Mode : Harper’s Bazaar fait la couverture du MAD

La rétrospective consacrée au mythique magazine américain né en 1867 à New York feuillette la mode sur plusieurs décennies, dévoilant ses partis pris bluffants autour de l’art, de la littérature, de l’architecture et de la photographie. Un miroir tendu sur l’époque.

Pour le MAD, le Studio Adrien Gardère a mis en scène Harper’s Bazaar, qui, depuis cent cinquante-trois ans, a imposé sa vision de la féminité. Soixante-dix looks issus des archives répondent à l’élégance illustrée dans la revue de mode américaine, notamment durant son âge d’or, entre 1930 et 1975. Éric Pujalet-Plaà et Marianne Le Gaillard, commissaires de l’exposition, orientent aussi notre regard sur la fantastique contribution de grands talents.

Ainsi, Miss Booth, première rédactrice en chef, fait appel à Charles Dickens dès 1867. Suivront Colette, Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Jean Genet, André Malraux, Carson McCullers, ainsi que Truman Capote et Patricia Highsmith, qui publient leurs romans-feuilletons ici avant même d’avoir trouvé un éditeur. On y rencontre également Picasso, Man Ray, Dalí, Matisse, Andy Warhol, Jean Cocteau, Jackson Pollock… En 1934, Carmel Snow, nouvelle rédactrice en chef, s’entoure d’Alexey Brodovitch (DA), de Richard Avedon, qui n’a alors pas 20 ans, et de Diana Vreeland, offrant aux lectrices une mode solaire, shootée en extérieur dans un contexte artistique.

Couverture du magazine de mode Harper’s Bazaar (juillet 1958, par le photographe Gleb Derujinsky).
Couverture du magazine de mode Harper’s Bazaar (juillet 1958, par le photographe Gleb Derujinsky). DR

Théâtral

« Le quatuor impulse une scénographie moderne d’une amplitude visuelle extrême. L’emplacement de l’image est architectonique, théâtral, sur plusieurs pages, pour mettre en scène robes et décors. Les gens qui y figurent sont tous invités pour leurs qualités », analyse Eric Pujalet-Plaà. Peter Lindbergh, Jean-Paul Goude, Hiro ou Patrick Demarchelier y photographieront personnalités et modèles des maisons les plus prestigieuses.

Couverture d’avril 2010 signée Mark Seliger, avec Demi Moore portant une robe Alexander McQueen.
Couverture d’avril 2010 signée Mark Seliger, avec Demi Moore portant une robe Alexander McQueen. DR

« Carmel Snow est une femme de réseaux et d’affaires qui défend clairement une industrie. Ainsi, derrière Dior, il y avait le puissant groupe Boussac », complète le commissaire. Les couvertures surréalistes, métaphysiques, op art, futuristes – le numéro photographié à 100 % par Richard Avedon en 1965 connaîtra un ­immense succès – s’enchaîneront, jusqu’à celles signées Cindy Sherman, dès 2016.

Photographie de Peter Lindbergh publiée en 2009.
Photographie de Peter Lindbergh publiée en 2009. DR

> « Harper’s Bazaar, premier magazine de mode ». Au musée des Arts décoratifs, à Paris (Ier), prolongation jusqu’en septembre.

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT