Best-of : Nos meubles préférés d’octobre 2020

A l’approche des fêtes de fin d’année, les éditeurs d’objets, de luminaires et de mobilier multiplient les nouveaux produits. IDEAT.fr a sélectionné ses six préférés.

1/ Objet Eclairant Non Identifié

La collection Heco assume un caractère poétique cher au studio Nendo.
La collection Heco assume un caractère poétique cher au studio Nendo. akihiro_yoshida

Le studio japonais Nendo n’a pas son pareil pour insuffler une bonne dose de poésie dans notre quotidien. Avec Heco, sa dernière création pour Flos, il navigue en territoire inconnu : est-ce une lampe ou une table basse ? « La fusion des deux », répond Oki Sato ! Carré ou rectangulaire, la Heco juxtapose une structure métallique soutenant un plateau et une autre comme déformée par un globe de lumière. Elles sont reliées par un pied commun qui permet de les orienter. Quant aux parties électriques, elles sont entièrement cachées. L’ampoule fonctionne grâce à une batterie dissimulée dans le plateau, ce qui permet d’utiliser Heco en intérieur comme en extérieur. Des versions à adosser contre un mur droit ou un angle sont également disponibles.
> Heco de Nendo (Flos), prix selon configuration.

Pièce hybride par excellence, Heco est-elle une table ou un luminaire ? Nendo vous laisse libre d’en juger.
Pièce hybride par excellence, Heco est-elle une table ou un luminaire ? Nendo vous laisse libre d’en juger. akihiro_yoshida

2/ Isolé dans le bois

Unikiwi dépoussière le claustra.
Unikiwi dépoussière le claustra. DR

Après deux mois passés enfermés chez eux – et en attendant le prochain reconfinement… –, un certain nombre de Français ont ressenti le besoin de repenser leur intérieur. Pour beaucoup, cela passe par une restructuration des pièces et, pour ce faire, rien de tel qu’un claustra. Ceux proposés par les Français d’Unikiwi sont créés sur mesure grâce à des logiciels 3D et fabriqués de façon semi-artisanale dans la région de Montpellier avec différents types de bois, tous certifiés FSC. En plus de ses lignes ondulées et organiques, il permet de laisser passer la lumière tout en garantissant une certaine intimité. Un configurateur en ligne permet de choisir les dimensions et essences voulues.
> Prix moyen : 400 €/m2, renseignements sur le site d’Unikiwi.


3/ Coupez le son !

Plusieurs finitions de métal et de textile habillent les suspensions Trypta de Stephen Burks.
Plusieurs finitions de métal et de textile habillent les suspensions Trypta de Stephen Burks. DR

Le confort acoustique d’une pièce a beau être essentiel à la qualité de vie de ses occupants, il est souvent complexe à mettre en place. Soit, vous pouvez toujours habiller vos murs de boîtes d’œufs, mais si vous recherchez une solution plus esthétique, le mobilier peut vous aider. Prenez la suspension Trypta de Stephen Burks pour Oluce. Son axe central est équipé de deux sources lumineuses disposées à chaque extrémité afin de livrer une lumière directe et une autre réfléchie. Quant aux trois panneaux recouverts de textile disposés à 120° l’un de l’autre, ils atténuent les résonances et autres phénomènes sonores assourdissants.
> Suspension Trypta (Oluce), prix selon configuration.


4/ Un verre de Soda

Les tables basses Soda, véritables prouesses d’artisanat.
Les tables basses Soda, véritables prouesses d’artisanat. DR

Quand l’éditeur venitien Miniforms a décidé de sortir une table basse entièrement en verre, elle a choisi de faire appel au designer grec Yiannis Ghikas, réputé pour la technicité de son travail. Depuis son studio athénien, ce dernier a dû travailler main dans la main avec les artisans de Murano, chargés de souffler cette pièce exceptionnelle par sa taille. Le résultat : une forme pure qui joue des superpositions de textures du verre teinté ambre ou pétrole.
> Table basse Soda, Miniforms.

La collection Soda est disponible en deux coloris.
La collection Soda est disponible en deux coloris. DR

5/ Osselets, oh c’est beau !

Table basse en cuir et marbre de Francesco Balzano.
Table basse en cuir et marbre de Francesco Balzano. DR

S’il est basé à Paris, Francesco Balzano demeure profondément imprégné de culture classique, à la fois italienne et grecque. Voilà sans doute pourquoi ce designer, qui s’est formé auprès de Joseph Dirand, s’est inspiré du jeu des osselets, autrefois très populaire dans l’Athènes antique, pour dessiner sa nouvelle collection de mobilier chez Giobagnara. Ses bancs et tables jouent du contraste entre la minéralité du marbre et la chaleur du cuir, spécialité de la maison italienne, dans un jeu d’ondulations d’une grande subtilité. L’ensemble est complété par un fauteuil qui décline les mêmes lignes.
> Collection « Ossicle », chez Giobagnara.

Entre courbes et contre-courbes, la collection « Ossicle » évoque les arrondis des osselets.
Entre courbes et contre-courbes, la collection « Ossicle » évoque les arrondis des osselets. DR

6/ Lumière mâchée

Marie Michielssen est de retour chez Serax.
Marie Michielssen est de retour chez Serax. DR

Déjà autrice de pots, vases et autres contenants en papier mâché pour Serax, la designer Marie Michielssen revient à son matériau favori avec cette lampe de table que l’on dirait modelée à la main. L’abat-jour, qui laisse filtrer la lumière en douceur tout en dissimulant l’ampoule, en fait un objet idéal pour apaiser un intérieur…
> Lampe de table Earth, 240 €, Serax.

The good concept store La sélection IDEAT