Incubateur VIA : Le Vendéen Resistub fait sa mue avec Bastien Chapelle

IDEAT vous fait découvrir comment le fabricant vendéen Résistub Productions s'est attaché les services du designer Bastien Chapelle pour créer un meuble nouveau qui s'accorde avec les modes de vie des travailleurs nomades et urbains.

Fondé en 1953, Resistub Productions fabriquait initialement des lits en métal. Ses trois sites vendéens ont réuni jusqu’à 200 employés. Mais au mitan des années 2000, le marché de la literie s’est effondré et l’entreprise a été contrainte de déposer le bilan. Rachetée par une famille d’industriels de la région, elle s’est relancée avec l’objectif d’utiliser ses savoir-faire historiques dans le métal et le tissu pour renouveler son activité. Cela s’est traduit par une première gamme lancée en 2015. Depuis, Resistub s’emploie à renouveler les typologies du mobilier classique en les modernisant. Autant dire que ces aspirations collaient parfaitement avec le dispositif de l’Incubateur French Design by VIA… comme l’explique Clément Berganou, directeur général de Résistub Productions.

Comment avez-vous décidé de participer à l’Incubateur French Design ?
Clément Berganou : Résistub Productions fait partie de l’Ameublement français et, à ce titre, l’accompagnement de l’Incubateur nous a été proposé par le VIA. Nous avons participé au speed-dating, qui met en relation designers et fabricants. L’objectif était de trouver un apport externe, un courant d’air frais qui nous bouscule créativement. Nous avons donc rencontré plusieurs designers. Bastien Chapelle avait préparé des propositions qui collaient particulièrement bien en termes de matériaux et de process de fabrication. Il s’est intéressé à notre marque, à notre direction artistique. Son design est épuré, avec des lignes qui revisitent des classiques du mobilier. Nous avons vite compris que c’était avec lui que nous voulions travailler…

Les premiers croquis de Bastien Chapelle pour Résistub productions.
Les premiers croquis de Bastien Chapelle pour Résistub productions. Bastien Chapelle

Avez-vous ensuite commencé à travailler sur les propositions qu’il avait formulées lors du speed-dating ?
L’idée a d’abord été de le faire venir sur le site de production pour qu’il s’imprègne des équipes, des savoir-faire, des machines… Ca tombe bien, il est installé à la Rochelle. Géographiquement, ça avait un côté pratique et c’est toujours sympa de bosser avec des voisins. Ensuite, notre premier brief s’est focalisé sur un secrétaire compact, une sorte de bureau/rangement pour une entrée. Dans cette démarche, il y a un côté pratique : nous essayons d’imaginer des meubles malins, pas uniquement des objets de décoration. Bastien nous a fait plusieurs propositions et nous avons retenu ce qui est devenu le secrétaire Elmer.

«Un bureau qui s’adapte au travail nomade »

Pouvez-vous nous le décrire ?
C’est un bureau de très faible profondeur, qui permet de dissimuler ses objets du quotidien (monnaie, téléphone, chargeurs…). C’est pour cette raison que nous le destinons aux entrées, car il permet de ranger ses affaires quand on rentre chez soi. Et quand on a du monde à la maison, on peut tout y cacher. On l’a imaginé pour des urbains qui n’ont pas forcément beaucoup de place chez eux. Ce bureau escamotable s’adapte également aux nouveaux modes de travail nomades.

Comment s’est déroulé l’élaboration d’Elmer ?
On a d’abord travaillé sur un prototype basé sur les premiers dessins de Bastien. L’idée était de valider les proportions. Le fait d’être fabricant facilite le travail avec les designers. Nous avons un prototypiste en interne et l’outil de production à disponibilité directe. En une après-midi, on arrive à débloquer plein de choses. Nous avons cette faculté de mettre rapidement en pratique l’imagination du designer, et ça leur plaît beaucoup ! Elmer sera proposé à la vente à compter du prochain salon Maison et Objet, en janvier prochain.

Le bureau Elmer s’appuie contre un mur pour prendre moins de place dans une entrée d’appartement.
Le bureau Elmer s’appuie contre un mur pour prendre moins de place dans une entrée d’appartement. Photo DR

En quoi a consisté l’aide du VIA ?
Tout au long de l’année, l’Incubateur a construit un programme de formation, d’accompagnement très riche, très rythmé, pour accompagner la marque et ses produits, mais aussi le développement des parties techniques, sur les matériaux notamment.

Qu’est-ce que cette expérience a changé dans votre fonctionnement ?
L’Incubateur facilite clairement le rapprochement entre éditeur et designer. On est placé dans une dynamique avec une date butoir, qui force à avancer. C’est stimulant pour tout le monde !

> Exposition « Incubateur French Design 2019 ». Jusqu’au 22 novembre 2019. Galerie le French Design by VIA. 120, avenue Ledru-Rollin, 75011 Paris.

Elmer dans sa configuration bureau avec la chaise Edmond.
Elmer dans sa configuration bureau avec la chaise Edmond. Photo DR

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT