Papiers peints : Le Grand Siècle, la fibre du patrimoine

C’est un travail sur le patrimoine que Vanessa Hahusseau réalise en fabriquant et rééditant des panoramiques et des papiers peints anciens provenant de musées. Créations qu’elle diffuse sous la marque Le Grand Siècle, faisant ainsi revivre dans nos intérieurs des décors oubliés.

Comment l’aventure Le Grand siècle a-t-elle commencé ?
Vanessa Hahusseau (Le Grand Siècle) : J’ai fondé en 2012 Le Grand Cirque, une marque de revêtements muraux dont je créais moi-même les motifs. Mais lors de l’exposition, « Spectaculaire Second Empire », au musée d’Orsay, en 2016, je suis tombée sur Le Jardin d’Armide, un panoramique extraordinaire et ce fut un choc. J’ai alors contacté le musée des Arts décoratifs et la Bibliothèque nationale pour visiter, si possible, leurs réserves de papiers peints et de panoramiques anciens, situées dans les hauteurs d’un bâtiment, dans des salles lumineuses, contemporaines, pas poussiéreuses comme je l’imaginais. Et là, devant tout ce que l’on me déballait, restaurer et rééditer ces trésors devenait une évidence.

Qu’en est-il des droits de reproduction ?
Ils appartiennent à des manufactures disparues, excepté Zuber et de Gournay. En outre, ces créations, non signées, sont suffisamment anciennes pour être aujourd’hui dans le domaine public. On reverse aux musées des royalties, dont les montants divergent d’une institution à l’autre.

Un travail minutieux

Combien avez-vous réalisé de collections ?
Une quinzaine de panoramiques avec, comme meilleures ventes, L’Eden et Le Brésil en versions colorées, et une dizaine de papiers peints décors (environ 100 €/m2).

Comment travaillez-vous ?
On me confie le fichier numérique de l’œuvre, qui est le plus souvent dans un état déplorable. La première étape consiste à la recréer de manière numérique, c’est-à-dire à raviver certaines couleurs, modifier des échelles, des motifs, tout cela sous le contrôle des musées, bien sûr. C’est un travail minutieux d’autant plus que certains panoramiques font 16 mètres de long. Mais j’ai toujours à cœur de respecter au plus près l’œuvre originelle.

Une fabrication 100% made in France

Quel temps faut-il pour un panoramique ?
Une centaine d’heures, en moyenne, car ce sont à chaque fois des pièces personnalisées. L’impression se fait ensuite de façon numérique sur papier intissé. Tout est réalisé en France.

Vos panoramiques ont-ils déjà décoré des lieux publics ?
Oui, l’hôtel Bella Tola à Saint-Luc, en Suisse, le City College à Dublin et le Galmont Hotel & Spa à Galway, en Irlande, un restaurant à Rome au bord du Tigre… Curieusement, cela marche mieux à l’étranger qu’en France. Cela dit… c’était déjà le cas au XIXe siècle !

> En vente au BHV et Au Fil des Couleurs (tél. : 01 76 40 04 99) et sur Etoffe.com et surle site officiel de Legrandsiecle.

Le modèle d’origine du panoramique L’Eden (1861), réalisé par la Manufacture Desfossé, représente une variété infinie de végétaux et est composé de 1 099 couleurs.
Le modèle d’origine du panoramique L’Eden (1861), réalisé par la Manufacture Desfossé, représente une variété infinie de végétaux et est composé de 1 099 couleurs. DR
Le décor Fleurs de fantaisie a été édité en 1799 et fabriqué par la Manufacture Jacquemart et Bénard. L’original figure des fleurs exotiques multicolores.
Le décor Fleurs de fantaisie a été édité en 1799 et fabriqué par la Manufacture Jacquemart et Bénard. L’original figure des fleurs exotiques multicolores. DR
Vanessa Hahusseau, fondatrice du Grand Siècle, pose devant l’un de ses best-sellers, Le Brésil (1862).
Vanessa Hahusseau, fondatrice du Grand Siècle, pose devant l’un de ses best-sellers, Le Brésil (1862). GABRIELLE VOINOT

The good concept store La sélection IDEAT