Paris : Les 7 Batignolles, le cinéma nouvelle vague

Inauguré en décembre 2018, ce fastueux complexe de salles a éclos sur une ancienne friche du Nord parisien (XVIIe), en face du Palais de justice dessiné par Renzo Piano. L'architecte Ana Moussinet s’est inspirée de son expérience dans l’hôtellerie pour en faire un véritable lieu de vie.

Comment avez-vous abordé ce projet ?
Pour moi qui n’avais jamais conçu de cinéma, c’était un grand challenge. Ainsi qu’une occasion d’apporter une touche féminine à un univers habituellement assez masculin et de pousser le raffinement dans tous les détails, jusqu’à la décoration des toilettes, qui est ultra soignée !

Ana Moussinet, l’architecte responsable de la conception de l’aménagement intérieur de ce nouveau complexe de salles.
Ana Moussinet, l’architecte responsable de la conception de l’aménagement intérieur de ce nouveau complexe de salles. Irene de Rosen
La ligne, l’une des idées directrices d’un projet qui n’hésite pourtant pas à jouer sur la perte des repères.
La ligne, l’une des idées directrices d’un projet qui n’hésite pourtant pas à jouer sur la perte des repères. Benoit Linero

Quels matériaux et coloris ont été choisis ?
Pour l’espace principal de 400 m2, un lieu de passage, de rencontre et de détente – comme un lobby d’hôtel de luxe – accueillant un coffee-shop, j’ai opté pour un bleu soutenu, du béton cannelé, du terrazzo gris pâle au sol et un poli miroir doré au plafond, qui renvoie beaucoup de lumière. L’or apparaît par touches dans le décor et apporte un côté précieux. D’une façon générale, j’ai beaucoup travaillé la ligne, notamment avec des jeux d’ondulations présents dès l’entrée, mais aussi au sous-sol où l’esthétique psychédélique des années 70 m’a directement inspirée.

Et pour les salles ?
Chaque entrée de salle du 7 Batignolles est signalée par une grande arche lumineuse. À l’intérieur, nous avons choisi des revêtements plutôt joyeux et, pour la salle familiale, où les enfants peuvent s’installer sur des poufs Fatboy ou s’allonger sur des méridiennes, j’ai dessiné un motif en origami qui se décline en couleurs très vives au sol et au mur.

Dans un décor qui, par endroits, peut rappeler le lobby d’un hôtel de luxe, l’or apparaît par touches pour rehausser le côté précieux de l’ensemble.
Dans un décor qui, par endroits, peut rappeler le lobby d’un hôtel de luxe, l’or apparaît par touches pour rehausser le côté précieux de l’ensemble. Benoit Linero
Bronze et mur végétalisé, une alliance qui fonctionne aux 7 Batignolles !
Bronze et mur végétalisé, une alliance qui fonctionne aux 7 Batignolles ! Benoit Linero

Avec quelles obligations avez-vous dû composer ?
Les bornes qui servent à acheter les tickets sont généralement noires et assez peu esthétiques. Pour l’occasion, je les ai fait réaliser en blanc, avec un joli cadre en tôle perforée. Elles sont placées à l’entrée, juste à côté d’un mur végétalisé et d’un lustre monumental qui donnent envie de rentrer lorsqu’on passe dans la rue. J’ai aussi inscrit les distributeurs de bonbons, incontournables pour un cinéma, dans des cadres afin qu’ils ne dénotent pas trop…

Quelle a été votre principale satisfaction avec ce projet ?
Quand les habitants du quartier, lors d’une inauguration, m’ont dit merci. Mon métier consiste à créer des univers où les gens se sentent bien, car l’humain est ce qui compte avant tout à mes yeux.

> Les 7 Batignolles. 25, allée Colette-Heilbronner, 75017 Paris. Tél. : 01 84 79 92 11.

The good concept store La sélection IDEAT