Hôtel Chouchou : Michael Malapert signe une ode à la France

Nom aguicheur, décoration chauvine et cantine locavore : l'hôtel Chouchou porte fièrement ses quatre étoiles mais promet une expérience à la bonne franquette. De sa belle sélection d'événements à l'architecture intérieure de Michael Malapert, IDEAT vous dit tout sur la nouvelle adresse de la rentrée.

Il y flotte une atmosphère de vieille France… On se dandine sur un air de France Gall. Le bip sonne enfin, signe que notre plat d’huîtres a été dressé. Bienvenue à l’hôtel Chouchou qui profite de l’été indien pour se dévoiler !

Coincé entre Grands Magasins et Grands Boulevards, l’hôtel du groupe Elegancia fait peau neuve. Nouvelle identité, nouvelle esthétique, rien n’a été laissé au hasard pour assurer à ce bâtiment de six étages une seconde jeunesse. Le pitch ? Un hommage à la mère patrie avec une bande-son 100% française, une guinguette ambiance terre et mer avec service au comptoir et un bar proposant une sélection de softs et spiritueux tous produits dans notre beau pays. Sans oublier une décoration signée d’un Français en vogue, Michael Malapert, qui a fait appel aux meilleurs artisans locaux pour soutenir son projet.

La guinguette, le cœur de l’hôtel Chouchou.
La guinguette, le cœur de l’hôtel Chouchou. Nicolas Anetson

Résolument ancré dans son époque, Chouchou résonne comme un lieu de vie. Pas de restaurant formel, donc, remplacé par une guinguette style food court qui dégaine galettes-saucisses (chez La Grande Bouffe) et autres plateaux de fruits de mer (chez La Mer à Boire). À la bonne franquette, on y trinque devant une scène animée quasiment tous les soirs de la semaine (karaokés, spectacles de stand-up, DJ sets…). D’autres événements (cours de yoga notamment) auront lieu en comité réduit dans les deux arrière-salles privatisables.

Le stand de La Grande Bouffe.
Le stand de La Grande Bouffe. Nicolas Anetson

Les chambres et suites de l’hôtel entonnent la même mélodie. Moquette effet marinière dans les communs, omniprésence d’un bleu nuit sur les murs des chambres, trois suites dédiées à des figures éminemment françaises (Serge Gainsbourg, Edith Piaf et Boris Vian) : Michael Malapert a créé pour Chouchou un hommage bleu-blanc-rouge. A l’image de la guinguette, ces cocons privés prennent la forme de lieux familiers, qui proposent à leurs invités d’un jour le nécessaire pour se sentir comme à la maison.

La chambre est inévitablement tricolore.
La chambre est inévitablement tricolore. Nicolas Anetson

Les trois suites, quant à elle, incarnent la personnalité dont elles tirent leur nom. Littéraire chez Vian, dark chez Gainsbourg et rose… chez Piaf – bien sûr ! –, l’architecte d’intérieur parisien relève le challenge de retranscrire ces monuments de la culture française en univers déco. Si la suite « L’Arrache-Cœur » reprend peu ou prou les codes des chambres, « L’Anamour » et « La vie en rose » imposent leur patte. Ambiance coton vintage chez Piaf, où trône un superbe gramophone et où les malles d’époque prennent la place des meubles. Virage à 360° chez Gainsbourg où le noir s’impose de toutes parts, en total look de la chambre à la salle de bains. Les mélomanes pourront reprendre Gainsbarre au piano, sous l’œil rieur de Jane et Brigitte.

La suite La Vie en Rose.
La suite La Vie en Rose. Nicolas Anetson
La suite L’Anamour de l’hôtel Chouchou.
La suite L’Anamour de l’hôtel Chouchou. Nicolas Anetson

Trois bains privatifs s’ouvriront bientôt aux réservations. Un moment de détente accessible à tous, dans un décor feutré, twisté par un mobilier 70s à l’esprit subversif.

> Hôtel Chouchou. 11, rue du Helder, 75009 Paris. Réservations.

Thématiques associées

The good concept store La sélection IDEAT