Rétrovision : Paul McCobb (1917-1969), le soldat inconnu du design US

Prisé par un large public dans les années 50-60, Paul McCobb régnait alors sur le design américain. Devenu une référence pour les seuls marchands de vintage, son mobilier sobre et fonctionnel revient en force chez de grands éditeurs.

Pour ses détracteurs, l’objet de « style américain » a forcément quelque chose d’européen à la base, mais refait en plus grand. Pas pour Paul McCobb (1917-1969), qui disait que « le design contemporain américain tire son inspiration de sa propre histoire, hors des influences chinoises, suédoises ou italiennes. Le “style américain” qui s’en dégage provoque un sentiment d’appartenance dans toutes sortes de foyers. Ledit style s’adapte à la taille et à la forme de chacune des pièces. Il correspond à une période du design restée unique. »

Le Danois Fritz Hansen fait partie des éditeurs qui ressortent plusieurs des meubles qui ont fait le succès de Paul McCobb. Ci-dessus, la table Planner est entourée des fauteuils récents de l’Espagnol Jaime Hayón.
Le Danois Fritz Hansen fait partie des éditeurs qui ressortent plusieurs des meubles qui ont fait le succès de Paul McCobb. Ci-dessus, la table Planner est entourée des fauteuils récents de l’Espagnol Jaime Hayón. DR

Avec ce genre d’idées en tête, Paul McCobb a dominé le design américain. Curieusement, il est moins connu aujourd’hui que Charles et Ray Eames ou Florence Knoll, alors que son mobilier était plus populaire. L’histoire du design aurait-elle davantage retenu les meubles médiatisés dans les intérieurs et bureaux d’une élite ? En tout cas, le retour de balancier est puissant en 2019, avec plusieurs rééditions de ses plus grands succès. Au Danemark ressortent, chez Fritz Hansen, les tables basses et les étagères Planner, et, chez son compatriote Karakter, une console de 1952. En Italie, le fauteuil best-­seller Wingback (1956) réapparaît chez De Padova. Et à New York, le galeriste Ralph Pucci fait revenir cinq de ses modèles, dont le génial sofa asymétrique de 1962.

McCobb avait conçu, pour compléter son système d’étagères, cet ingénieux miroir de table inclinable, équipé d’un petit plateau de marbre.
McCobb avait conçu, pour compléter son système d’étagères, cet ingénieux miroir de table inclinable, équipé d’un petit plateau de marbre. DR

Ce regain d’intérêt pour les rééditions de McCobb s’explique aussi par le fait que ses meubles vintage sont extrêmement chers. N’est-ce pas une bonne chose de rendre un grand designer plus accessible ? Natif du Massachusetts, il étudie le dessin et la peinture à Boston puis, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, s’installe à New York, où cet autodidacte du design dessine du mobilier, des textiles et des objets de décoration en mosaïque. En 1950, sa ligne « Planner Group », fine géométrie de bouleau, d’érable et de fer, lui offre une décennie de succès phénoménal. Il réalise aussi une collection, « Directional », plus luxueuse, en noyer et laiton, avec des finitions sophistiquées.

Console issue de la ligne « Planner Group », conçue par Paul McCobb et aujourd’hui rééditée par Karakter.
Console issue de la ligne « Planner Group », conçue par Paul McCobb et aujourd’hui rééditée par Karakter. DR

Quand il disparaît en 1969, il laisse le souvenir d’un homme charismatique et dur en affaires, inspiré par le style international, l’univers shaker et la création scandinave, qui a marqué un grand moment de l’histoire du design américain.

Plus d’informations sur Paul McCobb ici

The good concept store La sélection IDEAT