Comment Smallable sensibilise les enfants au design

Cécile Roederer a créé l’enseigne Smallable afin d’offrir un univers mode et déco qui s’adresse aux enfants, mais dans un souci de style et de qualité semblable à celui qu’on porte aux adultes. Douze ans plus tard, le concept-store en ligne s’adresse à toute la famille.

Comment le concept de Smallable est-il né ?
Cécile Roederer : L’idée m’est venue en 2007, en observant mon entourage : d’abord mes sœurs, puis mes amies, jeunes mamans actives qui manquaient de temps pour se lancer dans un shopping poussé pour leurs enfants, alors qu’il était possible de trouver, en fouillant, des produits au design en phase avec l’air du temps.

Oui, mais de là à créer une entreprise…
Après une expérience marketing chez Dim, puis chez Lancel, j’avais très envie de monter ma société. Une étude a conforté mon intuition de lancer une enseigne réunissant habillement et décoration pour l’enfant. Il a fallu définir le positionnement, le fonctionnement et compiler une sélection de jolies marques de créateurs, sans être élitiste. Les deux tiers étaient étrangères, notamment scandinaves – green et très en avance en matière de design.

S’adresser aux ados

Pourquoi opter pour Internet ?
Cela nous est apparu tout de suite évident, afin d’offrir une vraie facilité aux parents, le soir, le week-end, au calme… et où qu’ils se trouvent en France ou à l’étranger. En 2015, nous avons tout de même créé un lieu physique, rue du Cherche-Midi (Paris VIe), afin de pouvoir rencontrer nos clients, leur apporter des conseils, notamment en matière d’aménagement, et les mettre encore plus en confiance pour commander sur le site.

Quand le monde de l’adulte a-t-il trouvé sa place chez Smallable ?
On a démarré avec le 0-6 ans, puis, chaque année, nous avons étendu l’offre. En 2012, la problématique de l’ado, coincé entre l’enfant et l’adulte, est apparue. On a pris conscience qu’on pouvait s’adresser à eux en leur parlant de leurs préoccupations et de leur mode de vie. Aussi a-t-on travaillé avec des marques pour adultes sur les tailles et les coupes pour les adapter aux ados. On s’est ensuite aperçu que des femmes achetaient pour elles, sur le site, les produits de labels hybrides pouvant plaire aux adolescentes de 15 ou 16 ans et aux jeunes femmes entre 20 et 25 ans. Enfin, l’offre déco s’est révélée un bon levier pour toucher un public plus large. Il y a trois ans, nous avons ainsi entamé cette approche du Family Concept Store.

Le parent pauvre de l’art de vivre

Sur le site, la place de l’enfant est bien là !
Oui, on ne renie pas nos origines et l’enfant représente encore 70 % de l’activité. Si l’offre pour adulte grandit, celle concernant les enfants ne diminuera pas. On va consolider les deux en affinant ce travail de sélection qui nous distingue. La déco permet de susciter chez les futurs ou jeunes parents le réflexe de venir chez Smallable.

L’approche de la famille entière, en matière de déco, est-elle particulière ?
Plus on avance, plus on mesure combien l’offre pour les enfants était le parent pauvre de l’art de vivre, affichant une grande hétérogénéité à tous les niveaux. L’univers des parents pouvait être très stylé et celui des enfants totalement déconnecté. Notre approche a consisté à dénicher des produits qui peuvent dialoguer. Aujourd’hui, on voit que les deux mondes sont de moins en moins scindés, que ce soit au musée, au restaurant, en voyage… Enfants et adultes vivent davantage de choses ensemble, à parts égales.

Fraternité, empathie, solidarité

Les valeurs de la famille sont-elles en mouvement ?
La famille redevient une valeur phare, qui peut aussi se nourrir de nouveaux modèles : qu’elle soit recomposée, élargie, elle est perçue d’une manière plus holistique. La crise de 2008 – période où Smallable a vu le jour – a généré une prise de conscience concernant certaines valeurs, qui doivent désormais prédominer : la fraternité, l’empathie, la solidarité… Un mouvement qui s’affirme en même temps que notre désir de rapprochement avec la nature, d’attention à ce que l’on consomme.

Les enfants vont-ils rester plus longtemps au sein du cocon familial ?
Aujourd’hui, il y a davantage d’échanges inter-générationnels et de respect pour l’enfant.respect pour l’enfant. Il trouve sa place à côté des adultes, qui lui procurent un lieu sans doute plus épanouissant qu’avant. Le nid est incontestablement devenu plus agréable. Pour tout le monde, d’ailleurs !

> Smallable. 81, rue du Cherche-Midi, 75006 Paris. Tél. : 01 40 46 01 15.

Chez Cécile Roederer, les références foisonnent…
Chez Cécile Roederer, les références foisonnent… Pierre Rochand
La preuve que l’univers des enfants peut se faire beau et contemporain…
La preuve que l’univers des enfants peut se faire beau et contemporain… Pierre Rochand

 

The good concept store La sélection IDEAT