Portrait : Studio Gum, architectures à histoires en Italie

Valentina Giampiccolo et Giuseppe Minaldi ont fondé Studio Gum en 2010 en Sicile, où ils sont bien implantés. Les projets qu’ils réalisent recèlent une réflexion très personnelle sur le volume, la lumière, la matière et la théâtralité. Un geste où le témoignage sur les lieux comme objets de mémoire trouve toute sa place.

Il y a de la rigueur dans tout ce qu’ils dessinent. Une épure qui joue avec la rusticité des choses, une élégance d’aujourd’hui, quelque chose d’un peu muséal également… Autant de boussoles auxquelles la couleur et le travail sur les perspectives et la lumière apportent de la vie. C’est dans cet esprit que les architectes d’intérieur Valentina Giampiccolo et Giuseppe Minaldi, les deux moitiés de Studio Gum, ont réalisé tout dernièrement la rénovation de deux maisons situées dans la campagne de Noto, en Sicile, ainsi que de deux hôtels, dont l’un, le Liberty, implanté au coeur de Catane, possède des voûtes magnifiques et des sols richement décorés. Ils viennent également d’achever le chantier d’une demeure du XIXe siècle typique des propriétés siciliennes de Modica et, enfin, le showroom d’une célèbre marque de prêt-à- porter, à Milan cette fois-ci… Autant de lieux qui, souvent, avant l’intervention des deux architectes, ont déjà bien vécu et qu’ils savent réinterpréter avec une justesse et une délicatesse maîtrisées.

Valentina Giampiccolo et Giuseppe Minaldi, les deux fondateurs de Studio Gum.
Valentina Giampiccolo et Giuseppe Minaldi, les deux fondateurs de Studio Gum. © FILIPPO BAMBERGHI / PHOTOFOYER

Susciter des motions inédites

« Chacun de ces projets a son histoire, disent-ils. Quelquefois, la beauté d’un site, d’une région, d’un paysage ou d’une architecture déjà existante n’est pas visible à l’œil nu. D’autres fois, la magie d’un endroit réside plutôt dans la personnalité de ceux qui l’habitent ou qui y ont vécu. Dans notre travail, les échanges sont essentiels, tout comme les collaborations avec les designers et les artistes qui partagent notre vision des choses. Nous sommes en outre d’une nature très curieuse, en perpétuelle quête de matières nouvelles ou oubliées, que nous adorons mélanger pour susciter des émotions inédites. Nous ne concevons pas notre travail autrement. »

La mise en valeur des carreaux de ciment sur le sol de la pièce de vie ou des carreaux en céramique de la salle de bains redonne du peps à cet appartement autrefois un peu endormi de la ville de Modica, en Sicile.
La mise en valeur des carreaux de ciment sur le sol de la pièce de vie ou des carreaux en céramique de la salle de bains redonne du peps à cet appartement autrefois un peu endormi de la ville de Modica, en Sicile. © FILIPPO BAMBERGHI / PHOTOFOYER

Née en 1977 à Raguse, dans le sud-est de la Sicile, Valentina Giampiccolo est sortie lauréate de la faculté d’architecture de Syracuse en 2007. Après une première expérience enrichissante au studio Ternullomelo, à Lisbonne, elle revient sur son île et poursuit sa carrière à l’agence de Giuseppe Gurrieri. Né à Catane en 1973, Giuseppe Minaldi est diplômé de l’Académie des beaux-arts de la ville en 1999. Après avoir complété sa formation à la faculté d’architecture de Syracuse, en 2007, tout comme Valentina, il fonde Studio Gum avec cette dernière en 2010. Leurs chemins professionnels ont commencé à se croiser dès 2009, tandis que l’un et l’autre cherchaient, mais chacun de son côté, une demeure à acheter dans la ville de Modica, en Sicile. Giuseppe avait alors acquis une petite maison dont la vue donnait sur la cathédrale baroque San Giorgio. Sa rénovation, entreprise l’année suivante, scella leur première association.

