Atelier Zéro Carbone : L’architecture responsable s’impose en milieu rural

Après avoir goûté à l’effervescence créative de la ville, Marine Jacques-Leflaive et Emmanuel Dupont ont décidé, il y a dix ans, d’installer leur agence d’architecture en milieu rural, pour être plus en phase avec leur engagement responsable. Son nom ? Atelier Zéro Carbone. Un programme à part entière qui s’efforce de composer avec l’existant.

Lui a grandi à Aix-en-Provence tandis qu’elle est issue d’une famille de vignerons bourguignons, originaire de Gilly-lès-Citeaux. Pas très loin de Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), où ils ont installé leur agence d’architecture AZCA, pour Atelier Zéro Carbone. Un nom qui en dit long sur les intentions du duo ! Emmanuel Dupont et Marine Jacques-Leflaive se sont rencontrés au début des années 2000, sur les bancs de l’École spéciale d’architecture, à Paris. Leur diplôme en poche, ils ressentent tous deux le besoin d’aller voir ailleurs, et plus précisément comment l’architecture s’en visage dans son rapport à l’environnement.

La Bourgogne après la crise

« J’avais repéré le travail de l’agence ZED Factory, qui menait une vraie réflexion sur le développement durable. Et cela correspondait exactement à ce que je voulais expérimenter », se souvient Marine Jacques-Leflaive qui, forte de sa motivation, y décroche un emploi. Emmanuel va quant à lui enseigner pendant cinq ans l’architecture à l’Oxford Brookes University. Mais la crise économique de 2008 va changer leurs plans et un projet à Puligny-Montrachet (21) les incite à emménager en Bourgogne.

L’équipe d’Atelier Zéro Carbone, de gauche à droite : au 1er rang, Charlotte Jacques Leflaive, Pauline Peillon et Emmanuel Dupont ; au 2e rang, Benjamin Guinot et Philémon Queudet ; au 3e rang, Marine Jacques Leflaive, Gwenolé Becel et Fabienne Garti.
L’équipe d’Atelier Zéro Carbone, de gauche à droite : au 1er rang, Charlotte Jacques Leflaive, Pauline Peillon et Emmanuel Dupont ; au 2e rang, Benjamin Guinot et Philémon Queudet ; au 3e rang, Marine Jacques Leflaive, Gwenolé Becel et Fabienne Garti. AZCA

« Nous avions tous les deux envie de nous engager davantage. Or, pour mettre cela en œuvre, la campagne constituait sans doute un cadre plus propice que le contexte très urbain de Londres », expliquent-ils. Cette nouvelle localisation leur donne aussi l’opportunité d’observer les pratiques du monde viticole qu’ils côtoient, celui tourné vers une agriculture en biodynamie dont la mère de Marine, Anne-Claude Leflaive, a été l’une des pionnières dans sa région, et de les appliquer à leur démarche architecturale. La Cave de l’œuf est, à ce titre, exemplaire : son architecture découle de la même philosophie de durabilité que celle qui préside au travail de la vigne à laquelle elle est consacrée. En l’occurrence, il s’agit d’une cave non enterrée, construite en terre, paille et bois. S’appuyant sur une forme auto- porteuse, elle s’est révélée particulièrement adaptée à l’élevage du vin, car déployée sur une parcelle où la nappe phréatique affleure.

Se ressourcer en milieu rural

« Notre jeunesse, du point de vue des sujets viticoles, nous a permis d’avancer sans nous poser trop de questions et d’expérimenter des matériaux et des modes de construction alors inédits dans ce secteur d’activité », soulignent Marine et Emmanuel. Le ton est donné et d’autres vignerons, séduits par cette démarche, vont solliciter le duo pour des projets de locaux techniques, mais aussi des habitations destinées à l’hospitalité des amateurs de vin visitant la Bourgogne. En témoignent les réalisations pour Anne Gros, à Vosne-Romanée, le domaine Comte Abbatucci, en Corse, ou encore le domaine Trapet, à Gevrey-Chambertin. La relation avec ce dernier est particulièrement significative, car il s’agit d’une collaboration sur la durée, qui va donner lieu à la conception de plusieurs bâtiments (gîtes, thermes, pavillon…) totalisant une trentaine de chambres sur le domaine. « Les matériaux naturels sont autant que possible issus du terroir. Et si nous faisons appel à des savoir-faire traditionnels pour les mettre en œuvre, nous les appliquons à la lumière des connaissances scientifiques dont nous disposons aujourd’hui », détaille le duo.

