© ÍÑIGO SANTIAGO / SUCCESSION D’EDUARDO CHILLIDA / HAUSER & WIRTH

Chillida Leku : Le spot arty basque réouvre ses portes

Chillida Leku, le superbe écrin de verdure et d’art conçu de son vivant par Eduardo Chillida pour accueillir ses sculptures, vient de rouvrir ses portes après la crise sanitaire. Au Pays basque espagnol, grâce au soutien de la galerie Hauser & Wirth, cette œuvre monumentale retrouve toute son énergie vitale.

«J’ai rêvé d’une utopie, un espace où pourraient reposer mes sculptures et où les gens les traverseraient comme dans une forêt. » L’aventure de Chillida Leku commence en 1983, lorsque Eduardo Chillida et Pilar Belzunce, son épouse, acquièrent Zabalaga, une ferme bâtie au XVIe siècle sur une colline de onze hectares. Celle-ci est en ruine, mais la proximité avec Saint-Sébastien, ville natale du sculpteur, et les forges du Valle del Hierro, où sont produites ses pièces monumentales, achève de convaincre Chilida de la restaurer pour en faire son musée personnel.

Détail de L’Arc de la Liberté (1993), d’Eduardo Chillida, en acier Corten, posé devant la ferme Zabalaga, datant du XVIe siècle.
Détail de L’Arc de la Liberté (1993), d’Eduardo Chillida, en acier Corten, posé devant la ferme Zabalaga, datant du XVIe siècle. © ÍÑIGO SANTIAGO / SUCCESSION D’EDUARDO CHILLIDA / HAUSER & WIRTH

L’enfant du pays, ami de Brancusi et de Miró, devenu l’un des chefs de file de l’art abstrait, mettra quinze ans à donner corps à sa vision. Inauguré en 2000 par le roi d’Espagne Juan Carlos Ier et le chancelier allemand Gerhard Schröder, Leku, « le lieu » en basque, est, selon Chillida lui-même, une œuvre à part entière. À la suite du décès de l’artiste, en 2002, à l’âge de 78 ans, vont être exposés là nombre de matériaux – fer, albâtre, grès chamotté, granit, feutre, papier et, bien sûr, acier Corten – et de formes qui se répondent selon les époques, les dessins, les commandes publiques (dans plus de 40 villes à travers le monde), entre les méandres de la superbe charpente et les frondaisons du jardin où trônent une quarantaine de ces géants magnifiques.

Difficile de rester impassible face aux huit mètres de haut de la sculpture Buscando la Luz I (1997).
Difficile de rester impassible face aux huit mètres de haut de la sculpture Buscando la Luz I (1997). © ÍÑIGO SANTIAGO / SUCCESSION D’EDUARDO CHILLIDA / HAUSER & WIRTH

En 2011, la famille ne pouvant plus assumer des coûts de gestion et d’entretien trop lourds, l’institution ferme ses portes, sauf pour quelques visites privées. Jusqu’à ce que la toute-puissante galerie Hauser&Wirth, qui représente le créateur, se décide à en entamer la rénovation. Déjà missionnés pour un centre d’art appartenant au même galeriste dans le Somerset, en Angleterre, Luis Laplace, architecte argentin basé à Paris, et le maître paysagiste néerlandais Piet Oudolf ont apporté une note contemporaine à l’accueil des visiteurs. Quant au café Lurra, qui sert une cuisine de saison, locavore et soignée, il vient parfaire cette redécouverte. Après deux mois de fermeture, la fondation a rouvert ses portes et l’exposition « Buscando la Luz », qui met en valeur le rapport de l’artiste à l’architecture, elle est prolongée jusqu’en janvier 2021…
> Chillida Leku. Barrio Jauregui 66, 20120 Hernani, Espagne. Tél. : +34 943 335 963. Museochillidaleku.com

Un aperçu de la collection permanente dédiée à Eduardo Chillida.
Un aperçu de la collection permanente dédiée à Eduardo Chillida. © ÍÑIGO SANTIAGO / SUCCESSION D’EDUARDO CHILLIDA / HAUSER & WIRTH

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT