Archi : OMA casse les codes en Corée du Sud

Dans la ville de Gwanggyo, au sud de Séoul, l’agence OMA réinterprète le centre commercial derrière l’intrigante façade de The Galleria.

Déjà auteure de plusieurs projets à Séoul, l’agence OMA est de retour en Corée du Sud. A l’appel du groupe Hanwha Galleria, la plus importante franchise de centre commerciaux du pays, le studio néerlandais signe un bâtiment au look détonnant. Avec son improbable façade de verre et de pierre, le centre commercial assume une esthétique radicale, qui tranche avec l’architecture anonyme de la ville de Gwanggyo.

Dédié au haut-de-gamme depuis les années 70, le groupe Hanwha Galleria a inauguré sa nouvelle antenne le mois dernier.
Dédié au haut-de-gamme depuis les années 70, le groupe Hanwha Galleria a inauguré sa nouvelle antenne le mois dernier. Hong Sung Jun

Dans cette ville nouvelle née en 2004 à 25 kilomètres de Séoul, les équipes d’OMA ont souhaité rompre avec la monotonie des tours d’habitations. En usant d’ un geste architectural fort, leur bâtiment vise à offrir un nouveau centre de gravité à cette ville en mal d’identité. A peine inauguré, The Galleria marque désormais un repère incontournable de son paysage urbain.

Avec sa façade en pierre et ses excroissances en verre, le bâtiment d’OMA tranche radicalement avec les architectures banales qui composent la ville de Gwanggyo.
Avec sa façade en pierre et ses excroissances en verre, le bâtiment d’OMA tranche radicalement avec les architectures banales qui composent la ville de Gwanggyo. Hong Sung Jun

Habillés d’une mosaïque en pierre, les 10 étages du centre commercial jouent d’un motif et de dégradés qui évoquent la stratification des couches géologiques. Cette référence à la nature fait écho à un parc situé à proximité et contraste avec la géométrie acérée d’une structure complémentaire. Avec ses facettes vitrées et triangulaires, cette ossature en acier s’enroule en spirale autour du bâtiment pour desservir chaque étage et le jardin du toit-terrasse.

En périphérie du centre commercial, une structure métallique dessine une spirale de 540 mètres de long, rythmée de multiples plateformes.
En périphérie du centre commercial, une structure métallique dessine une spirale de 540 mètres de long, rythmée de multiples plateformes. Hong Sung Jun

En porte-à-faux sur la rue ou creusé dans le bâtiment, le parcours invite à la flânerie avec de larges espaces de circulation. Une alternative aux habituels escalators et ascenseurs, qui a été également pensée pour accueillir des expositions. Car, au-delà d’un cinéma situé aux derniers étages, le projet compte sur l’art et la culture pour se démarquer de l’offre traditionnelle des centres commerciaux.

En plus de ses boutiques de luxe, de ses bars et de ses commerces de bouche, The Galleria propose une programmation culturelle et événementielle.
En plus de ses boutiques de luxe, de ses bars et de ses commerces de bouche, The Galleria propose une programmation culturelle et événementielle. Hong Sung Jun

Face à la concurrence du commerce en ligne, The Galleria mise de cette façon sur l’événementiel pour renouveler l’attrait du shopping. Une tendance apparue au cours des années 2 000 et qui ne cesse de prendre son essor, du Bon Marché parisien au K11 à Hong-Kong.

The Galleria, OMA (2020).
The Galleria, OMA (2020). Hong Sung Jun

The good concept store La sélection IDEAT