Penser à réhabiliter l’existant

Fort de cette approche, Atelier Zéro Carbone a pu faire valoir son expertise dans d’autres secteurs d’activité. Comme ce village pour seniors, à Neuilly-lès-Dijon, composé de 21 logements répartis dans dix bâtiments en caissons de bois préfabriqués, isolés à l’aide de bottes de paille locale. Les intérieurs sont finis avec des enduits en terre permettant une meilleure régulation hygrométrique. Proposer des solutions neuves n’empêche pas non plus le couple de s’interroger sur le patrimoine qui, en milieu rural, est trop souvent délaissé. « Avant de construire du neuf, nous sommes convaincus qu’il faut d’abord penser à réhabiliter l’existant pour préserver ce patrimoine bien vivant. C’est dans la ruralité que dorment les potentiels du futur. » Une vision loin des caricatures qui prétendent que ces territoires sont détachés de la réalité économique. Au contraire, ces espaces à la campagne ont plus que jamais des atouts à faire valoir…

> Atelier Zéro Carbone. 10, rue Crébillon, 21700 Nuits-Saint-Georges.

Au domaine Trapet, à Gevrey-Chambertin. Réhabilitation d’un bureau et ajout d’une table de dégustation.
Au domaine Trapet, à Gevrey-Chambertin. Réhabilitation d’un bureau et ajout d’une table de dégustation. NICOLAS CASTETS
Au domaine Trapet, à Gevrey-Chambertin. Chambre d’hôtes en pierre, en terre et en verre qui s’installe dans un espace discret du jardin, à l’ombre des arbres. Ses tuiles de verre s’ouvrent suivant la température extérieure.
Au domaine Trapet, à Gevrey-Chambertin. Chambre d’hôtes en pierre, en terre et en verre qui s’installe dans un espace discret du jardin, à l’ombre des arbres. Ses tuiles de verre s’ouvrent suivant la température extérieure. AZCA
Transformation d’une piscine intérieure en gîte.
Transformation d’une piscine intérieure en gîte. NICOLAS CASTETS
Cette chambre d’hôtes insolite en forme de pomme de pin est un cabanon suspendu mobile, à la structure en bois et métal, autonome en énergie.
Cette chambre d’hôtes insolite en forme de pomme de pin est un cabanon suspendu mobile, à la structure en bois et métal, autonome en énergie. © JIB PETER
Au domaine Leflaive, à PulignyMontrachet, près de Beaune, en Bourgogne, AZCA a implanté une cave hors-sol, passive et sans climatisation, en forme d’œuf. Sa structure en bois (sans colle), paille (sans pesticides) et terre, permet au vin d’être élevé dans les meilleures conditions thermiques.
Au domaine Leflaive, à PulignyMontrachet, près de Beaune, en Bourgogne, AZCA a implanté une cave hors-sol, passive et sans climatisation, en forme d’œuf. Sa structure en bois (sans colle), paille (sans pesticides) et terre, permet au vin d’être élevé dans les meilleures conditions thermiques. Christophe Goussard
La cave et le lieu de stockage, en bois et en paille, du domaine Anne Gros, à Vosne-Romanée.
La cave et le lieu de stockage, en bois et en paille, du domaine Anne Gros, à Vosne-Romanée. BÉNÉDICTE MANIÈRE
La démarche environnementale de l’agence AZCA est au cœur de ce projet de Village Seniors, à Neuilly-lès-Dijon : 21 logements répartis entre douze appartements T2 et neuf T3, dont les matériaux de construction sont bio-sourcés et locaux.
La démarche environnementale de l’agence AZCA est au cœur de ce projet de Village Seniors, à Neuilly-lès-Dijon : 21 logements répartis entre douze appartements T2 et neuf T3, dont les matériaux de construction sont bio-sourcés et locaux. © JIB PETER

The good concept store La sélection IDEAT