MINI LIVING Shanghai,
solution de partage

L’entretien avec Oke Hauser, architecte et chef de projet de MINI LIVING, s’est déroulé en plein confinement. Un moment où la réflexion sur l’évolution des modes de vie urbains est tout à coup devenue prégnante. Comment conjuguer collectif et intime, travail et loisirs, ville et nature ? Et si, en Chine, MINI LIVING Shanghai, le pôle de coliving et de coworking qui s’apprête à ouvrir ses portes dans le quartier de Jing’an, esquissait une des réponses à suivre ?

MINI, marque lifestyle et urbaine

Pour Oke Hauser, c’était un cri du cœur : « Je regrette tant de ne pas être confiné à Shanghai en ce moment pour pouvoir faire l’expérience du lieu avant son inauguration ! ». Première incursion d’un constructeur automobile dans le monde de l’hospitalité, MINI LIVING ­Shanghai poursuit en effet de façon inédite la réflexion sur l’utilisation créative de l’espace. Ce concept a présidé à la naissance de la première et iconique Mini. Cette dernière a été dessinée par Alec Issigonis et sortie en 1959. Ce modèle automobile fut qualifié de « game changer urbain » dans les années 1960.

L’architecte Oke Hauser est le chef d’orchestre du think tank MINI LIVING.
L’architecte Oke Hauser est le chef d’orchestre du think tank MINI LIVING. Alberto Novelli

Aujourd’hui, MINI se mue résolument en marque lifestyle. Elle mise ainsi sur les véhicules électriques et les plateformes de voitures partagées. Elle s’investit aussi, via son think tank MINI LIVING, dans « des projets architecturaux à empreinte carbone plus maîtrisée ».

MINI LIVING, matérialiser le partage

Mini a d’abord exploré le sujet de façon éphémère avec les microespaces des MINI LIVING Urban Cabins à Londres, Milan, Los Angeles et Pékin. « Mais nous voulions construire quelque chose qui puisse faire sens sur le long terme », explique le chef de projet. Le résultat se compose de 8 000 m2 d’une ancienne usine située au cœur du quartier de Jing’an, à Shanghai.

Satoshi Isono a investi une ancienne usine pour en faire un lieu de partages.
Satoshi Isono a investi une ancienne usine pour en faire un lieu de partages.

Satoshi Isono, de l’agence londonienne Universal Design Studio, a réhabilité les cinq bâtiments qui sont dorénavant reliés entre eux par des passerelles. Ce geste architectural souligne ainsi l’importance des circulations.

MINI LIVING Shanghai, inviter la ville

L’ensemble regroupe 45 studios de 18 à 28 m2. Les plus petits disposent d’une cuisine et d’une pièce à vivre partagées. Ils sont ouverts à la location de courte ou moyenne durée pour les locaux ou les expatriés. Ses créateurs y ont également conçu des espaces de coworking.

Les espaces de MINI LIVING Shanghai s’adaptent aux usages contemporains.
Les espaces de MINI LIVING Shanghai s’adaptent aux usages contemporains.

On y trouvera même deux rooftops. L’un abrite même un potager, une galerie, des boutiques, une salle de cinéma, des bars et des restaurants ouverts au public. L’espace a pour projet « d’inviter la ville. Trouver le bon endroit où s’installer quand on arrive à l’étranger est souvent difficile, et se sentir “chez soi” est tellement lié au fait d’être connecté avec les bonnes personnes, les bonnes adresses… ».

MINI LIVING Shanghai propose des espaces de coliving chaleureux, conviviaux et connectés à leur environnement urbain.
MINI LIVING Shanghai propose des espaces de coliving chaleureux, conviviaux et connectés à leur environnement urbain.

« Plateforme d’atterrissage idéale pour les industries créatives », MINI LIVING Shanghai étire ainsi ­joliment l’esprit pionnier et anticonformiste de MINI.

The good concept store La sélection IDEAT