Salon de Milan virtuel : Le grand retour d’Alfredo Häberli

Le confinement de Milan n’empêche pas les éditeurs de sortir leurs nouveautés. Et cette année, le designer suisso-argentin Alfredo Häberli fait son retour chez Moroso, Kvadrat et Alias, faisant de lui la star de ce salon virtuel !

Né à Buenos-Aires en 1964, Alfredo Häberli a 13 ans quand sa famille s’installe en Suisse alémanique. Après avoir étudié le design à Zürich, il y installe ensuite son studio et collabore à partir des années 1990 avec des éditeurs prestigieux, de BD Barcelona à Vitra, mais aussi des marques comme BMW ou Camper, qui lui confient la réalisation d’espaces. Célébré comme un créateur majeur des années 2000, sa production de mobilier s’était un peu réduite ces derniers temps mais ce printemps, il fait son grand retour avec trois produits à la forte personnalité.


S’asseoir chez Moroso

Avec l’éditeur italien Moroso, Alfredo Häberli vient de lancer « Taba », une nouvelle collection de sièges. Selon lui, « seul Moroso a le don de suivre une ligne graphique aussi précisément ». Cette nouvelle collection comprend un sofa, un banc, un fauteuil rotatif et deux poufs. Ces derniers, présentés en deux tailles, font aussi d’excellentes tables basses. Visuellement, les lignes paraissent organiques ; les poufs et le sofa semblent s’emboîter une fois rapprochés. Mais lesdites lignes sont surtout empreintes d’une grande sobriété. Comme si Häberli avait pensé à la manière d’un architecte, pour qui l’interaction entre un sofa, ses usagers et l’espace alentour reste primordiale.

Au final, il n’y a rien de froid dans les assises « Taba », notamment grâce au choix de couleurs, vives, intenses et jamais criardes. Rapprochées pour composer un îlot, les pièces de la collection rappellent ce jeu d’enfant des sixties composé de volumes en bois à assembler comme dans un puzzle afin de reconstituer la silhouette d’une vache. Si Taba a autant de précision, c’est avec un supplément de poésie.

Collection d’assises « Taba » d’Alfredo Häberli (2020, Moroso).
Collection d’assises « Taba » d’Alfredo Häberli (2020, Moroso). Alessandro Paderni
Chauffeuse et pouf/table basse de la collection « Taba » (Moroso).
Chauffeuse et pouf/table basse de la collection « Taba » (Moroso). Alessandro Paderni


Habiller l’espace chez Kvadrat

A la fin des années 1990, quand Alfredo Häberli était encore un designer dont la notoriété explosait, il connaissait bien sûr, comme la plupart des confrères de sa génération, tout le potentiel de couleurs et de textures disponibles dans le catalogue de l’éditeur danois de tissus Kvadrat. « J’ai toujours eu un intérêt pour les couleurs. Je peux encore décrire, précisément, le bleu marine du premier cardigan que j’ai pu boutonner tout seul, ou bien les différentes nuances de rouge des roses que mon grand-père faisait pousser. A chaque fois que j’en ai besoin, je me souviens des couleurs comme des images ou d’un fil. »

Pour Kvadrat, Häberli a mis au point ce printemps deux nouveaux tissus. Le premier, Parkland, est conçu pour l’ameublement en Trevira à carreaux, disponibles en plusieurs couleurs, unies aussi bien que nuancées, des tons poudrés allant du gris au plus vif. Ignifuge, Parkland convient au « contract » mais peut aussi être posé chez soi. Le second tissu, Nitto, est une micro maille, mi-laine mi-polyester, avec un peu de nylon, disponible en 15 couleurs. Extensible, Nitto convient particulièrement pour habiller des meubles. Composée de deux couches de fil unicolores et teintés, sa surface se pare d’un subtil effet de matière qui impacte la couleur. De très près, on distingue le motif du tissu, qui reste très lisse au toucher. Ces deux nouveautés se mélangent facilement aux précédents modèles créés par Alfredo Häberli.

Collection « Nitto » d’Alfredo Häberli (2020, Kvadrat).
Collection « Nitto » d’Alfredo Häberli (2020, Kvadrat). DR
Le nuancier de la collection « Parkland » (Kvadrat).
Le nuancier de la collection « Parkland » (Kvadrat).
Tissu « Parkland » d’Alfredo Häberli (Kvadrat).
Tissu « Parkland » d’Alfredo Häberli (Kvadrat).

S’attabler chez Alias

Création mêlant le MDF clair et le métal, la table Ago rappelle comment le matériau le plus simple peut donner l’identité visuelle la plus forte à une pièce de mobilier courante. Alfredo Häberli ne craint pourtant pas la couleur dans le design. Il la promeut même ardemment… mais avec discernement. Chez l’éditeur italien Alias, on est en plein dans l’industrie mais sans se couper de l’expertise d’artisans qualifiés. D’où sa réputation de qualité et de solidité, aspect qui ne vient pas après l’apparence visuelle.

C’est dans ce jus qu’est née Ago, qu’Häberli a voulue, grande et simple. Il lui a donné un plateau ovale ou rectangulaire qui contribue à lui tout seul à faire le style de l’ensemble. L’avantage des formes simples, c’est de supporter toutes sortes de bois : MDF blanchi, teinté noir, aussi bien qu’en noyer, teinté gris ou noir. Le chêne également disponible peut être de couleur lui aussi. Détail esthétique d’importance, les pieds et la structure métallique de la table, soutenant le plateau comme une colonne vertébrale, se choisissent dans des finitions de couleurs qui s’accordent à son choix de plateau. Rien n’a été négligé…

Table Ago d’Alfredo Häberli (2020, Alias).
Table Ago d’Alfredo Häberli (2020, Alias).
Détail de l’assemblage du piètement et du plateau.
Détail de l’assemblage du piètement et du plateau. DR

The Good Spots Destination Suisse

The good concept store La sélection IDEAT