Les trésors vintage de la galerie Desprez-Bréhéret

Coller aux goûts de l'époque tout en l’inspirant… En un an, le duo Desprez-Bréhéret a fait bouger les lignes du design vintage à Paris grâce à un œil et une curiosité uniques. Une singularité couronnée lors de l’édition parisienne du PAD, en avril dernier.

Il y a quelques années, Hélène Bréhéret et Benjamin Desprez dénichent une étonnante lampe en terre cuite rouge chez un confrère antiquaire de l’ouest de la France : « Nous l’avons trouvée simplement parfaite, nous n’avions jamais rien vu de pareil. Mais la signature était illisible. Nous savions seulement qu’elle datait des années 70. » Les deux antiquaires se lancent alors dans une longue enquête qui les mènera jusqu’à La Borne, célèbre village de potiers du centre de la France, pour finir aux Baux-de-Provence, où ils rencontrent Guy Bareff, l’auteur de cette merveille.

Le céramiste accepte de recréer quelques pièces avec eux. Au début, les clients s’amusent de ces objets qu’ils jugent un peu hippie… Et puis finalement, l’engouement croissant pour le genre bohème permet à ces créations organiques de trouver le chemin des intérieurs parisiens les plus chics… et de remporter le prix du design contemporain à la foire du PAD en avril 2019 !

Dans la galerie Desprez-Bréhéret, à Paris, on peut dénicher, entre autres : un cabinet, des chaises et des tabourets de Jean Touret (années 50) ; une paire de fauteuils Pacha édition originale de Pierre Paulin et des suspensions Uchiwa d’Ingo Maurer (années 70).
Dans la galerie Desprez-Bréhéret, à Paris, on peut dénicher, entre autres : un cabinet, des chaises et des tabourets de Jean Touret (années 50) ; une paire de fauteuils Pacha édition originale de Pierre Paulin et des suspensions Uchiwa d’Ingo Maurer (années 70). Young-Ah Kim
Benjamin Desprez pose près d’une lampe de Roger Capron présentée sur une table lumineuse de Guy Bareff (représenté en exclusivité par la galerie).
Benjamin Desprez pose près d’une lampe de Roger Capron présentée sur une table lumineuse de Guy Bareff (représenté en exclusivité par la galerie). Young-Ah Kim

Mobilier d’artiste et matériaux naturels

Pour Hélène Bréhéret et Benjamin Desprez, ce prix récompense un style à la lisière des sentiers battus. « Nous affectionnons le mobilier d’artiste, les objets de petite production, les matériaux naturels, la main de l’homme… C’est ce qui nous a orientés vers les pièces creusées à la gouge de Jean Touret et de l’atelier de Marolles, ou vers les meubles de Pierre Chapo, solides et sincères. En définitive, le seul critère est l’émotion que nous ressentons en chinant », explique le duo, qui propose aussi des réalisations de Charlotte Perriand ou d’Ingo Maurer.

Pour compléter leur esprit « maison de vacances », ils retapissent leurs sélections d’une variété de blancs, dans des matériaux aussi divers que des lainages, du velours ras ou du lin, qu’ils associent avec des tapisseries de Brigitte Bouquin-Sellès, en laine feutrée blanche, ou des céramiques d’Éric Astoul. Dernier clin d’œil à l’été, la table basse de Roger Capron dont le motif central représente un soleil, ambassadeur bienveillant de cette galerie radieuse.

Table basse « Soleil » de Roger Capron.
Table basse « Soleil » de Roger Capron. Young-Ah Kim

> Galerie Desprez-Bréhéret. 30, rue Croix-des-Petits-Champs, 75001 Paris.

The good concept store La sélection IDEAT