Reportage déco : la maison des quatre saisons au Lac Tahoe

Un ancien champion de tennis s'est offert une villa moderniste à vol d'oiseau du Lac Tahoe, à la lisière de la Californie et du Nevada. Posée à flanc de montagne, cette forteresse minimaliste offre un panorama grandiose sur ses alentours et, quand la saison le permet, fait office de refuge de luxe pour skieurs.

Au pied d’un volcan éteint à Truckee, dans la région du Lac Tahoe, le cabinet Faulkner Architects a imprimé son style minimaliste et rustique à la résidence secondaire de Trent Tucker, ancien joueur international de tennis reconverti en coach. Abonnée aux grands espaces – à la fois intérieurs et extérieurs –, le studio de Berkeley s’est joué des contraintes du terrain (un flanc de montagne escarpé et soumis à de fortes chutes de neige) pour élaborer une maison sur-mesure.

La villa de Truckee, à quelques encablures du Lac Tahoe, tire le meilleur de son environnement.
La villa de Truckee, à quelques encablures du Lac Tahoe, tire le meilleur de son environnement. Joe Fletcher

Si, vue de l’extérieur, la villa peut avoir des allures de bunker moderniste, ses murs de béton se fondent dans le paysage, majoritairement recouvert de basalte. Cette lourde structure renforcée d’acier était en effet essentielle à la construction afin d’en assurer la pérennité face aux chutes de neige et d’arbres, tout en l’isolant de façon optimale.

Loin d’être froid, le béton s’accorde parfaitement à une décoration contemporaine imaginée par Claudia Kappl-Joy.
Loin d’être froid, le béton s’accorde parfaitement à une décoration contemporaine imaginée par Claudia Kappl-Joy. Joe Fletcher

A l’intérieur, la nature est aussi à l’honneur

Grâce à une large utilisation du bois comme revêtement et des surfaces vitrées – comme cela semble être la grande tendance de l’architecture moderne aux Etats-Unis –, la maison forme un tout avec son environnement. Elle cultive d’ailleurs de cette absence de frontière entre intérieur et extérieur avec de nombreuses terrasses agencées du rez-de-chaussée jusqu’aux étages, à l’instar du beau volume extérieur qui jouxte la chambre parentale. Quand la neige est au rendez-vous, une entrée couverte au niveau inférieur permet aux skieurs de déchausser sur le seuil de la maison. La classe !

Avec sa grande terrasse et sa vitre orangée, la chambre parentale s’ouvre sur les forêts du Lac Tahoe.
Avec sa grande terrasse et sa vitre orangée, la chambre parentale s’ouvre sur les forêts du Lac Tahoe. Joe Fletcher

La mise en lumière de cette villa a été confiée à Claudia Kappl-Joy du studio CLL Concept Lighting Lab. Une tâche pas évidente dans une région largement soumise aux aléas de la météo. La décoratrice a donc conçu un système savamment pensé afin de marier luminosité naturelle et éclairages électriques sans jamais donner une ambiance artificielle, en fonction des heures de la journée.

La pièce a vivre, baignée de lumière grâce à sa baie vitrée.
La pièce a vivre, baignée de lumière grâce à sa baie vitrée. Joe Fletcher

Quant au mobilier, Claudia Kappl-Joy l’a pensé en prolongement de la philosophie de l’architecture : ne faire qu’un avec la nature. Les pièces de designers qui peuplent la maison font écho aux couleurs et matières extérieures, du vert des sapins aux teintes plus orangées de l’automne. Pourtant minimaliste jusqu’aux détails de sa décoration, la maison fait preuve d’une belle originalité. Un large panneau de verre teinté en rouge rythme l’étage supérieur, à côté de la chambre parentale en rappel aux origines même du terrain occupé par la villa, un volcan aujourd’hui éteint.

La fameuse LC4 de Charlotte Perriand, Le Corbusier et Jeanneret (Cssina) trône sous le reflet de la lumière orangée.
La fameuse LC4 de Charlotte Perriand, Le Corbusier et Jeanneret (Cssina) trône sous le reflet de la lumière orangée. Joe Fletcher

Rome ne s’est pas construite en un jour. Cette forteresse non plus. Si le dessin du projet a d’abord nécessité 18 mois, sa réalisation s’est étalée sur pas moins de quatre années. Autant de temps qu’il fallut au couple pour agrandir sa famille de deux nouvelles têtes… Repoussé à cause des conditions climatiques, le chantier de 6 000 m2 s’est achevé en 2018…

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT