Photo Philippine Chaumont - Courtesy L’Équipée

St-Art, Strasbourg à l’heure de l’art contemporain et du design

En novembre, Strasbourg fête l’art contemporain. L'atout de la capitale alsacienne ? Accueillir une centaine de galeries européennes qui la propulsent dans un ancrage territorial et géographique unique en son genre.

Pour sa 24e édition, la foire poursuit son objectif : favoriser les découvertes et fidéliser les collectionneurs tout en innovant. St-Art inaugure, en effet, son nouvel espace, une structure éphémère baignée de lumière, avec la création d’un secteur spécialement consacré au design, entérinant ainsi la fin de la frontière entre beaux-arts et arts appliqués. En témoigne la sélection de pièces des années 70 signées François-Xavier Lalanne, Carlo Scarpa, Roberto Matta ou Giacomo Balla, mises en scène par The Sloughis (Strasbourg).

Élephant quai des bateliers, Strasbourg, tirage photo sur papier de Sonac (2018).
Élephant quai des bateliers, Strasbourg, tirage photo sur papier de Sonac (2018). Sonac et courtesy Mazel Galerie
Thoughts par Vermibus (2019).
Thoughts par Vermibus (2019). Vermibus et courtesy Mazel Galerie

Ces œuvres historiques, produites par l’éditeur Italien Dino Gavina, jouxtent celles en matériaux recyclés de L’Équipée (Nairobi), un studio qui dessine une gamme de mobilier, dépourvue de clichés folkloriques, en étroite collaboration avec une vingtaine d’artisans kenyans. Une exposition intitulée « Design et art, les liens du temps » complète le parcours. Elle se déploie autour des rééditions de chaises iconiques comme la Zig-Zag de Gerrit Thomas Rietveld, la CH24 de Hans J. Wegner ou encore le Fauteuil de salon conçu par Jean Prouvé en 1939.

Malitte, mobilier de Roberto Matta (1966).
Malitte, mobilier de Roberto Matta (1966). Courtesy The Sloughis et Paradiso Terrestre
Vases limoncello, vases soufflé par Kitengela glass, « bush glass » recyclé.
Vases limoncello, vases soufflé par Kitengela glass, « bush glass » recyclé. courtesy L’Équipée

Croisées artistiques

Côté art contemporain, le comité scientifique – composé notamment d’Olivier Kaeppelin, ancien directeur de la Fondation Maeght – a choisi des enseignes balayant tous les mouvements artistiques et tous les médiums : peintures, sculptures, photographies, estampes ou gravures, dont celles du regretté Tomi Ungerer, décédé en février dernier (Galerie Philippe Decorde).

Fausse Note, toile au feutre et à l’acrylique de Nurhidayat (2019).
Fausse Note, toile au feutre et à l’acrylique de Nurhidayat (2019). Courtesy Galerie Valérie Eymeric

Certaines galeries, parmi la centaine répertoriée, dont 40 % sont étrangères, font de remarquables propositions, telles la Lyonnaise Valérie Eymeric, qui présente un solo show de l’Indonésien Nurhidayat (né en 1973), et la Mazel Galerie (Bruxelles), qui consacre la totalité de son stand au street-art avec notamment les artistes C215 et Sonac. Et pour renforcer le dynamisme de St-Art, un cycle de conférences et un site hors les murs s’ajoutent au programme, contribuant à fidéliser les 22 000 visiteurs qui chaque année plébiscitent cette foire à taille humaine.

> St-Art – Foire européenne d’art contemporain. Au parc des Expositions (hall 1), rue Fritz-Kieffer, Strasbourg, du 15 au 17 novembre. Tél. : 03 88 37 67 67. St-art.com

The good concept store La sélection IDEAT