A la design week de Vienne, les nouveaux talents rencontrent la tradition

De retour de Vienne, IDEAT vous livre ses cinq coups de cœur glanés dans une design week autrichienne riche en découvertes et nouveaux talents.

Faut-il le rappeler, Vienne est la ville où le mobilier contemporain est né grâce au pionnier Michael Thonet (1796-1871) qui a su industrialiser la technique du bois courbé qu’il avait mise au point pour envahir les intérieurs du monde entier. Aujourd’hui, la Vienna Design Week est un moment fort pour le design européen. Son instigatrice, Lili Hollein, réunit dans la capitale les forces vives de la scène locale mais aussi des créateurs venus du monde entier pour célébrer la diversité de la discipline, avec un focus sur les créateurs finlandais. Une semaine durant, la manifestation envahit l’immense palais des congrès post-moderne de la ville mais essaime aussi partout dans le centre ville. Voici nos cinq coups de cœur.


1/ Marco Dessi sur les pas de Jean Prouvé…

La chaise Dakar est fabriquée à partir d’une seule feuille de métal.
La chaise Dakar est fabriquée à partir d’une seule feuille de métal. Studio MArco Dessi

Designer originaire du Nord de l’Italie, Marco Dessi a été formé à Vienne puis s’y est installé. Reprenant le flambeau de Jean Prouvé dans l’exploration d’applications pour la feuille de métal, il a conçu une chaise empilable remarquable d’ingéniosité et de confort. Comme dans les architectures du maître nancéien, la tôle est ici pliée pour apporter de la rigidité au piétement. Quant au dossier, il se révèle étonnamment moelleux grâce à la souplesse du matériau brut. Auto-éditée, cette chaise s’affiche à un prix surprenant : 180 € HT. Pourquoi l’avoir baptisée Dakar ? « Car elle me rappelle la forme des buggys du Paris-Dakar », confie avec malice le designer, également auteur d’une lampe uniquement fabriquée avec des pièces détachées piochées sur catalogue.

La Dakar est même empilable !
La Dakar est même empilable ! Studio MArco Dessi

2/ Brynjar + Veronika explorent le cristal Swarovski

Le duo Brynjar+Veronika devant son store en cristal.
Le duo Brynjar+Veronika devant son store en cristal. Swarovski

En Autriche, Swarovski est une locomotive pour le design. A Vienne comme dans son QG de Wattens, le cristallier multiplie les collaborations avec de grands noms du design, de Jaime Hayon à Snohetta en passant par Arik Levy ou Tord Boontje. A l’occasion de la Vienna Design Week, le showroom accueillait le duo germano-islandais Brynjar + Veronika, venu présenter sa dernière création pour la « Home Collection ». Le couple s’est rencontré à l’Ecal de Lausanne avant de s’installer à Berlin, dans le Sud de la France et désormais au Sud de l’Allemagne… Tous deux ont grandi dans des paysages majestueux et ont conservé cette dimension spectaculaire dans leur travail. Pour Swarovski, ils ont mis au point un système de stores entièrement en cristal. Outre sa beauté intrinsèque, le projet permet de créer dans une pièce une atmosphère irréelle grâce à la lumière qui crée comme des réflexions aquatiques.
> Renseignements ici.

Une véritable prouesse technologique et esthétique, aux confins de l’art et du design.
Une véritable prouesse technologique et esthétique, aux confins de l’art et du design. Photo DR

3/ Passionswege met les artisans de Vienne dans la lumière

Les designers du studio Sain avec le tourneur sur bois Herman Viehauser.
Les designers du studio Sain avec le tourneur sur bois Herman Viehauser. VDW

Verriers, ébénistes, métalliers… Le centre de Vienne a su conserver ses petites échoppes d’artisans, qui fleurissent au rez-de-chaussée ou en souplex. La design week leur offre l’opportunité de travailler avec un créateur contemporain afin de mettre en valeur leurs savoir-faire, qui se cantonne souvent à la réparation. Chaque année, le programme « Passionswege » investit un quartier différent. Alsergrund était à l’honneur cette année, ce qui donnait l’occasion aux visiteurs de rentrer chez le verrier punk Glas Bauer, coauteur d’une lampe à poser avec le Finlandais Teemu Salonen. Ou chez le dernier tourneur sur bois de la ville, Drechsler Herman Viehauser, qui a collaboré avec le studio Sain pour donner naissance à une suspension à la beauté organique. Ni petit artisan ni industriel, le spécialiste du verre Lobmeyr a lui aussi participé à l’opération. Dans son spectaculaire showroom baroque sur trois étages, il exposait un verre sablé qui capture et diffuse la lumière créé avec le designer Ville Kokkonen.
> Informations ici.

La lampe réalisée à six mains…
La lampe réalisée à six mains… VDW

4/ Les cuisines mobiles de chmara.rosinke

Divisée en deux modules, la cuisine Néo-Modernist de chmara.rosinke vous suit chez vous…
Divisée en deux modules, la cuisine Néo-Modernist de chmara.rosinke vous suit chez vous… VDW

La cuisine est-elle une pièce ou une fonction que l’on peut déplacer à différents endroits d’un espace à vivre ? Comment proposer une cuisine alternative, qui s’intercale entre les modèles ultra haut de gamme et ceux d’IKEA ? A ces questions, le studio viennois chmara.rosinke répond avec différentes propositions de cuisines mobiles, des modèles dépliables que l’on peut par exemple amener dans le salon quand on reçoit des invités afin de préparer le repas sans se couper de sa vie sociale. Initialement réalisées dans le cadre de commandes pour Tommy Hilfiger, Caritas ou COS, ces cuisines sur roulettes ont donné naissance à un très beau projet de synthèse baptisé « Neo Modernist Kitchen ».
> Studio chmara.rosinke. 

Au fil des commandes, les designers ont approfondi le concept de cuisine mobile.
Au fil des commandes, les designers ont approfondi le concept de cuisine mobile. VDW

5/ Le mobilier musical de Harri Koskinen pour Pro-Ject

Table basse/platine vinyle de Harri Koskinen (Pro-Ject).
Table basse/platine vinyle de Harri Koskinen (Pro-Ject). VDW

En surfant sur le retour du vinyle, le fabricant autrichien Pro-Ject en est devenu un de ses acteurs majeurs : esthétiques et fiables, ses platines ont su s’imposer dans les intérieurs contemporains. Avec le designer finlandais Harri Koskinen, Pro-Ject a décidé d’aller plus loin dans l’intégration domestique. Ensemble, ils ont développé cinq « meubles analogiques » qui intègrent chacun une platine et un amplificateur. Fidèle à l’esprit scandinave, cette gamme innovante montrée pour la premières fois à Vienne, met en avant le bois, mais décline aussi le Plexiglas pour rappeler les meubles hi-fi des années 60-70 dont elle s’inspire. Dans ces trois buffets, cette table basse et cette étagère, le mécanisme d’entrainement de la platine par courroie est laissé apparent. Hypnotique…

Buffet/platine de Harri Koskinen (Pro-Ject).
Buffet/platine de Harri Koskinen (Pro-Ject). VDW

 

Thématiques associées

The Good Spots Destination Vienne

The good concept store La sélection IDEAT