design Takes on Human Survival », le musée de la Triennale de Milan explore les nouveaux territoires du design en convoquant scientifiques et citoyens pour créer un levier de changement pour la survie de la planète.

Dès l’entrée de l’exposition, les photos géantes avant/après prises par la NASA font claquer l’évidence : la planète et ses habitants sont en danger. Il y a donc urgence à réfléchir collectivement (designers, architectes, scientifiques, artistes, ingénieurs, urbanistes, biologistes, mais aussi citoyens et politiques) à la façon de restaurer les liens entre l’homme et son environnement ou d’adoucir cette rupture lorsqu’elle est consommée.

« Anima », de la vaisselle et des récipients fabriqués à partir de résidus alimentaires et de laque (urushi), de Kosuke Araki.
« Anima », de la vaisselle et des récipients fabriqués à partir de résidus alimentaires et de laque (urushi), de Kosuke Araki.

« Je fais des expositions qui utilisent le design comme plateforme, afin d’encourager de nouvelles façons de penser qui contribuent à susciter des prises de conscience », affirme Paola Antonelli, la commissaire. « Broken Nature » est une démonstration de son approche disruptive, révélée dès 2008 à New York, au MoMA, avec « Design & The Elastic Mind ». Parmi les projets phares réalisés avec l’aide d’un comité pluridisciplinaire, il faut citer la vaisselle Anima, fabriquée à partir de résidus alimentaires et de laque par Kosuke Araki, ainsi qu’Ore Streams, développé par le duo italien de designers Formafantasma, qui offrent une seconde vie aux déchets électroniques et livrent un travail sur l’obsolescence programmée.

Cabinet et fauteuil de la collection « Ore Stream », imaginée par le studio Formafantasma.
Cabinet et fauteuil de la collection « Ore Stream », imaginée par le studio Formafantasma.

Confié à l’historienne du design Catherine Geel, le pavillon français met en lumière neuf jeunes designers : Samy Rio et sa passion pour le bambou comme nouveau standard semi-industriel ; David Enon, qui propose un système de production d’objets utilisant le même procédé de fabrication (s)low tech que les récifs coralliens artificiels Biorock (Bali)… « Broken Nature » fait du collaboratif et des expertises croisées une condition sine qua non à la création et à la survie de la planète.

« Ore Streams – Trashbin » ou la corbeille réinventée par les designers de Formafantasma.
« Ore Streams – Trashbin » ou la corbeille réinventée par les designers de Formafantasma.

> « Broken Nature, Design Takes on Human Survival ». Au musée de la Triennale, à Milan, jusqu’au 1er septembre.

The Good Spots Destination Milan

The good concept store La sélection IDEAT