News : Le design du quotidien s’expose à Saint-Étienne

Doté de l’une des plus riches collections d’objets en France, le musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne consacre sa première exposition de 2021 au design du quotidien. Une sélection qui entre en résonance avec l’actualité…

Lorsqu’Aurélie Voltz, directrice du musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne, a commencé à réfléchir à une exposition sur le design du quotidien, elle a préféré mettre en valeur la collection de l’institution et éviter de faire voyager des objets du bout du monde… Si cette pensée était visionnaire, elle a ô combien pris tout son sens à l’heure des restrictions de déplacements et du confinement généralisé !

La fonctionnalité au cœur des objets

Pour cette exposition consacrée au design du quotidien, Aurélie Voltz a fait appel à Imke Plinta, urbanographiste, consultante en design, enseignante et curatrice, bref, une femme de terrain. « En tant qu’Allemande, j’avoue que, pour moi, la fonctionnalité est l’un des buts essentiels du design. Le Bauhaus coule dans mes veines », clame cette dernière, qui est donc allée piocher dans les réserves du musée pour raconter ce design du quotidien. L’exposition démarre par des photos des taudis de Saint-Étienne puis des premiers ensembles modernistes de la cité industrielle, qui contextualisent le propos.

La deuxième salle met en avant un paysage du quotidien des Trente glorieuses à l’ère de l’explosion de la société de consommation. Une histoire qui se poursuit et se précise dans la troisième salle, consacrée à la cuisine et aux arts ménagers, où s’alignent fers à repasser, machines à coudre, moulins à café, moulinettes et autres verres Duralex.

Une multitude d’époques

D’un ensemble de meubles Jules Leleu des années 30, en passant par un prototype de cheminée signé René-Jean Caillette ou un Minitel, puis jusqu’aux années 2000, c’est tout le quotidien du XXe siècle qui défile sous les yeux du visiteur. À l’heure de l’obsolescence programmée, la pertinence de ces objets robustes et durables apparaît curieusement moderne…

La visite s’achève sur la quatrième salle, imaginée comme un laboratoire. Imke Plinta en a confié les clés aux étudiants en art et design de l’Esadse, à Saint-Étienne, qui ont travaillé sur le confinement et la frontière entre intérieur et extérieur… Un work in progress qui s’écrit au rythme d’une actualité en perpétuel mouvement.

> « Déjà-vu, le design dans notre quotidien ». Au musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Étienne (42), jusqu’au 22 août 2021. Mamc.saint-etienne.fr

En allant puiser dans ses réserves pour nourrir son exposition, le musée stéphanois fait défiler tout le quotidien du XXe siècle sous nos yeux.1. Fer à repasser « Petipoin », modèle W410 (Waverly Tool Company, 1941), conçu par Cliff ord Brooks Stevens. 2. Hachoir Technes Roze.3. Boite Tupper.4. Tabouret Tam Tam (Stamp, 1968) d’Henry Massonnet.5. Chaise de Maarten Baas.6. Ordinateur de Mario Bellini pour Olivetti.7. Le mythique stylo BIC.8. Minitel 1B signé Philippe Buteau (Telic Alcatel, 1979-1990). © YVES BRESSON / MAMC+
En allant puiser dans ses réserves pour nourrir son exposition, le musée stéphanois fait défiler tout le quotidien du XXe siècle sous nos yeux.
1. Fer à repasser « Petipoin », modèle W410 (Waverly Tool Company, 1941), conçu par Cliff ord Brooks Stevens. 
2. Hachoir Technes Roze.
3. Boite Tupper.
4. Tabouret Tam Tam (Stamp, 1968) d’Henry Massonnet.
5. Chaise de Maarten Baas.
6. Ordinateur de Mario Bellini pour Olivetti.
7. Le mythique stylo BIC.
8. Minitel 1B signé Philippe Buteau (Telic Alcatel, 1979-1990). © YVES BRESSON / MAMC+ DR

The good concept store La sélection IDEAT