Icône : Le fauteuil D4 de Marcel Breuer (1927)

Moins connu que son cousin, le fauteuil Wassily, le D4, du designer d’origine hongroise (1902-1981), demeure néanmoins une icône. Ce siège pliant est aussi à l’aise indoor qu’outdoor, esprit dans lequel il a été conçu avant même que le mot n’existe…

Lors du dernier Salon du meuble de Milan, l’éditeur allemand Tecta fêtait sur son stand le centenaire du Bauhaus. Il confiait notamment les lignes du fauteuil D4, conçu par Marcel Breuer en 1927, à la sensibilité de deux créatrices contemporaines. Leurs versions laissent la structure inchangée, mais arborent un nouveau tissu. Et pour cause : l’une est l’œuvre de l’artiste brodeuse britannique Esther Wilson qui, sur un fond de tissu blanc ou noir, égrène de petits motifs colorés à la Kandinsky.

La D4 dans sa version revue par la brodeuse Esther Wilson.
La D4 dans sa version revue par la brodeuse Esther Wilson. Photo DR

L’autre établit une composition rose, jaune, marron et noir, réalisée en bojagi, une technique de patchwork coréenne, une réinterprétation de la créatrice textile allemande, Kerstin Bruchhäuser. Le siège léger et sans rembourrage de Breuer s’agence autour de pièces de tissu, telles des bandes Velpeau : l’une, carrée, pour l’assise, deux autres, placées à l’horizontale, pour le dossier, les deux dernières formant les accoudoirs.

La D4 de Kerstin Bruchhäuser emploie la technique coréenne du bojagi.
La D4 de Kerstin Bruchhäuser emploie la technique coréenne du bojagi. Photo DR

La D4, version pliable de la chaise Wassily

La D4 n’est pas une chaise, c’est une solution ! Pensée pour les ponts des paquebots et les belles maisons d’été, elle est tout indiquée pour des silhouettes à la René Lacoste ou à la Suzanne Lenglen… Comme le suggérait d’ailleurs la première publicité la dévoilant. En 2019, on l’a aperçue le même jour sur le stand Tecta de la Biennale Interieur, à Courtrai, et dans le studio d’enregistrement du DJ le plus hype de la ville… Cette chaise du presque rien, tout en acier inoxydable tubulaire (revêtu, pour l’extérieur, de polyacrylique), est en fait la cousine méridionale du fauteuil Wassily.

Le fauteuil D4 de Marcel Breuer (1927) est réédité par l’Allemand Tecta.
Le fauteuil D4 de Marcel Breuer (1927) est réédité par l’Allemand Tecta. DR

Encore plus légère, elle n’encombre jamais l’espace, jusqu’à se replier, s’il le faut. Mais elle a de la personnalité : le rose, le violet ou le vert ne lui font pas peur. Dès les années 80, elle entre dans les collections permanentes du MoMA, à New York. Pourquoi ? Marcel Breuer avait l’air de le savoir en disant : « L’espèce humaine a été libérée des liens du siège rigide pour profiter de la liberté des sièges flottants. La chaise en tube d’acier est un symbole de son temps. »

La D4 se montre aussi à l’aise dans une maison de vacances que dans une salle de réunion.
La D4 se montre aussi à l’aise dans une maison de vacances que dans une salle de réunion. DR

>Fauteuil D4, 1 729 € (Tecta, disponible en jaune, bleu, orange, rose ou turquoise).

Escamotable, le D4 peut disparaître dans un placard.
Escamotable, le D4 peut disparaître dans un placard. DR

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT