Art & Hôtellerie : Qui n’a jamais rêvé d’une nuit au musée ?

Quoi de mieux que s'endormir entouré de toiles de maîtres ? À défaut d’offrir une escapade nocturne au Louvre, de nombreux hôtels tentent de satisfaire l’œil et l’esprit par un décor conçu pour sublimer nos rêves.

« Ici, on loge à cheval, à pied ou en peinture », clamait en 1931 l’enseigne de La Colombe d’Or, petit hôtel de Provence qui échange le gîte et le couvert contre des aquarelles et des huiles sur toile. Miró, Braque, Chagall, puis Calder et César se prêtent au jeu. L’« art hotel » est né ! Au-delà de la simple déco, les œuvres donnent une identité au lieu, cette patine unique pour laquelle de nombreux hôteliers sont aujourd’hui prêts à dépenser –presque– sans compter. L’introduction de l’art dans un hôtel débute souvent par une histoire personnelle. Au domaine Château La Coste, près d’Aix-en-Provence, le propriétaire irlandais Paddy McKillen a transformé ses vignobles en chemin initiatique dont les sculptures monumentales mènent jusqu’aux chambres. Une araignée géante de Louise Bourgeois garde jalousement l’entrée du centre d’art signé Tadao Ando. Ici, la collection est née avant l’hôtel, qui s’est construit autour d’un patrimoine à faire pâlir les directeurs des plus grands musées.

Le domaine vinicole Château La Coste présente une collection d’œuvres à faire pâlir d’envie les plus grands musées d’art contemporain. Afin de découvrir pleinement les œuvres, on peut notamment séjourner à l’hôtel de luxe du domaine.
Le domaine vinicole Château La Coste présente une collection d’œuvres à faire pâlir d’envie les plus grands musées d’art contemporain. Afin de découvrir pleinement les œuvres, on peut notamment séjourner à l’hôtel de luxe du domaine. Richard Haughton

Hiroshi Sugimoto, Richard Serra, Alexander Calder, Sean Scully… Le parcours s’étend désormais au rythme d’une nouvelle œuvre par an, les noms illustres poussant comme du lierre sur l’ensemble du domaine. La salle de concert en plein air est signée Frank Gehry et la récolte viticole est traitée dans des chais conçus par Jean Nouvel. Dernier bijou en date, la chambre 30 propose de dormir dans une maison démontable 6×6 de Jean Prouvé, conçue en 1944 et adaptée en 2015 par Richard Rogers à la demande du galeriste Patrick Seguin. L’hôtel possède aussi un espace d’exposition dessiné par Jean-Michel Wilmotte. Ai Weiwei, Yoshitomo Nara ou encore Jean-Michel Basquiat y ont déjà eu leur rétrospective. Le lieu présentera cet été des toiles grand format de l’artiste américaine Pat Steir, en partenariat avec la galerie Lévy Gorvy.

La chambre 30 du domaine Chateau La Coste : une maison démontable de Jean Prouvé, adaptée au confort moderne par Richard Rogers.
La chambre 30 du domaine Chateau La Coste : une maison démontable de Jean Prouvé, adaptée au confort moderne par Richard Rogers. Richard Haughton

À Zichron Ya’acov, en Israël, c’est la philanthrope Lily Elstein qui est à l’origine de l’Elma Arts Complex Luxury Hotel. Dix ans de rénovation ont été nécessaires pour restaurer le chef-d’œuvre brutaliste de Yaakov Rechter et donner vie à l’immense centre culturel inauguré en 2016. Aux murs et dans les patios, l’ancien sanatorium est aujourd’hui parsemé de pièces de Sigalit Landau et de Tracey Emin, qui se fondent dans un décor résolument contemporain. Près du restaurant, trois espaces d’exposition temporaire, ouverts au public, proposent d’acquérir le travail de jeunes artistes. Pour les amateurs de musique classique, la salle d’opéra modulable de 450 places, avec son orgue de 1440 tuyaux importé d’Allemagne, affiche un programme de haut vol à longueur d’année. « J’ai mené une vie incroyable, mais tout le monde autour de moi n’a pas eu cette chance. Mon devoir de mémoire est d’être dans la reconnaissance et le partage », nous a soufflé Lily Elstein depuis l’immense terrasse de son hôtel, le visage rosi par le coucher de soleil sur la Méditerranée.

L’Elma Arts Complex Luxury Hotel, en Israël, est un établissement hôtelier doublé d’un complexe artistique installé dans une architecture brutaliste restaurée.
L’Elma Arts Complex Luxury Hotel, en Israël, est un établissement hôtelier doublé d’un complexe artistique installé dans une architecture brutaliste restaurée. DR

La nouvelle vague

Du mécénat artistique à l’empilage frénétique façon Salon des artistes français (fourre-tout convenu des XVIIIe et XIXe siècles), il n’y a qu’un pas que certains établissements ont franchi avec plus ou moins d’aisance. Lueur d’espoir, au-delà d’une association purement commerciale, une nouvelle vague d’hôteliers ose des collaborations sous forme de cartes blanches avec le marché de l’art. Après une série de projets temporaires à l’hôtel The St.Régis de Rome, la Galleria Continua vient d’annoncer son installation dans le palace de manière pérenne. Au-delà du modèle classique qui consiste à exposer des œuvres à vendre, la galerie organise de nombreuses activités et programmes éducatifs pour les clients amateurs en herbe et les écoles locales. « Notre but est de proposer des expériences cognitives à un jeune public et de les rapprocher de l’art contemporain en leur offrant des clés d’interprétation », déclarent en cœur Mario Cristiani, Lorenzo Fiaschi et Maurizio Rigillo, ses fondateurs.

Oeuvre de la série « Tumba Abierta », réalisée par José Yaque et présentée à l’hôtel The St.Régis de Rome.
Oeuvre de la série « Tumba Abierta », réalisée par José Yaque et présentée à l’hôtel The St.Régis de Rome. DR

Une résidence d’artistes a également été établie par un comité d’experts, qui nomme un lauréat tous les six mois parmi une liste de jeunes talents venus de pays émergents et dont le travail est ensuite montré sur place. Le choix de José Yaque pour inaugurer le nouvel espace marque l’intérêt de la galerie pour une approche pluriculturelle, en accord avec les préoccupations artistiques contemporaines. Le Cubain, présenté à la Biennale de Venise en 2017 et au Centquatre, à Paris, propose à Rome une variante de sa série « Tumba Abierta » (« tombe ouverte » en espagnol). Il la décrit comme une « archive vivante d’éléments naturels » – plantes, feuilles, graines et fruits préservés dans des centaines de flacons – qui prend des airs d’étagère d’apothicaire qu’il serait mal aisé d’emporter dans sa valise comme un vulgaire souvenir.

L’hôtel The Fife Arms, en Écosse, mélange les codes de l’hôtellerie classique avec des œuvres d’art contemporain.
L’hôtel The Fife Arms, en Écosse, mélange les codes de l’hôtellerie classique avec des œuvres d’art contemporain. © SIM CANETTY-CLARKE

Fait encore rare, mais qui devrait donner des idées à la concurrence, la galerie Hauser&Wirth a ouvert l’année dernière son propre gîte de luxe. Situé dans le nord de l’Écosse, au cœur du parc national de Cairngorms, The Fife Arms est un havre de paix où l’on vient pour se déconnecter du monde devant un bon feu de cheminée, admirer quelques-uns des 14 000 objets d’art du domaine, voire faire monter la cote des derniers artistes à la mode, en résidence sur place.

The good concept store La sélection IDEAT