Comment la Seconde Guerre mondiale a révélé le génie des Eames

En 1942, l’armée américaine demande à Charles et Ray Eames de participer à l'effort de guerre. Leurs recherches sur les attelles serviront de socle à tout leur travail postérieur sur le bois courbé…

En 1941 , les Eames viennent tout juste de s’installer dans le Sud de la Californie. C’est ici qu’ils veulent continuer leurs travaux sur le processus de production d’un mobilier aux formes nouvelles fabriqué de façon industrielle. La presse de moulage « Kazam! » qu’il mettent au point dans leur petit appartement de Los Angeles, marque le début d’une longue série d’expérimentations autour du cintrage de contreplaqué.

« Ils ont clairement compris que créer du mobilier destiné à une production industrielle impliquait de mettre soi-même au point l’outil de fabrication –  et non uniquement le produit fini », estime aujourd’hui Eames Demetrios, petit-fils du couple qui perpétue la mémoire des ses grands-parents à travers livres et documentaires. Leurs découvertes auront un impact immense sur l’évolution du mobilier contemporain dans les années 1950-1960.

Vue de l’exposition « Charles & Ray Eames. The power of design » au Vitra Design Museum en 2018. L’attelle fondatrice se trouve à gauche de la photographie, le mobilier développé à sa suite à droite…
Vue de l’exposition « Charles & Ray Eames. The power of design » au Vitra Design Museum en 2018. L’attelle fondatrice se trouve à gauche de la photographie, le mobilier développé à sa suite à droite… Mark Niedermann

En s’installant à Los Angeles, le couple s’immerge dans l’effervescence culturelle de la capitale de l’entertainment, mais se confronte aussi au complexe militaro-industriel… En 1942, une fois les Etats-Unis rentrés en guerre suite à Pearl Harbour, l’armée américaine va solliciter le couple de designers pour répondre aux urgences du conflit. La première commande porte sur 15 000 attelles destinées au transport des blessés de l’US Navy.

A gauche, l’attelle en bois développée par les Eames. A droite, la chaise DCW née juste après guerre (1946, Vitra).
A gauche, l’attelle en bois développée par les Eames. A droite, la chaise DCW née juste après guerre (1946, Vitra). Blake Wylie

Charles et Ray mettent alors au point des modèles en contreplaqué courbé pour remplacer ceux autrefois fabriqués en métal qui pouvaient blesser les soldats et nécessitaient des matières premières désormais affectées à l’armement. En les rendant plus ergonomiques, plus légères, donc plus confortables, les Eames voient leurs premiers prototypes validés et produits en masse.

En se concentrant sur l’usage de l’attelle, ils réinventent sa forme en lui ajoutant des fentes pour permettent le change des bandages sans déstabiliser le membre. «  Les détails ne sont pas des détails, ce sont eux qui font le produit », avait coutume de dire Charles Eames… Après ce coup de maître, ils produisent alors en nombre des attelles, mais aussi des brancards, et même des fuselages de planeurs expérimentaux pour l’industrie aéronautique.

Détails des courbes du cintrage de bois des attelles Eames.
Détails des courbes du cintrage de bois des attelles Eames. Eames offices

Cette collaboration avec l’armée américaine a permis au couple de tester la possibilité de produire en masse des objets en contreplaqué courbé. Grâce à ce travail exploratoire, au sortir de la guerre, le couple se lance dans la production de chaises qui deviendront iconiques comme la Plywood Group DCW (1946) ou le fauteuil Lounge, leur best-seller durant les années 50.

Ray Eames dans un prototype de Lounge Chair créée par le couple en bois cintré.
Ray Eames dans un prototype de Lounge Chair créée par le couple en bois cintré. VitrA

The good concept store La sélection IDEAT