Tendances 2019 : le pixel rafraîchit le terrazzo

Le terrazzo a régné en maître durant plusieurs saisons. Pas encore tout à fait « out », il inspire cette année des impressions et décors pixellisés. Une tendance qui évolue vers un look plus digital…

Née devant un ordinateur et avec un téléphone dans la poche, la génération des digital natives prise les expériences virtuelles autant que les interactions physiques. Pour séduire ces « cyber consommateurs », les marques élaborent de nouvelles stratégies esthétiques. Des effets pixellisés décorent les surfaces, des textiles aux revêtements de sol, du petit accessoire au mobilier. Jouant sur les échelles, du plus grossier au plus pointilliste, ces motifs invitent au jeu et à l’expérimentation dans un esprit éminemment graphique.

Tabouret en terracotta, design Masquespacio (Poggi Ugo).
Tabouret en terracotta, design Masquespacio (Poggi Ugo). Masquespacio x Poggi Ugo

Mixer durabilité et cyberspace

Tables en poussière de marbre et de granit (Studio DWA pour Lambert & Fils).
Tables en poussière de marbre et de granit (Studio DWA pour Lambert & Fils). Lambert & Fils x DWA Design Studio

Alors que nous sommes de plus en plus nombreux à veiller aux qualités écologiques des produits que nous plaçons dans nos intérieurs, l’influence d’un look recyclé, mais frais et coloré, continue à dominer. Le terrazzo avait conquis la sphère design par son processus de production. Des morceaux de matériaux récupérés et réassemblés avec désinvolture comme des confettis offrent une nouvelle jeunesse à cette tendance : les motifs – imprimés, tissés, ou agglomérés – prennent un aspect chiné qui dessine les contours d’un néo-terrazzo contemporain. Au Café Populaire de Lambert & Fils à Milan, les tables du studio DWA étaient ainsi faites d’un mélange de poussière de marbre et de granit, positionnées les unes à côté des autres, pour un effet patchwork sophistiqué. Et dans sa nouvelle collection pour Tarkett, Note Design Studio utilise des matériaux recyclés pour créer des motifs originaux qui vont du micro au macro.

Collection de revêtements vinyles « IQ Surface », design Note Design Studio (Tarkett).
Collection de revêtements vinyles « IQ Surface », design Note Design Studio (Tarkett). Tarkett x Note Design Studio

Pixels et tactilité

Collection 2019 de textiles mouchetés, design Raf Simons (Kvadrat).
Collection 2019 de textiles mouchetés, design Raf Simons (Kvadrat). Raf Simons x Kvadrat

Tout en évoluant vers une esthétique plus numérique, les matières conservent un rendu texturé. En effet, l’espace digital est devenu partie intégrante de nos vies, mais il ignore et exclut encore notre réalité physique. Alors que nous souffrons de surexposition aux écrans, le manque de contact sensoriel se fait de plus en plus sentir, ce qui peut entraîner stress et anxiété. Un certain nombre de designers optent donc pour une matérialisation tactile de ces effets visuels. Raf Simons applique le principe à une collection de jacquards pour Kvadrat, tandis que Patricia Urquiola obtient ce look avec des morceaux de mousse industrielle.

De plus en plus graphique

Tapis « Shade IX », Dare to Rug.
Tapis « Shade IX », Dare to Rug. Dare to rug

Se rapprochant encore plus d’un rendu virtuel, des collections d’objets se déclinent dans des couleurs vives, lumineuses, et réminiscentes de palettes digitales. Alpi édite des meubles créés par l’atelier d’Alessandro Mendini juste avant sa mort, qui poussent la pixellisation jusqu’au pointillisme, alors que Dare to Rug et Clementine Chambon choisissent une approche plus abstraite.

Armoire « Ayl », en panneaux de bois de la collection « Pointillisme », design Atelier Mendini (Alpi).
Armoire « Ayl », en panneaux de bois de la collection « Pointillisme », design Atelier Mendini (Alpi). Atelier Mendin x Alpi
Détail du tapis « Disappearing Spectrum », design Clémentine Chambon (Nodus Rug).
Détail du tapis « Disappearing Spectrum », design Clémentine Chambon (Nodus Rug). Nodus Rug x Clémentine Chambon

The good concept store La sélection IDEAT