Architecture : Dominique Coulon à la rescousse du patrimoine alsacien

Au nord de l’agglomération strasbourgeoise, le centre ville de Schiltigheim retrouve une partie de sa vitalité grâce à la réhabilitation d’une ancienne distillerie menée par l’agence Dominique Coulon & Associés.

Connu pour ses établissements scolaires ultra-colorés, le cabinet Dominique Coulon & Associés sait aussi s’assagir quand le contexte l’y invite. Appelée à régénérer le centre-ville de Schiltigheim, l’agence strasbourgeoise a fondu l’un de ses derniers projets dans quatre anciennes bâtisses, à l’architecture typique de la région. En briques ou à pans de bois, l’ensemble a accueilli tour à tour une distillerie, une coopérative de bouchers, un lieu d’exposition et une scène de théâtre avant de tomber en désuétude pendant une décennie et, enfin, ressusciter sous la forme d’un marché couvert combiné à un centre d’art.

Avec son bar d’été, ses commerces et ses expositions, le lieu vise à devenir un nouveau point de ralliement pour les 30 000 âmes de la communes de Schiltigheim.
Avec son bar d’été, ses commerces et ses expositions, le lieu vise à devenir un nouveau point de ralliement pour les 30 000 âmes de la communes de Schiltigheim. Eugeni Pons

Précieux témoins de l’architecture vernaculaires alsacienne, trois bâtiments à colombages abritent aujourd’hui les bureaux du service culturel de la commune. Suivant leur état de délabrement, différents degrés de rénovation ont dû être mis en œuvre. Deux d’entre eux s’habillant simplement d’un nouvel isolant, tandis que le troisième a été entièrement démonté, puis partiellement restauré et ré-assemblé autour de sa structure en bois d’origine. Plus grand mais aussi plus endommagé, un dernier édifice en briques s’est quant à lui délesté d’une bonne partie de sa structure interne pour combiner des espaces dédiés à l’art et aux métiers de bouche.

Traditionnellement réalisés en briques, en plâtre ou en torchis, les remplissages qui séparent les colombages ont tous fait l’objet d’une nouvelle isolation pour assurer le confort thermique des bureaux.
Traditionnellement réalisés en briques, en plâtre ou en torchis, les remplissages qui séparent les colombages ont tous fait l’objet d’une nouvelle isolation pour assurer le confort thermique des bureaux. Eugeni Pons

Avec des façades aux stries et aux défauts assumés, une certaine esthétique de l’inachevé habille le bâtiment principal, quelque peu agrandi en pignon par un bar d’été semi-couvert. Afin de garantir la lisibilité de la nouvelle intervention, les traces du passé cohabitent en toute honnêteté avec les aménagement réalisés en béton, comme pour suivre à la lettre un adage bien connu des architectes : « Construire la ville sur la ville. » A l’intérieur de la halle, les strates anciennes et contemporaines se superposent dans un espace immaculé, où l’architecture et la scénographie s’effacent au profit de la polyvalence des usages.

Dans la halle, les rares vestiges de la structure préexistante dialoguent avec la nouvelle architecture de béton.
Dans la halle, les rares vestiges de la structure préexistante dialoguent avec la nouvelle architecture de béton. Eugeni Pons

Dans la continuité des rues adjacentes, un vaste corridor traverse le bâtiment dans toute sa longueur et sa hauteur. Un vide autour duquel s’articulent tous les espaces. Notamment un atelier de création, un lieu de projection et un espace d’exposition situés à l’étage, en complément d’une boucherie et d’un poissonnier qui se partagent le rez-de-chaussée avec un second espace d’exposition, également conçu pour accueillir des marchés temporaires. Une diversité programmatique qui fait dire à l’agence de Dominique Coulon que « le lieu d’exposition atteint ici son idéal universel [à travers] un espace unique à usages multiples. »

Au rez-de-chaussée, aux cotés d’une boucherie et d’un poissonnier, un espace polyvalent accueille des expositions comme les étals des producteurs agricoles.
Au rez-de-chaussée, aux cotés d’une boucherie et d’un poissonnier, un espace polyvalent accueille des expositions comme les étals des producteurs agricoles. Eugeni Pons
L’étage est, lui, intégralement dédié à l’art.
L’étage est, lui, intégralement dédié à l’art. Eugeni Pons
Un atelier de création émerge en porte-à-faux au-dessus de l’espace central, pensé comme une rue couverte par Dominique Coulon & Associés.
Un atelier de création émerge en porte-à-faux au-dessus de l’espace central, pensé comme une rue couverte par Dominique Coulon & Associés. Eugeni Pons
Minimal, le parti pris de la scénographie laisse libre cours à la diversité des usages.
Minimal, le parti pris de la scénographie laisse libre cours à la diversité des usages.

The good concept store La sélection IDEAT