Nouvelles têtes : Le Berre-Vevaud, le chic sans emphase

Raphaël Le Berre et Thomas Vevaud ont fondé leur agence d’architecture intérieure en 2008, avant de devenir aussi éditeurs de design. Leurs réalisations, malgré un apparent classicisme, révèlent un goût certain pour une simplicité mâtinée de risque, de surprise et d’inattendu.

Volumes lumineux et sobres, détails raffinés, matières élaborées, mobilier fait main et façonné par les artisans d’art les plus talentueux… Les lieux que Raphaël Le Berre et Thomas Vevaud réalisent portent en eux ce que leurs concepteurs défendent depuis leurs débuts : le goût des espaces anti-démonstratifs et malgré tout pétillants, où se devinent, dans l’extrême sophistication, une sensibilité pour la simplicité, un penchant pour une forme de matérialité.

Les architectes d’intérieur Raphaël Le Berre et Thomas Vevaud.
Les architectes d’intérieur Raphaël Le Berre et Thomas Vevaud. Jean-Marc Palisse

En 2017, ils réalisent un appartement avenue Mozart, à Paris (XVIe), où les cloisons amovibles se marient à des boiseries anciennes agrémentées d’un parement en verre et où la cuisine est équipée d’un mobilier en mélèze brossé et teinté. Ils poursuivent avec un cabinet médical de chirurgie plastique rue Boissière (XVIe), le décorent de paravents habillés de tissu Lelièvre et d’un papier peint panoramique Le Jardin aux oiseaux d’Ananbô. « C’était un véritable challenge, confient-ils, car il s’agissait de créer un lieu marquant, avec une atmosphère inspirée d’un cabinet de curiosités et, plus concrètement, un espace qui soit à la fois fonctionnel, élégant, hospitalier, chaleureux et antistress. »

Rue Boissière, à Paris (XVIe), un appartement haussmannien familial transformé en cabinet médical.
Rue Boissière, à Paris (XVIe), un appartement haussmannien familial transformé en cabinet médical. Jean-Marc Palisse

En 2018, on leur confie un appartement à Passy (XVIe) où ils mixent parquets à larges lattes de chêne, canapés habillés de lin à grosses mailles Colefax & Fowler, tissus de chez Missoni et Pierre Frey, murs recouverts de papiers peints Arte… Dans tous leurs chantiers, une grande attention est portée au bâti, a fortiori lorsqu’il s’agit d’une réhabilitation, afin de ne pas dénaturer l’âme du lieu, mais également à la matière, à la lumière, au côté haute couture des finitions et des détails. Résultat : un style élégant, sobre et intemporel qui s’inspire du néoclassicisme, des arts décoratifs du XXe siècle, de l’après-guerre mais aussi des années 70.

Le même appartement rue Boissière.
Le même appartement rue Boissière. Jean-Marc Palisse

Épure et métiers d’art

Un syncrétisme qui s’est nourri de solides années de formation. Après des études aux écoles Penninghen puis Camondo, à Paris, Raphaël Le Berre s’envole pour New York, où il réalise ses premiers travaux pour MR Architecture + Decor, puis revient à Paris afin de poursuivre son périple professionnel chez Sylvie Amar Studio. Formé aux ateliers du Louvre et à Camondo, Thomas Vevaud rejoint tout d’abord l’agence d’architecture intérieure Gilles & Boissier puis celle de François Champsaur.

Partageant une même conception de l’architecture intérieure et du design, tous deux fondent leur société en 2008. Si, au début, « afin de donner corps et épaisseur à ce qui existe uniquement sur le papier », ils réfléchissent ensemble aux grandes lignes des projets – l’architecture, le travail des volumes, de la lumière, des perspectives, puis la décoration –, ils se séparent ensuite pour assumer, chacun de son côté et de A à Z, leurs chantiers respectifs.

Un détail de la console Carthage, qui faisait partie des premières collections de mobilier des deux créateurs (Raphaël Thomas Éditions).
Un détail de la console Carthage, qui faisait partie des premières collections de mobilier des deux créateurs (Raphaël Thomas Éditions). Olivier Cadouin

Amoureux de la belle ouvrage

Ils confient le gros œuvre à des sociétés labellisées « Entreprise du patrimoine vivant », avec qui ils partagent une même conception de l’esthétique : GMT (maçonnerie), SIGébène (ébénisterie), Pouenat (ferronnerie), les ateliers Pierre Bonnefille ou Tourtoulou (peintures). En 2015, nouvelle aventure. Ils se lancent, avec la collaboration de la décoratrice Céline Dewavrin, dans la conception de mobilier, afin de garnir leurs chantiers de pièces qu’ils ne trouvent pas sur le marché, mais aussi pour réaliser des lieux dans leur totalité et, surtout, parce que « chaque projet est, chaque fois, sujet à la création d’un meuble ».

Le tabouret Barth (Berre Vevaud Éditions) voisine avec le fauteuil Platner, de Warren Platner (Knoll).
Le tabouret Barth (Berre Vevaud Éditions) voisine avec le fauteuil Platner, de Warren Platner (Knoll). DR

Le Berre Vevaud Éditions (initialement Raphaël Thomas Éditions) décline depuis ses lignes épurées et architecturales dans des textures cultivant les contraires : lisses et rugueuses, mates et brillantes, laquées ou cirées, monochromes ou colorées. Diffusée par The Invisible Collection, la gamme est présente au Bon Marché, à Paris, et chez Barneys New York. Le tabouret Barth, en marbre, a déjà reçu le prix du jury lors du salon Révélations 2017.

> Showroom Le Berre Vevaud Éditions, 35, rue de l’Annonciation, 75016 Paris.

The good concept store La sélection IDEAT