Reportage déco : Au Mexique, refuge perché pour surfeurs stylés

Dans la baie de Puerto Escondido, un ensemble de villas s'élève sous les traits du cabinet mexicain Francisco Pardo Arquitecto. Adossés à flanc de falaise, ces cocons bohèmes ambitionnent d'accueillir les surfeurs venus du monde entier se mettre au défi face à la houle du Pacifique.

Débutants, s’abstenir ! A Puerto Escondido, mieux vaut être un surfeur aguerri avant de se confronter aux vagues du Pacifique. Un temps repère confidentiel seulement connu « des vrais », le charme indéniable de ce paradis mexicain a vite brisé l’omerta. Aujourd’hui, la région de Oaxaca s’affiche comme une destination prisée des voyageurs en manque d’authenticité, qui se ruent tout de même sur de grands et très beaux hôtels, appartenant aux meilleurs groupes hôteliers mondiaux. A l’écart de la foule, les villas Escondida prennent racine sur une falaise se jetant dans l’océan, à quelques mètres des meilleurs spots de surf.

Certaines villas voient leur piscine abritée sous une pergola…
Certaines villas voient leur piscine abritée sous une pergola… Onnis Luque

Les bâtiments se blottissent dans la jungle. Conçu par la firme mexicaine Francisco Pardo Arquitecto, l’ensemble architectural a été pensé pour avoir un impact minime sur la nature environnante. Et notamment sur sa surface pentue dont l’inclinaison n’a pas été modifiée, adaptant la construction au terrain, et pas l’inverse. Résultat : grâce à des séquences de marches, de rotations et de patios intermédiaires, les villas profitent toutes d’une vue à 180°.

…ou une espèce de jacuzzi avec vue plongeante sur la baie de Puerto Escondido.
…ou une espèce de jacuzzi avec vue plongeante sur la baie de Puerto Escondido. Onnis Luque

Le complexe inclut seize résidences bénéficiant chacune d’un beau volume de 150 m2. Spacieuses sans jouer la carte de l’ostentatoire, elles se divisent en deux ou trois chambres et offrent tout le confort nécessaire à un séjour en totale autonomie. Clou du spectacle, une terrasse vient coiffer chacune des villas. Des belvédères qui s’accompagnent tous d’une piscine – tantôt rectangulaire, tantôt de forme volcanique, pour varier les plaisirs – et, évidemment, d’un panorama de rêve.

Le salon-cuisine de l’une des villas, à Puerto Escondido.
Le salon-cuisine de l’une des villas, à Puerto Escondido. Mauricio Guerrero

A l’abri de la chaleur, les espaces intérieurs s’inspirent de l’extérieur. Structures flexibles capables de s’adapter aux légers mouvements de terrain et aléas climatiques, les villas Escondida se parent d’un habit organique. Si la coque de ces vaisseaux sauvages est faite de béton, un bois local, le Macuil, en matérialise les ouvertures et les volumes. Ainsi, fenêtres, panneaux amovibles mais aussi tables, chaises et objets décoratifs se retrouvent taillés dans la même essence.

Dedans ou dehors, le Pacifique s’invite toujours en ligne de mire.
Dedans ou dehors, le Pacifique s’invite toujours en ligne de mire. Mauricio Guerrero

Dans un style rappelant presque celui de Le Corbusier à Chandigarh, on accède aux habitations grâce à un système de couloirs extérieurs qui épousent la forme de la pente de la colline. Les étroites allées remontent depuis le littoral et traversent deux jardins intérieurs, leur permettant ainsi de réguler la chaleur environnante.

La nature est omniprésente, même au travers du parcours qui relie les habitations.
La nature est omniprésente, même au travers du parcours qui relie les habitations. Onnis Luque

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT