Reportage déco : En Normandie, la chapelle en bois de Ionna Vautrin

En Seine-Maritime, dans un village de la campagne normande, la designer a investi le cadre radical green d’une maison qu’un architecte avait bâtie pour lui-même. Dans cette coque sculptée s’est établie une conversation simple avec ses meubles et ses objets. Un départ rieur peut-être annonciateur d’une nouvelle vie, d’un chapitre prometteur tout du moins, entre design industriel, workshop de céramique, cuisine et potager.
Photos Gianni Basso / Vega MG

Cette Normandie des petits villages de Seine-Maritime, à une quarantaine de kilomètres de Dieppe, était totalement étrangère à Ionna Vautrin. À force de chercher la maison de ses rêves sur le site Architecture de collection, la designer a fini par en dénicher une, jusqu’au-boutiste dans sa conception et bâtie dans les années 2000 en dix-huit mois, de ses propres mains, par l’architecte Jean-Baptiste Barache (agence Arba). Un projet que Ionna Vautrin qualifie d’« assez atypique » – son constructeur avait alors en tête Éloge de l’ombre, fameux essai de Junichirô Tanizaki sur l’esthétique japonaise.

Dès la première visite et aujourd’hui encore, la créatrice s’immerge entre ces murs comme à la manière d’une expérience où l’on évolue en permanence dans une coque intérieure en pin clair. Celle-ci, suffisamment ouverte sur l’extérieur, se gorge de soleil et de chaleur. Le passage de la lumière dans les différentes pièces réchauffe donc cette chapelle de bois bioclimatique, par ailleurs très bien isolée avec de la laine de roche. Au centre trône un poêle de masse qui fait office de four à bois – en brique réfractaire, il fonctionne lentement mais sûrement. La designer en a ajouté un second pour l’hiver.

Une grande radicalité

Pas l’ombre d’un radiateur dans cette construction passive et autonome. Une plateforme-terrasse, en bois elle aussi, sur pilotis de béton, qui n’a nécessité aucuns travaux de terrassement, l’isole même de l’humide sol normand – un champ de 2 000 m2 lui sert de décor. À l’origine, la maison n’était d’ailleurs pas raccordée au réseau électrique. Un luxe dont Ionna Vautrin ne saurait se passer, ayant installé ici son bureau. « Cette architecture relève de l’ascétisme, du monacal. Elle révèle une grande radicalité, qu’il s’agisse des approches théorique, conceptuelle, mais aussi pratique, qui ont permis de l’édifier », résume la jeune femme.

Les 180 m2 sur trois niveaux accueillent, au rez-de-chaussée, une vaste cuisine – la designer a autrefois passé un CAP cuisine en cours du soir, preuve de son intérêt en la matière. Le grand salon-bibliothèque, situé sous une boîte suspendue qui abrite une chambre et un bureau, jouit comme les autres pièces d’une vue imprenable sur la nature environnante. Au premier étage, les espaces de repos, trois cellules closes par un rideau, se succèdent. Au-dessus encore a été installée une quatrième chambre, la seule à se fermer avec une porte.

S’installer sans dénaturer

L’idée de Ionna Vautrin est de reconnecter les lieux avec ce qu’elle y apporte. Son histoire personnelle infuse petit à petit ce décor qu’elle habite à sa façon. L’épure s’amoindrit à mesure que les couleurs entrent. Chaises expressives et autres objets courbés jouent leur propre partition. « J’adore cette maison et son espace, quand bien même ils sont à l’opposé de ce que je peux dessiner. Il y a très peu d’arrondis, par exemple, mais la chaleur du bois omniprésent m’a beaucoup parlé. Par certains côtés, cette construction me fait penser au travail du plasticien Donald Judd », analyse-t-elle.

En respectant l’ambition de l’architecte sans la dénaturer, tout en créant ici son chez-soi, Ionna Vautrin a instauré un dialogue entre design et architecture. Elle caresse d’ailleurs déjà l’envie de s’y établir de façon permanente. Elle qui suit des cours de céramique à Paris prévoit en effet d’y installer un atelier : « Pour être doublement proche de la terre… », sourit-elle. Et pour, dans cette maison ouverte à la nature et aux autres, y exercer son métier à la manière d’un workshop. Celui qui n’en revient toujours pas, c’est Orso, le chat noir aux yeux d’or (voir dernière photo).

