Hôtel : Retraite chic dans un couvent d’Anvers

Figure de l’architecture et du design belge, Vincent Van Duysen signe son premier hôtel avec l’August, une adresse intimiste, idéale pour une escapade hors du temps.

Dans l’ancien hôpital militaire d’Anvers, un couvent augustinien a troqué sa vocation religieuse pour les plaisirs de l’hospitalité. Après vingt ans d’abandon et cinq de travaux, le complexe des années 1910 donne corps au restaurant, au bar, au spa et aux 44 chambres de l’hôtel August. Entièrement rénové par Vincent Van Duysen, l’écrin néo-classique de l’ établissement conserve un charme intact, simplement souligné par une épure contemporaine.

La réhabilitation du couvent augustinien participe à une transformation globale de l’hôpital militaire.
La réhabilitation du couvent augustinien participe à une transformation globale de l’hôpital militaire. Robert Rieger
Savamment distillé, le noir souligne à la fois les volumes existants et les interventions de Vincent Van Duysen.
Savamment distillé, le noir souligne à la fois les volumes existants et les interventions de Vincent Van Duysen. Robert Rieger

En collaboration avec l’agence Wouter Callebaut l’architecte et designer belge signe à Anvers une restauration dans les règles de l’art. Boiseries, moulures et carrelages d’époque ont retrouvé leur éclat dans les cinq bâtiments existants. Notamment dans la chapelle centrale, dont la voûte abrite aujourd’hui le bar de l’hôtel. Ici, comme dans le reste du couvent, l’emploi du noir et du blanc joue la carte du contraste pour différencier les éléments historiques et modernes.

Sous une nouvelle verrière métallique, le restaurant encadre la chapelle réservée au bar.
Sous une nouvelle verrière métallique, le restaurant encadre la chapelle réservée au bar. Robert Rieger
Moins rustiques qu’à l’accoutumé, les boiseries murales font preuve de sobriété pour s’accorder au mobilier et aux luminaires contemporains.
Moins rustiques qu’à l’accoutumé, les boiseries murales font preuve de sobriété pour s’accorder au mobilier et aux luminaires contemporains. Robert Rieger

Le chêne fumé et le vert-de-gris, déjà présents à l’origine, ponctuent les étages des chambres largement remaniés, afin d’offrir des suites allant jusqu’à 41 m². De 16 m², deux cellules de nonne ont toutefois été conservées, au même titre que la chambre de la mère supérieure. Mansardé ou immaculé, chaque espace tend à se singulariser par l’architecture ou une décoration qui mêle des tapis artisanaux, du linge de lit en percale égyptienne et des carreaux vernis à la main dans les salles de bain.

Espace et luminosité sont les mots d’ordre de cette suite immaculée.
Espace et luminosité sont les mots d’ordre de cette suite immaculée. Robert Rieger
La décoration, relativement épurée, met l’accent sur les qualités architecturales de cet ancien couvent d’ Anvers.
La décoration, relativement épurée, met l’accent sur les qualités architecturales de cet ancien couvent d’ Anvers. Robert Rieger

Outre l’artisanat, le sur-mesure est lui aussi omniprésent. Des luminaires élaborés avec Flos à une collection de vaisselle conçue avec Serax, Vincent Van Duysen a mis à contribution ses plus fidèles éditeurs. Y compris Molteni&C, le label italien dont il dirige la direction artistique depuis 2016. Ensemble, ils ont développé les assises du restaurant mené par Nick Bril, chef déjà couronné de deux étoiles Michelin pour The Jane, situé à deux pas, dans une autre chapelle de l’hôpital militaire. Anvers, elle aussi, vaut bien deux messes…

Centenaire, la charpente confère un charme indéniable aux suites du dernier étage.
Centenaire, la charpente confère un charme indéniable aux suites du dernier étage. Robert Rieger

> The August. Jules Bordetstraat 5, 2018 Antwerpen, Belgique. Tél. : +32 3 500 80 80. august-antwerp.com

The good concept store La sélection IDEAT