[Mode & Design] Les 3 meubles essentiels de Sofia Achaval de Montaigu et Lucila Sperber, fondatrices de ÀCHEVAL Pampa

Cet été, IDEAT invite des créateurs de mode, étoiles montantes ou designers confirmés, à quitter le monde du vêtement pour investir celui du design. Au programme, une short-list de trois pièces finement sélectionnées. Nos invités de la semaine sont Sofia Achaval de Montaigu et Lucila Sperber, les fondatrices de ÀCHEVAL Pampa. Les deux créatrices sont toutes les deux nées en Argentine, terre des “gauchos”, les cousins sud-américains des cow-boys, véritables gardiens des prairies sud américaines. Des personnages qui viennent inspirer et habiter les créations des deux amies.

Nos invitées de la semaine sont Sofia Achaval de Montaigu et Lucila Sperber, les fondatrices de ÀCHEVAL Pampa. Les deux créatrices sont toutes les deux nées en Argentine, terre des « gauchos », les cousins sud-américains des cow-boys, véritables gardiens des prairies sud-américaines. Des personnages qui viennent inspirer et habiter les créations des deux amies.

1/ Banquettes Pour Polyphème de François-Xavier Lalanne (Sofia Achaval de Montaigu)

Difficile d’évoquer le couple de designers formé par Claude et François-Xavier Lalanne sans aborder leur incroyable bestiaire. Un bestiaire où le mouton règne en majesté. Baptisée Pour Polyphème, cette série de bancs ovins fait joliment référence à un extrait du récit mythique de l’Odyssée, où Ulysse réussit à fuir le cyclope Polyphème à l’aide de nos amis à laine.

Banquettes Pour Polyphème de François-Xavier Lalanne, développées à partir de 1965.
Banquettes Pour Polyphème de François-Xavier Lalanne, développées à partir de 1965. DR

« J’ai découvert leur travail à travers les images de l’appartement d’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, ainsi que leurs collaborations avec la maison Saint Laurent. J’ai toujours rêvé de les avoir chez moi. J’y vois une évocation de la nature, mais aussi de l’art. Une même dualité avec laquelle nous imaginons nos collections ÀCHEVAL Pampa. »


2/ Table Tulip d’Eero Saarinen (Lucila Sperber)

Véritable icône de la maison d’édition Knoll, cette table née en 1955 s’appuie sur un pied en aluminium, coiffé par un élégant plateau, la plupart du temps en marbre. Celui-ci, grâce à son chant biseauté, apparaît incroyablement léger.

Table Tulipe d’Eero Saarinen, 1955 (Knoll).
Table Tulipe d’Eero Saarinen, 1955 (Knoll). DR

« Je l’adore dans tous ses formats et dans toutes les matières possibles et imaginables, car j’ai grandi en déjeunant sur cette table. La perfection de son design réside dans le fait qu’elle soit légère, facile à nettoyer, et confortable. Aujourd’hui, j’en ai cinq chez moi, de la plus petite à la plus grande taille en passant par les intermédiaires et j’y ai vécu de très bons souvenirs. C’est une perfection ! »


3/ Lampe signée Jean-Michel Frank

Figure trop peu connue de l’entre-deux-guerres, le décorateur Jean-Michel Frank a œuvré pour le gratin intellectuel français de l’époque, avant de finir ses jours en Argentine. Parmi les heureux élus, Louis Aragon, François Mauriac, le couple Noailles ou encore Elsa Schiaparelli. Tous ont succombé à cette esthétique ultra épurée, radicale, quasi monacale, à contre-courant de l’opulence de l’Art déco. Une œuvre racontée dans l’ouvrage justement nommé L’étrange luxe du rien de Pierre-Emmanuel Martin-Vivier, aux éditions Norma.

Jean-Michel Franck a signé de nombreuses lampes dotées d’un pied en quartz.
Jean-Michel Franck a signé de nombreuses lampes dotées d’un pied en quartz. DR

« Nous admirons le travail Jean-Michel Frank, et plus particulièrement cette lampe. Il s’agit pour nous de l’équilibre parfait entre le design et la Nature. Nous aimons les pierres et nous les utilisons sur les ceintures de notre marque ÀCHEVAL Pampa. C’est une véritable source d’inspiration pour notre travail. »

The good concept store La sélection IDEAT