MAD dessine la ville du futur au Centre Pompidou

Récemment acquises par le centre Pompidou, douze maquettes racontent la démarche de l’agence MAD, dans une exposition où l’architecture se confond avec la nature… et la science-fiction !

Baptisée « Mad X », l’exposition du Centre Pompidou se concentre jusqu’à l’année prochaine sur les projets les plus marquants de cette agence d’architecture basée à Pékin et Los Angeles. « Si le X représente les 10 projets exposés, il a aussi une autre sens. Le X signifie également l’inconnu. Avec lui, j’espère exprimer mon envie d’explorer de nouveaux territoires, ce qui est plus important que de reproduire le passé », explique Ma Yansong, fondateur de l’agence, aujourd’hui associé à Dan Qun et Yosuke Hayano.

Lucas Museum of Narrative Art, Los Angeles, USA (inauguration prévue en 2021).
Lucas Museum of Narrative Art, Los Angeles, USA (inauguration prévue en 2021). Images courtesy of MAD

Tournée vers le futur depuis sa création 2004, l’agence défraye régulièrement la chronique à grands coups d’expérimentations formelles. Toujours sculpturales et souvent organiques, elles façonnent désormais un paysage fantasmé dans une des salles du musée parisien. Douze maquettes s’y assemblent pour composer un archipel fictif, ou plutôt « une métropole d’un nouveau genre ». Une description que ne contredira pas le responsable du service architecture du Centre Pompidou et commissaire de l’exposition.

Nanjing Zendai Himalayas Center, Nanjing, Chine (2017).
Nanjing Zendai Himalayas Center, Nanjing, Chine (2017). Images courtesy of MAD

« L’invitation faite à l’agence MAD est précisément due à la singularité de ses projets », souligne Frédéric Migayrou, pour qui « l’architecture contemporaine a besoin de plus d’architectes comme Ma Yansong, de jeunes architectes qui défient et influencent courageusement la jeunesse, le grand public et les dirigeants, pour réfléchir à l’avenir du design. » Dans un monde constellé de villes génériques, rigides et monotones, MAD propose l’exact opposé et revendique un futur onirique, où l’homme, la ville et la nature se développent en harmonie.

Harbin Opera House à Harbin, Chine (2015).
Harbin Opera House à Harbin, Chine (2015). Images courtesy of MAD

Accompagnées de quelques poèmes et de croquis, les maquettes témoignent de cette approche héritée de la philosophie orientale. L’opéra de Harbin paraît sculpté par l’eau et le vent en référence au climat glacial de la ville. Egalement en Chine, à Nanjing et à Pékin, des immeubles résidentiels miment les reliefs des montagnes traditionnellement représentées dans les peintures de style Shanshui. Et le centre de conférences de Yabuli se fond dans le dénivelé d’un site escarpé.

China Entrepreneur Forum Conference Centre, Yabuli, Chine (inauguration prévue en 2020).
China Entrepreneur Forum Conference Centre, Yabuli, Chine (inauguration prévue en 2020). Images courtesy of MAD
Pingtan Art Museum, Pingtan, Chine (projet non réalisé).
Pingtan Art Museum, Pingtan, Chine (projet non réalisé). Images courtesy of MAD

Architecture et paysage tendent à se confondre, parfois jusqu’à l’extrême. A l’image du Pingtant Art Museum, qui dessine une véritable péninsule artificielle sur la côte chinoise. Ou de la tour East 34th, dont le dégradé du vitrage semble s’évaporer dans le ciel de New York. D’une crèche au futur musée de Georges Lucas, prévu à Los Angeles en 2021, les transitions entre espaces intérieurs et extérieurs se veulent progressives et invitent à la contemplation de l’environnement, à la manière des balcons qui galbent les ondulations sinueuses des Absolute Towers.

Tour East 34th, New York, USA (projet non réalisé).
Tour East 34th, New York, USA (projet non réalisé). Images courtesy of MAD

Nouvelles icônes de Missauga, les deux tours sont surnommées Marilyn Monroe Towers par les Canadiens en raison de leurs silhouettes cambrées. Une esthétique ondulante qui vient d’ailleurs de faire son apparition à Paris, avec les logements UNIC, en passe d’être inaugurés face au parc de la ZAC Clichy-Batignolles. Une preuve de plus qu’avec MAD l’avenir se construit au présent !

Crèche Clover House, Okazaki, Japon (2015).
Crèche Clover House, Okazaki, Japon (2015). Images courtesy of MAD

> Exposition « Mad X », présentée jusqu’au mois d’avril 2020, au Centre Pompidou, place Georges-Pompidou, 75004 Paris.

The good concept store La sélection IDEAT