Entre chapelle et grange, la maison est un espace surdimensionné de 180 m2 sur trois niveaux entièrement recouverts de panneaux de contreplaqué de pin. Les pièces sont des boîtes. La structure est isolée du sol par des pilotis et du froid comme du chaud par de la laine de roche. Pour éviter de s’éclairer à la bougie, la designer a raccordé la maison au réseau électrique avant d’ajouter un deuxième poêle. Les prochains dossiers : le jardin et l’atelier de céramique.
Entre chapelle et grange, la maison est un espace surdimensionné de 180 m2 sur trois niveaux entièrement recouverts de panneaux de contreplaqué de pin. Les pièces sont des boîtes. La structure est isolée du sol par des pilotis et du froid comme du chaud par de la laine de roche. Pour éviter de s’éclairer à la bougie, la designer a raccordé la maison au réseau électrique avant d’ajouter un deuxième poêle. Les prochains dossiers : le jardin et l’atelier de céramique. Gianni Basso / Vega MG
Sapin du Nord brûlé et bardeaux de cèdre rouge, il n’y a que la charpente que l’architecte n’a pas construite de ses mains. De sa première visite, Ionna Vautrin se souvient non seulement de la chaleur du bois, mais aussi de son parfum.
Sapin du Nord brûlé et bardeaux de cèdre rouge, il n’y a que la charpente que l’architecte n’a pas construite de ses mains. De sa première visite, Ionna Vautrin se souvient non seulement de la chaleur du bois, mais aussi de son parfum. Gianni Basso / Vega MG
Dans la cuisine, tous au poêle ! D’origine et tout en brique, il réchauffe et fait aussi office de four à bois. La ronde des chaises autour de la table Pion, que Ionna Vautrin a conçue pour l’éditeur espagnol Sancal, peut animer une conversation entre fans de design : chaise rose 3107 (au fond), d’Arne Jacobsen (Fritz Hansen), chaise A en acier brut (au fond), de Xavier Pauchard (Tolix), chaise rouge Basel (au premier plan), de Jasper Morrison (Vitra), fauteuil empilable Pipe (au premier plan, à gauche), de Jasper Morrison (Magis)… Sur la table, un cendrier rouge Clam, d’Alan Fletcher (Mebel Italy), de 1968, et un vase bleu Fischietto d’Ettore Sottsass (Habitat). Si Ionna Vautrin n’avait pas son CAP cuisine, elle pourrait passer haut la main son diplôme d’architecte d’intérieur !
Dans la cuisine, tous au poêle ! D’origine et tout en brique, il réchauffe et fait aussi office de four à bois. La ronde des chaises autour de la table Pion, que Ionna Vautrin a conçue pour l’éditeur espagnol Sancal, peut animer une conversation entre fans de design : chaise rose 3107 (au fond), d’Arne Jacobsen (Fritz Hansen), chaise A en acier brut (au fond), de Xavier Pauchard (Tolix), chaise rouge Basel (au premier plan), de Jasper Morrison (Vitra), fauteuil empilable Pipe (au premier plan, à gauche), de Jasper Morrison (Magis)… Sur la table, un cendrier rouge Clam, d’Alan Fletcher (Mebel Italy), de 1968, et un vase bleu Fischietto d’Ettore Sottsass (Habitat). Si Ionna Vautrin n’avait pas son CAP cuisine, elle pourrait passer haut la main son diplôme d’architecte d’intérieur ! Gianni Basso / Vega MG
Léopard de l’illustrateur Helkarava, oiseaux Bec conçus pour Bosa… la ménagerie de Ionna Vautrin – son chat, Orso, y compris – a dû s’acclimater à ce nouveau biotope normand de bois et de brique, réalisé par l’architecte Jean-Baptiste Barache.
Léopard de l’illustrateur Helkarava, oiseaux Bec conçus pour Bosa… la ménagerie de Ionna Vautrin – son chat, Orso, y compris – a dû s’acclimater à ce nouveau biotope normand de bois et de brique, réalisé par l’architecte Jean-Baptiste Barache. Gianni Basso / Vega MG
Table Pion, créée par la propriétaire des lieux (Sancal, 2013), iconique chaise Bold, de Big-Game, en vert (Moustache), et, au premier plan, chaise Fine Lame de Studio BrichetZiegler (By Hands).
Table Pion, créée par la propriétaire des lieux (Sancal, 2013), iconique chaise Bold, de Big-Game, en vert (Moustache), et, au premier plan, chaise Fine Lame de Studio BrichetZiegler (By Hands). Gianni Basso / Vega MG
De sa maison, elle apprécie chaque pièce. Dans la salle de bains, elle n’a changé que les serviettes !
De sa maison, elle apprécie chaque pièce. Dans la salle de bains, elle n’a changé que les serviettes ! Gianni Basso / Vega MG
Pro et perso, la bibliothèque s’impose par sa stature.
Pro et perso, la bibliothèque s’impose par sa stature. Gianni Basso / Vega MG
Vaisselle Nest, conçue par la designer (Monoprix, 2019).
Vaisselle Nest, conçue par la designer (Monoprix, 2019). Gianni Basso / Vega MG
Dans l’une des chambres, Ionna Vautrin a aménagé son bureau. Depuis l’Aluminium Chair, signée Charles et Ray Eames (Vitra), elle peut profiter de la vue sur son salon et, au-delà, sur le champ.
Dans l’une des chambres, Ionna Vautrin a aménagé son bureau. Depuis l’Aluminium Chair, signée Charles et Ray Eames (Vitra), elle peut profiter de la vue sur son salon et, au-delà, sur le champ. Gianni Basso / Vega MG
Set de toilette Nude, signé Ionna Vautrin (Nuori, 2018).
Set de toilette Nude, signé Ionna Vautrin (Nuori, 2018). Gianni Basso / Vega MG
Le Kamasutra illustré de Ionna Vautrin (Flammarion, 2017).
Le Kamasutra illustré de Ionna Vautrin (Flammarion, 2017). Gianni Basso / Vega MG
Orsa, le chat noir de Ionna sur la chaise Fine Lame de Studio BrichetZiegler (By Hands).
Orsa, le chat noir de Ionna sur la chaise Fine Lame de Studio BrichetZiegler (By Hands). Gianni Basso / Vega MG

The good concept store La sélection IDEAT