Trois expos qui font vivre la photo en régions

Si les grandes manifestations de photographie parisiennes battent leur plein (Paris Photo, Fotofever…), d’autres, plus discrètes, tracent leurs sillons dans le paysage national. Les villes de Beauvais, Deauville et Saint-Brieuc construisent ainsi une relation pérenne avec un public passionné.

1/ Beauvais : Aux Photaumnales, la Terre comme sujet

Thuy’Linh, 21 ans (2015).
Thuy’Linh, 21 ans (2015). Mathieu ASSELIN

L’urgence climatique est au cœur du travail de nombreux artistes, comme en témoigne le thème de la seizième édition des Photaumnales. En reprenant le terme « anthropocène », qui désigne la période à partir de laquelle l’homme et ses activités ont eu un impact sur la géologie et le climat, le festival exposera 25 photographes au Quadrilatère, à Beauvais. Les tirages de Mathieu Asselin, d’Aurore Bagarry, d’Amélie Chassary et de Hans Silvester évoquent ces questions autour du climat, de la fabrication d’êtres vivants ou de l’exploitation abusive des terres. À l’espace culturel Séraphine-Louis, à Clermont, Israel Ariño présentera des paysages désenchantés, une manière de dénoncer notre relation à la Terre, qui n’en finit pas de se dégrader malgré les appels au secours répétés des scientifiques du monde entier.

Monsanto, une enquête photographique.
Monsanto, une enquête photographique. Mathieu ASSELIN

> Les Photaumnales : « Terra nostra, le temps de l’anthropocène ». À Beauvais (60) et dans les environs, du 21 septembre au 5 janvier. Photaumnales.fr


2/ Deauville : Les « Planches contact » ont 10 ans

Sans titre (2019).
Sans titre (2019). chau-cuong lê

Véritable laboratoire d’observation du territoire par la photo, Planche(s) contact fête sa dixième édition avec une nouvelle directrice artistique. Nommée par la municipalité, Laura Serani est bien décidée à faire perdurer les fondamentaux du festival : la création et la production d’œuvres originales par des artistes invités en résidence. Cette année, Carole Bellaïche, Nicolas Comment, Larry Fink, Alisa Resnik, Klavdij Sluban et le collectif Riverboom exposeront leur travail dans toute la ville. Deux nouveautés de taille pour cet anniversaire : le festival est prolongé jusqu’à la fin des vacances de Noël, et il s’ouvre désormais au reste de la région en proposant aux artistes d’explorer, au-delà de la ville, la côte et la campagne. Pour fêter l’événement, l’iconique photographe Sarah Moon présidera le jury qui désignera le lauréat du Tremplin jeunes talents.

> Planche(s) contact. À Deauville (14), du 19 octobre au 5 janvier. Indeauville.fr


3/ Saint-Brieuc : Nouveau format dans la baie

Au bord de la mer (1954) de Sabine Weiss.
Au bord de la mer (1954) de Sabine Weiss. Sabine Weiss

Pour sa huitième édition, le festival, qui s’intitulait « Photo reporter », change de nom et introduit des nouveautés, tel un prix du public. Axé depuis sa création sur la photographie documentaire et sans thématique prédéfinie, il convie cette année dix photographes, dont Sabine Weiss, qui exposera ses travaux méconnus sur la Bretagne des années 50. Agnès Pataux et ses images des peuples du Burkina Faso, du Bénin, de Guinée et du Mali promettront de belles découvertes. Autre nouveauté, deux photographes sont accueillis en résidence pour affirmer l’ancrage territorial. Cette année, Vianney Le Caer, un natif de Saint-Brieuc aujourd’hui installé à Londres, et Florence Levillain dévoileront leur travail, sur les baigneurs pour le premier et sur le fonds photographique du Briochin Lucien Bailly (1881-1975), pour la seconde.

Mariage breton traditionnel. L’habillage de la mariée. Bretagne de Sabine Weiss (1954).
Mariage breton traditionnel. L’habillage de la mariée. Bretagne de Sabine Weiss (1954). Sabine Weiss

> Photo Festival Baie de Saint-Brieuc. À Saint-Brieuc (22), du 19 octobre au 17 novembre. Photo-festival.org


The good concept store La sélection IDEAT