La Chance s’habille d’or et d’argent…

Assailli par les sirènes du luxe, l’éditeur La Chance inaugure un panel de finitions d'exceptions. Le but ? Composer une collection en édition limitée qui tend vers l’artisanat d’art et le design de galerie.

En marge du salon Maison & Objet, La Chance a intégralement repensé son showroom du XIe arrondissement parisien afin d’y présenter ses nouveautés. Parmi elles, le système d’étagères Monument, né d’une première collaboration avec l’atelier Cocorico, ou encore une table d’appoint dont les lignes et les jeux de perspective s’inscrivent dans la droite lignée de la console Rocky, éditée depuis la naissance de la maison parisienne en 2012.

Dévoilées en bois massif dans le showroom de la marque, les étagères Monument (2019) se déclinent aussi en marbre, en édition ultra limitée.
Dévoilées en bois massif dans le showroom de la marque, les étagères Monument (2019) se déclinent aussi en marbre, en édition ultra limitée. DR

Egalement présentes, les tables Salute de Sebastian Herkner, dévoilées pour la première fois avec un piétement en travertin, alors que les chaises Planet ont révélé leurs nouveaux tissus piochés chez Créations Métaphores. A ces nouveautés, s’ajoute également une seconde collection au summum du luxe et proposée en édition ultra-limitée. Face aux demandes récurrentes des décorateurs et architectes d’intérieur, Louise Breguet et Jean-Baptiste Souletie, les fondateurs de La Chance, ont en effet annoncé des déclinaisons d’exception, concernant les étagère Monument mais aussi les pièces les plus emblématiques de leur catalogue.

Console Rocky (2012) et lampe Vulcain (2012) changent d’atours.
Console Rocky (2012) et lampe Vulcain (2012) changent d’atours. DR

Si les créations La Chance ont toujours appartenu à la sphère du haut de gamme, elles franchissent désormais un cap supplémentaire. A l’exemple de la console Rocky, ouverte à une nouvelle finition un rien ostentatoire, réalisée à la feuille d’or, tandis que la méridienne Borghese de Noé Duchaufour-Lawrance arbore du velours de soie et une structure illuminée à la feuille d’argent. Quant au tabouret Bolt du studio Note, ses pieds en bois se déclinent en malachite ou en travertin, au centre d’un anneau en bronze ou plaqué or.

Nouvelles éditions des tabourets Bolt (2012) et de la méridienne Borghese (2012).
Nouvelles éditions des tabourets Bolt (2012) et de la méridienne Borghese (2012). DR

Signée par Luca Nichetto, la table basse Float troque son métal pour une variété de marbres exotiques. Le plateau de la table Sunday passe du bois au bronze patiné. Et la lampe Vulcain du studio Pool opte pour de nouveaux atours avec une base en malachite et un nouvel abat-jour en bronze. Autant de déclinaisons qui composent une collection aussi prestigieuse qu’exclusive, mais pleinement ancrée dans l’ADN de la marque. Elle qui, depuis ses débuts, ambitionne de moderniser l’esprit Art Déco avec des pièces sculpturales, à la présence théâtrale. Défi relevé !

Tabourets Bolt (2012) et tables basses Float (2012).
Tabourets Bolt (2012) et tables basses Float (2012). DR

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT