Du mobilier pour lutter contre le « manspreading » ?

Non sans humour, la designer Laila Laurel matérialise « le féminisme dans la troisième dimension », avec deux chaises qui sensibilisent hommes et femmes au phénomène du « manspreading ».

A peine diplômée de l’université de Brighton, la designer Laila Laurel fait déjà le buzz. Il faut dire que la jeune femme de 23 ans s’est attaqué à un sujet des plus actuels, avec son projet baptisé « Une solution au Man-Spreading ». Face aux comportements envahissants de certains membres de la gent masculine, qui n’hésitent pas à largement écarter les jambes dans les transports en commun, la Britannique a dessiné deux chaises aux assises différentes, spécifiquement conçues pour les hommes et les femmes.

En mêlant différemment le bois de sycomore et le merisier, les deux chaises de Laila Laurel dénoncent le phénomène du manspreading, révélé au grand jour en 2013 par une campagne de sensibilisation du métro new-yorkais.
En mêlant différemment le bois de sycomore et le merisier, les deux chaises de Laila Laurel dénoncent le phénomène du manspreading, révélé au grand jour en 2013 par une campagne de sensibilisation du métro new-yorkais. Laila Laurel

En forme de trapèze cintré vers l’avant, l’assise de la première chaise s’adresse aux hommes en les obligeant à resserrer leur jambes. Le but est de leur faire ressentir la frustration que peuvent connaître les femmes lorsque leur voisin n’hésite pas empiéter sur leur siège ou leur espace personnel. Une situation que Laila Laurel a elle-même observé à plusieurs reprises en moins d’une heure, au cours d’une étude préparatoire réalisée dans les transports publics de Brighton.

Des éléments en bois, au centre ou sur les cotés des assises, renforcent le caractère coercitif des deux chaises.
Des éléments en bois, au centre ou sur les cotés des assises, renforcent le caractère coercitif des deux chaises. Laila Laurel

A l’inverse, la deuxième chaise, cintrée vers l’arrière, incite les femmes à s’imposer dans leur environnement. « Encourager les femmes à réfléchir à la manière dont elles se déplacent ou à l’espace qu’elles occupent par rapport aux hommes, est très important, car c’est un problème tellement énorme, mais qui n’est pas toujours pris en compte », explique la designer, pour qui « l’humour est un outil vraiment intéressant lorsqu’il s’agit de combattre les problématiques sociales. »

Politique, le projet n’en est pas moins esthétique avec ses formes simples et ses finitions brutes.
Politique, le projet n’en est pas moins esthétique avec ses formes simples et ses finitions brutes. Laila Laurel

En adéquation avec son époque, Laila Laurel entend désormais « utiliser sa pratique du design pour créer des objets amusants, puissants et intéressants sur l’égalité et le féminisme ». Une attitude déjà couronnée de succès puisque ses deux chaises lui ont déjà permis de remporter le Belmond Award, décerné par le groupe hôtelier éponyme, lors du salon New Designers, organisé chaque été à Londres.

« A solution for Man-Spreading » (2019).
« A solution for Man-Spreading » (2019). Laila Laurel

The good concept store La sélection IDEAT