Portrait : Charles et Ray Eames, un couple de légende du design

Designers incontournables du XXe siècle, Charles et Ray Eames ont imaginé des meubles qui restent des best-sellers des décennies après la disparition de leurs créateurs. IDEAT vous raconte comment ce couple est devenu le plus mythique de l’histoire du design.

Une contribution architecturale majeure

Quant à la contribution des Eames à l’architecture, elle est tout aussi notable. Leur mot d’ordre est simple : le travail de tout bon architecte est de parvenir à anticiper les besoins des futurs habitants. La House n°8 (1949), le show-room d’Herman Miller (1950), ou encore la De Pree House (1954) sont probablement les plus connus. La House n°8, qui devient leur domicile par la suite, tout comme la House n°9, ont été construites dans le cadre du Case Study House Program, projet sponsorisé par le magazine Arts & Architecture dont l’objectif est de montrer des maisons modernes et économiques qui n’utilisent que des matériaux industriels appropriés au contexte d’après-guerre. Posée sur les collines de Los Angeles, cette maison est encore considérée aujourd’hui comme l’une des constructions les plus importantes des fifties.

La Eames House, initialement baptisée House n°8 (1949)
La Eames House, initialement baptisée House n°8 (1949) DR

La House n°8 incarne la quintessence du mode de vie des Eames : vie quotidienne et travail sont parfaitement entremêlés. L’organisation de l’infrastructure le traduit visuellement par la présence de deux blocs rectangulaires distincts : l’un est en verre – il s’agit de leur résidence –, tandis que l’autre est en métal et abrite leur studio. À l’instar des matériaux utilisés (le contreplaqué et des matériaux plastique), les couleurs rappellent les travaux du couple dans le mobilier. Les façades sont essentiellement habillées d’éléments aux couleurs industrielles comme de grilles noires comblées d’inserts de verre, de finis boisés, d’aluminium, et de stuc blanc cassé, noir, bleu ou encore rouge-orangé. La bâtisse oscille ainsi entre transparence et translucidité du verre, le tout ponctué de couleurs qui attirent l’œil.

Un héritage aussi conséquent que leur grand œuvre

À la mort de Ray Eames, en 1988, soit dix ans jour pour jour après celle de son mari, l’héritage laissé par les deux artistes est entièrement légué à la fille de Charles, Lucia Eames. Très impliquée dans la conservation ainsi que la diffusion du patrimoine légué, elle prend la tête de la Fondation Eames qu’elle crée pour participer à la sauvegarde de leur travail. Afin que son entreprise fasse sens, elle décide d’établir la fondation au sein même de la House n°8, à Los Angeles. De plus, dans une volonté de préserver certaines œuvres, certaines ont été confiées à la Library of Congress de Washington.

La House n°8 (1949), noyée dans les eucalptus.
La House n°8 (1949), noyée dans les eucalptus. DR

The good concept store La sélection IDEAT