L’Atletico Farina est un restaurant situé à Marina di Ragusa, une station balnéaire très fréquentée de la Sicile orientale. Particulièrement coloré, il été imaginé sous patronage sportif.
L’Atletico Farina est un restaurant situé à Marina di Ragusa, une station balnéaire très fréquentée de la Sicile orientale. Particulièrement coloré, il été imaginé sous patronage sportif. © EMANUELA MINALDI

En 2011, la réalisation d’un bar-restaurant leur est confiée. Ils en définissent entièrement le concept, un processus au cours duquel ils découvrent le designer et graphiste Carlo Scribano. Cette rencontre déterminante donnera naissance à de nombreuses autres collaborations. Parmi celles-ci, le projet artistique urbain à but non lucratif Cargo, d’une part, mené avec Copystudio, dont Carlo Scribano est le directeur artistique, et le restaurant Atletico Farina, d’autre part, réalisé en 2016. Pour ce second projet, également conduit avec Copystudio, il s’agissait d’équiper à la fois un hôtel des années 90, l’Atletico, sis dans la même cité balnéaire que Cargo, ainsi qu’un restaurant bio, le Farina, et de faire de ce mariage un rendez-vous convivial et gourmand, sous patronage sportif. Tout cela à un coût très bas, d’où la conservation des anciennes structures, comme le toit et la terrasse, et de la piscine, entièrement rénovée. Pour la petite histoire, le propriétaire de l’Atletico Farina est également président du club de football féminin de la ville, dont certaines joueuses sont par ailleurs des serveuses du restaurant…

Cargo est à l’origine un projet d’habillage de la façade du Met, un autre restaurant de Marina di Ragusa. La première installation, The Woodcutter and the Nightingale (« le bûcheron et le rossignol »), composée de 80 nichoirs, est l’oeuvre du designer graphique Carlo Scribano.
Cargo est à l’origine un projet d’habillage de la façade du Met, un autre restaurant de Marina di Ragusa. La première installation, The Woodcutter and the Nightingale (« le bûcheron et le rossignol »), composée de 80 nichoirs, est l’oeuvre du designer graphique Carlo Scribano. DR

Mythes et légendes

C’est en 2014 que les deux créateurs ont entamé leur première réalisation d’importance, la rénovation de la Casa Moscova, à Milan. Un penthouse situé au cinquième étage d’un immeuble du XIXe siècle, baigné de lumière grâce à ses bow-windows et autres grandes baies vitrées. « Ce fut l’expérience la plus fructueuse et la plus sereine de notre parcours, témoignent-ils. Tout s’est passé dans un climat de compréhension et de confiance mutuelles, y compris avec l’entreprise sicilienne du bâtiment. Et ce fut notre première collaboration avec le designer Pietro Russo et le photographe Filippo Bamberghi, dont nous sommes devenus les amis. »

La Casa Farfaglia, ou la rénovation d’une ancienne bâtisse rurale de Noto, dans la province de Syracuse.
La Casa Farfaglia, ou la rénovation d’une ancienne bâtisse rurale de Noto, dans la province de Syracuse. © FILIPPO BAMBERGHI / PHOTOFOYER

En 2017, le duo achève la rénovation du boutique-hôtel Asmundo di Gisira – un vieux palais du XVIIIe siècle situé piazza Mazzini, près de la cathédrale de Catane –, pour lequel ils font travailler des artistes internationaux et siciliens sur les mythes et légendes de Proserpine, d’Acis et Galatée… Au terme de ce chantier long et minutieux qui consista à réorchestrer avec poésie les 400 m2 du palazzo, l’Asmundo di Gisira dévoile surtout une émouvante réflexion sur la mémoire de l’île qui l’accueille. Un travail de mémoire locale qui a apporté à Studio Gum une reconnaissance internationale.
> studiogum.it

Dans La Casa Farfaglia, l’ancien moulin à huile est devenu l’espace de vie, avec un sol en béton faisant réapparaître l’empreinte circulaire de la meule afin d’accueillir le socle du brasero de la grande cheminée.
Dans La Casa Farfaglia, l’ancien moulin à huile est devenu l’espace de vie, avec un sol en béton faisant réapparaître l’empreinte circulaire de la meule afin d’accueillir le socle du brasero de la grande cheminée. © FILIPPO BAMBERGHI / PHOTOFOYER

 

The good concept store La sélection IDEAT