Nouveautés : Starck passe à table chez Degrenne

Après les couverts et ustensiles « L’Économe » en 2017, Philippe Starck revient chez Degrenne avec « Les Acolytes », une gamme de vaisselle, et « L’Imperturbable », une série de verres. Interview.

« Les Acolytes » étaient-ils prévus dès le départ avec Degrenne, au moment de la collection de couverts « l’Économe » ?
Philippe Starck : Non. C’est une suite logique de faire des assiettes, mais je n’aime pas ces objets. Je leur trouve un côté bourgeois, triste, elles sont d’une autre époque. C’est à Tokyo, dans le quartier de Kappabashi-dori, spécialisé dans les ustensiles de cuisine, que j’ai pris l’habitude d’acheter les bols dont je me sers au quotidien. Cette simplicité m’a permis de réduire le volume d’objets inutiles. « Les Acolytes » reprennent ce principe : des contenants empilables, que l’on utilise du four à la table, dans lesquels on peut manger, et qui passent ensuite au réfrigérateur avec un couvercle qui peut être une assiette.

La nouvelle collection de vaisselle « Les Acolytes », où le superflu est banni, est conçue pour faciliter le repas en passant directement du réfrigérateur au four ou à la table.
La nouvelle collection de vaisselle « Les Acolytes », où le superflu est banni, est conçue pour faciliter le repas en passant directement du réfrigérateur au four ou à la table. Photo DR

Ce n’est donc pas « une vaisselle de plus » ?
C’est même une vaisselle de moins ! Moins de consommation, moins de place, moins de temps, donc moins d’argent dépensé ! Elle apporte aussi une dimension écologique, une solution à la gestion des restes. Mais tout ceci avec simplicité et avec cette élégance de l’objet qui soutient celle du geste.

« Je n’ai fait qu’ajouter de la technologie à un archétype. » Starck

Vous aviez déjà exploré ce principe avec la collection « MiamMiam » pour Driade…
C’est presque la même idée, mais la fabrication était très coûteuse et la collection se vendait trop cher. Elle était devenue élitiste à mon corps défendant. J’ai donc mis fin – à regret – à cette collaboration. Je retrouve aujourd’hui cette idée avec Degrenne d’une série qui se suffit à elle-même… et qui est commercialisée au juste prix.

Collection de verres « L’Imperturbable » (Degrenne), à double paroi isolante.
Collection de verres « L’Imperturbable » (Degrenne), à double paroi isolante. Photo DR

Pourquoi proposer « L’Imperturbable », une gamme de verres ?
Le verre est un objet qui est bien fait, et depuis longtemps. Mon sujet n’est donc pas d’en faire le dessin. Je m’intéresse beaucoup à la frigorie, cette capacité à maintenir la bonne température d’un vin, à garder un champagne glacé. C’est ce que permettent ces verres à double paroi. Je n’ai fait qu’ajouter de la technologie à un archétype.

Quelles évolutions attendre de la collection de vaisselle ?
Après cette première version très minimaliste, nous allons proposer des variations. Par exemple avec une version plus brute, comme réalisée à la main, une autre plus baroque avec des impressions, etc. Ces déclinaisons seront proposées pour que chacun puisse profiter et accéder à ce service, selon ses goûts.

Les teintes pastel d’inspiration végétale, déjà caractéristiques des couverts « L’Économe », se retrouvent dans la porcelaine.
Les teintes pastel d’inspiration végétale, déjà caractéristiques des couverts « L’Économe », se retrouvent dans la porcelaine. Photo DR
Starck amène sa fraîcheur chez Degrenne.
Starck amène sa fraîcheur chez Degrenne. Photo DR

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT