Tourisme : Ischia et Procida, le charme discret de l'Italie

Vous pensiez que le chic, dans le golfe de Naples, ne pouvait passer que par Capri ? Tournez plutôt le regard vers Ischia et Procida, ses voisines. Ulysse est passé par là, et la jet-set des années 60 en avait fait son terrain de jeu. Assez différentes, les deux îles, au profil cinématographique, ont jalousement gardé leur charme intact.

Angelo Rizzoli, l’homme de la maison d’édition et de la mythique librairie new-yorkaise, était aussi et surtout un producteur de cinéma. C’est à ce Milanais que l’on doit La Comtesse aux pieds nus (Mankiewicz) et La Dolce Vita (Fellini). Dans les années 50, il tombe amoureux de l’île d’Ischia, dans le golfe de Naples, et ne regarde pas à la dépense pour restaurer la villa Arbusto, une demeure du XVIIIe siècle. Il en fera son Buen Retiro et y accueillera la jet-set de l’époque, lui offrant de vivre la fameuse dolce vita.

L’île volcanique d’Ischia se pare de magnifiques jardins en terrasse, qui plongent vers la mer.
L’île volcanique d’Ischia se pare de magnifiques jardins en terrasse, qui plongent vers la mer. Stevens Frémont
Les pêcheurs locaux alimentent en poissons méditerranéens les tables des restaurants qui bordent la côte.
Les pêcheurs locaux alimentent en poissons méditerranéens les tables des restaurants qui bordent la côte. Stevens Frémont

Les rues ­d’Ischia voient alors défiler les stars d’Hollywood et de Cinecittà. Plus aucune chance, aujourd’hui, de croiser Humphrey Bogart, Marcello Mastroianni, Anita Ekberg, Ava Gardner ou Gina Lollobrigida, mais les paysages de l’île sont des personnages à part entière et ont continué d’inspirer les cinéastes. Billy Wilder y a fait venir Jack Lemmon pour Avanti!, Brad Pitt, Matt Damon et ­Gwyneth Paltrow y ont pris des coups de soleil sur le tournage du Talentueux Mr. Ripley, et, plus récemment, c’est Benoît Jacquot qui en a fait le décor de Villa Amalia, avec Isabelle Huppert. Le metteur en scène français est un amoureux de cette île discrète à l’allure grecque : « Je connais le golfe de Naples depuis l’adolescence. À cet âge, déjà, j’avais été touché par la force du lieu. J’ai beaucoup voyagé mais cet endroit demeure sans conteste celui qui me transporte le plus. À chaque fois que j’y reviens, c’est un émerveillement. En s’éloignant des balises touristiques, on peut s’y retrouver seul, ébloui. »

Cette île volcanique est l’un des patrimoines thermaux les plus riches du monde, avec 69 groupes de fumerolles, 29 bassins hydrothermaux et près de 100 sources d’eaux thermominérales, dont les températures à l’air libre ­oscillent entre 15 °C et 86 °C. C’est simple, c’est ici que les Grecs ont inventé la thalasso ! Pour séduire les visiteurs, on ne dit plus « établissement thermal » mais « ­jardin thermal ». Ça sonne tout de suite mieux et c’est la ­vérité : le parc Negombo ou les termes jardins Poseidon sont de­ ­superbes espaces verts en terrasses qui plongent vers la ­Méditerranée. Spécialités : la fangothérapie (bains de boue), les grottes sèches à température élevée (l’équivalent du sauna) ou humides (sorte de bains turcs dans la nature). Été comme hiver, on s’immerge dans des bassins creusés à même la pierre, avec vue imprenable sur la mer.

À Ischia plane encore un parfum de dolce vita. Les hôtels, ici l’Albergo della Regina Isabella, offrent un confort prisé des amateurs de simplicité et d’élégance.
À Ischia plane encore un parfum de dolce vita. Les hôtels, ici l’Albergo della Regina Isabella, offrent un confort prisé des amateurs de simplicité et d’élégance. Stevens Frémont

Ischia n’usurpe pas son surnom d’« Isola verde » : elle est l’une des seules montagnes au monde à être composée de tuf vert avec l’île d’Hokkaido, au Japon. En son centre, le mont Epomeo est un potager géant d’où sont issus les légumes servis aux tables des restaurants. L’île est grande : il faut y séjourner, s’y perdre, traîner des heures en jouant aux cartes au Bar Internazionale, comme le firent en leur temps Truman Capote et Alberto Moravia, s’adonner au shopping dans le ravissant petit port de Sant’Angelo, interdit aux voitures mais qui abrite yachts et boutiques de luxe, négocier un forfait avec un canot qui vous emmènera déjeuner dans les criques, sauter sur un scooter de location pour s’enivrer du parfum de Luchino Visconti à la villa La Colombaia, dans le bois de Zaro. En descendant de cet isolement vertigineux par des routes mal fichues en zigzag et des goulots à une seule voie, on se perd facilement. Mais n’est-il pas délicieux de se perdre sur une île ?

Au Mezzatore, le design s’invite à la table des plus belles propriétés de l’île.
Au Mezzatore, le design s’invite à la table des plus belles propriétés de l’île. Giulio Oriani & Beatrice Vergani

The good concept store La sélection IDEAT