Atelier Oslo crée un refuge pour plonger dans la nature scandinave

Sur l’île de Skåtø, au sud de la Norvège, les architectes d’Atelier Oslo ont inauguré le repaire d’un couple d’artistes avide de quiétude et de nature. Deux envies largement satisfaites, avec une architecture qui plonge ses occupants dans les rivages de la Mer du Nord.

Baptisée « House on an Island », la récente réalisation de l’Atelier Oslo est à l’image de son patronyme : indissociable de son environnement et des paysages insulaires. Face à la Mer du Nord, cernée par les panoramas sauvages de l’île de Skåtø, cette résidence secondaire de 70 m2 s’inscrit harmonieusement dans son contexte : une parcelle accidentée, lentement érodée par les éléments, dont la topographie tout à tour abrupte et délicate devient le socle d’un refuge tourné vers l’horizon.

L’aménagement intérieur se résume à l’essentiel pour privilégier de larges vues sur le paysage.
L’aménagement intérieur se résume à l’essentiel pour privilégier de larges vues sur le paysage. Ivar Kvaal

Introduit par une passerelle, le projet s’apparente, comme une mise en abîme, à une île cerclée perdue dans une mer de rochers. L’accès se fait au niveau de la toiture et mène à un escalier taillé comme une faille dans le corps de l’édifice. Un cheminement presque théâtral mais surtout conceptuel, qui incite à se déconnecter du monde et des tracas quotidiens pour répondre au souhait des propriétaires. A la recherche d’un échappatoire face au tumulte et aux distractions de la vie citadine, les deux artistes profitent depuis l’année dernière de leur nouvel atelier en alternant travail et contemplation.

Face à la topographie complexe du site, une passerelle et un escalier extérieur mettent en scène l’arrivée des occupants.
Face à la topographie complexe du site, une passerelle et un escalier extérieur mettent en scène l’arrivée des occupants. Ivar Kvaal

S’ils fignolent actuellement la future bibliothèque publique de la capitale norvégienne, les architectes d’Atelier Oslo ont imaginé ici un tapis de béton qui se déroule au plus près des reliefs existants. En découle une série de paliers dont la teinte grise évoque celle de la roche. Des multiples terrasses aux pièces de vie, l’uniformité du revêtement atténue la frontière entre les espaces intérieurs et extérieurs, uniquement délimités par un voile de verre et une structure ajourée.

Identique à l’intérieur et à l’extérieur, le sol en béton offre des terrasses sur toute la périphérie du bâtiment.
Identique à l’intérieur et à l’extérieur, le sol en béton offre des terrasses sur toute la périphérie du bâtiment. Ivar Kvaal

En réponse aux forêts environnantes, le choix du bois s’est logiquement imposé pour dessiner une trame qui tombe en cascade sur chacune des façades. Entièrement vitrées afin de propulser le regard vers le paysage, celles-ci ménagent ainsi des vues et un ensoleillement adaptés au voisinage et à toutes les saisons. Fourni par Kebony, un fabricant local, le pin utilisé résiste particulièrement bien aux intempéries et aux embruns grâce à un traitement thermique lui permettant d’acquérir une solidité et une longévité équivalentes – voire supérieures ! – aux bois exotiques.

Une seconde structure en bois s’ajoute à la structure principale afin de garantir intimité et confort thermique.
Une seconde structure en bois s’ajoute à la structure principale afin de garantir intimité et confort thermique. Ivar Kvaal

En jouant sur des effets de profondeur et des rythmes différents, la disposition des lattes crée en outre des jeux d’ombre et de lumière dans les deux chambres, le bureau et le séjour en plan libre. A cet effet, Nils Ole Brandtzaeg, cofondateur de l’agence norvégienne, indique s’être inspiré de « la sensation d’être assis sous un arbre, lorsque les rayons du soleil filtrent à travers ses branches ». Pour lui comme ses clients, la nature reste une source d’inspiration intarissable…

Les quadrillages de la façade se répercutent au sol en dessinant des motifs qui évoluent en fonction de la course du soleil.
Les quadrillages de la façade se répercutent au sol en dessinant des motifs qui évoluent en fonction de la course du soleil. Ivar Kvaal
« House on an Island », Atelier Oslo (2018).
« House on an Island », Atelier Oslo (2018). Ivar Kvaal

> www.atelieroslo.no

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT