Archi : Jean-Michel Wilmotte à la recherche de jeunes talents

L’architecte Jean-Michel Wilmotte a créé la Fondation W pour révéler les jeunes talents en architecture, notamment par l’attribution de prix récompensant des projets de rénovation.

«En recrutant de jeunes architectes, nous avons pris conscience qu’ils avaient été peu formés à la réhabilitation de bâtiments. Autrement dit, sur la façon d’utiliser une racine pour venir greffer une nouvelle structure qui ne fasse pas pastiche mais marque bien les strates », explique Borina Andrieu, directrice de l’agence Wilmotte & Associés à Paris, pour motiver la création de la Fondation W. Créée en 2005 sous le statut de fondation d’entreprise, cette structure s’est ainsi donné pour mission d’inciter les jeunes architectes à se poser les bonnes questions lorsqu’ils doivent aborder la rénovation d’un édifice existant. Notamment la problématique du coût (« car on ne peut souvent pas restaurer à l’identique »), qui est intimement liée à cette démarche qui consiste à ramener une construction à la vie grâce à des techniques actuelles.

« The New Wavent », par Julien Guéganou et Jean-Baptiste Blondel, a été classé deuxième au Prix W 2016, qui proposait aux étudiants de réinventer le Pondorly (94).
« The New Wavent », par Julien Guéganou et Jean-Baptiste Blondel, a été classé deuxième au Prix W 2016, qui proposait aux étudiants de réinventer le Pondorly (94). DR

Très vite, en 2006, un concours intitulé Prix W est lancé à l’intention des jeunes diplômés et étudiants en architecture autour d’un cas concret à traiter, avec ses propres particularités. Se sont ainsi succédé le château Barrière, à Périgueux, la Tour de Londres ou encore le « bâtiment-pont » de Pondorly, dans le Val-de-Marne. Depuis 2010, l’initiative est reconduite tous les deux ans, réunissant un jury d’une douzaine de professionnels (Odile Decq, Julien Roussaud, Jean-Paul Viguier…) autour de Jean-Michel Wilmotte, qui statue sur les projets soumis (environ 200 en 2018) et remettent trois prix, de 8 000, 6 000 et 3 000 €.

En 2018, le concours portait sur le fort de Villiers, à Noisy-le-Grand (93). C’est le projet « Casus Belli », de Clément Raimbault et Enguerran Willaume-Real, qui a remporté le premier prix.
En 2018, le concours portait sur le fort de Villiers, à Noisy-le-Grand (93). C’est le projet « Casus Belli », de Clément Raimbault et Enguerran Willaume-Real, qui a remporté le premier prix. DR

Greffe architecturale

Cette année, c’est le château de La Tour-d’Aigues, dans le Luberon, qui devient le sujet de réflexion de la 9e ­édition du concours. Le brief : imaginer, à partir de cette architecture de la Renaissance en grande partie endommagée par un incendie survenu en 1780, un lieu consacré au vin et à la gastronomie. En 2012, la fondation s’est également dotée d’un espace d’exposition à Venise, installé dans un ancien atelier de réparation de bateaux du quartier de Cannaregio, où les projets lauréats sont présentés au sein d’une programmation artistique s’intéressant aux rapports entre l’architecture et le paysage.

Jusqu’au 10 mai, la Galerie W de Jean-Michel Wilmotte rend hommage à Venise et à son architecture à travers une expo de photos d’archives.
Jusqu’au 10 mai, la Galerie W de Jean-Michel Wilmotte rend hommage à Venise et à son architecture à travers une expo de photos d’archives. DR

> Prix W 2020. Date limite d’inscription le 15 mars, de dépôt des dossiers le 19 mars. Remise des prix et inauguration de l’exposition à la Galerie W, à Venise, le 21 mai. Détail des modalités sur Prixw.com

Thématiques associées

The Good Spots Destination Venise

The good concept store La sélection IDEAT